Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La difficile tâche d'un président Macron face à une France plus fracturée que jamais

La tâche d'Emmanuel Macron est désormais complexe. Bientôt officiellement président, il devra composer avec une France plus fracturée que jamais.

Mission

Publié le
La difficile tâche d'un président Macron face à une France plus fracturée que jamais

Ainsi se termine une élection présidentielle qui aura innové sur de nombreux plans : un président devenu tellement impopulaire qu’il renonce à se présenter, des primaires novatrices et mobilisatrices mais qui ont débouché sur un fiasco total avec l’élimination des candidats issus des deux grands partis, des affaires judiciaires qui ont fortement pesé sur la campagne, des débats nombreux, tout ceci dans un contexte très tendu avec pour toile de fond plusieurs attentats islamistes, réels ou déjoués.

Et pour finir, un résultat marqué par une ambiguïté inédite, que l’on peut résumer ainsi : ni réelle alternance, ni réelle continuité. Car Emmanuel Macron est-il le candidat de la rupture ou celui de l’héritage ? Telle est la question qui vient à l’esprit en voyant François Hollande et ses ministres se réjouir de la victoire d’Emmanuel Macron comme s’il s’agissait de leur propre victoire, oubliant que le candidat officiel du PS a été laminé comme rarement dans son histoire. La même ambiguïté vaut pour Les Républicains : après avoir appelé à voter pour Emmanuel Macron, François Baroin ne s’est-il pas proposé d’être son premier ministre, avant de préciser ce dimanche que Les Républicains sont  bel et bien dans l’opposition, et condamnant au passage Bruno Le Maire après que celui-ci a offert ses services au nouveau président. Bref, qui a gagné et qui a perdu ? Et demain, qui se retrouvera dans la majorité, et qui sera dans l’opposition ? 

Cette situation inédite s’explique par deux facteurs. Le premier est la stratégie mise en œuvre par Emmanuel Macron. En quittant le gouvernement un an avant le scrutin, puis en créant un parti entièrement dévoué à sa cause et soutenu par tous les losers et has-been de la vie politique française,de Robert Hue à Alain Madelin en passant par Gérard Collomb, François Bayrou ou Jean-Louis Borloo, il a su se présenter comme un homme neuf et compétent, non tributaire du système politique,situé au-delà des appareils partisans et du clivage gauche-droite, bref le seul capable d’engager des réformes radicales pour moderniser le pays. De ce point de vue, il a réussi ce que le FN a toujours raté : prospérer sur la dénonciation du « système UMPS ». Macron,en somme, c’est un populisme qui a réussi. Contrairement à ce qui a été dit, sa candidature n’a pas reposé sur du vide : il a su capter, malgré ses nombreuses faiblesses dans la forme comme dans le fond, un électorat qui est manifestement en attente d’un discours optimiste sur l’Europe et la mondialisation. 

Le second facteur tient à la conjoncture. La société française apparaît fracturée comme jamais. Le clivage gauche-droite ne disparaît pas, mais il est concurrencé par de nouveaux clivages liés à l’internationalisation des échanges.Ces clivages portent sur plusieurs thèmes : l’identité (patriotisme contre cosmopolitisme), l’intégration européenne (approfondissement contre interruption) et l’économie(libéralisation contre régulation). La division traditionnelle en deux grands blocs cède la place à quatre pôles : un pôle conservateur-libéral (François Fillon), un pôle conservateur-régulateur (Marine Le Pen), un pôle libertaire-libéral (Emmanuel Macron) et un pôle libertaire-régulateur (Jean-Luc Mélenchon). Cette fragmentation, à laquelle s’ajoute la poussée du FN, a permis à Emmanuel Macron de se qualifier pour le second tour, puis de l’emporter confortablement, alors même s’il a suscité presque autant de détestation que Marine Le Pen.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 08/05/2017 - 09:51 - Signaler un abus "Souple et réaliste", dites vous V. Tournier ?

    Oui, c'était le roi fainéant Chirac. Et c'est ce que Trump tend à devenir. Macron va mettre l'extrême gauche dans la rue sur sa politique économique. Comme tous les types de gauche avant lui, il va compenser sur le sociétal : la PGA demandée par ses actionnaires, Pierre Bergé en tête, la discrimination positive, la complaisance vis à vis des frères musulmans, des rustines sur le régalien et des coupes budgétaires là où il est d'une incompétence crasse : la défence et les affaires étrangères.

  • Par A M A - 08/05/2017 - 11:11 - Signaler un abus Quelle grande puissance

    Quelle grande puissance élirait un Macron?

  • Par habert - 08/05/2017 - 11:57 - Signaler un abus macron

    Je n'ai pas apprécié, mais alors pas du tout, qu'on joue l'hymne européen au lieu de l'hymne national. ça promet !

  • Par bebert4 - 08/05/2017 - 13:15 - Signaler un abus Les forces de l'esprit

    Panacloc ne quittera pas Jean Marc

  • Par lasenorita - 08/05/2017 - 13:52 - Signaler un abus Pas de quoi pavoiser!

    4 Français sur 10 ont voté pour Macron...Les départements pro-Macron sont:Hauts-de-Seine:85,65%,Val-de-Marne:80,32% Paris:89,68% ces départements ne représentent pas ''la France profonde''.. Nos médias accusent le F.N.de tous les maux...pourtant ce sont les gauchistes et les musulmans qui commettent le plus de crimes, qui sont ''racistes'' et anti-démocratiques...les casseurs sont toujours ''à gauche''.. les électeurs de FHaine n'ont rien cassé, eux voir...https://fr.yahoo.com/news/%C3%A9chaffour%C3%A9es-%C3%A0-paris-nantes-strasbourg-apr%C3%A8s-l%C3%A9lection-macron-200200950.html et les casseurs gauchistes crient ''Tout le monde déteste la police''.. ces gauchistes font de leurs opinions des généralités.. ce qui prouve bien leur racisme et leur manque d'objectivité!

  • Par lasenorita - 08/05/2017 - 14:09 - Signaler un abus Les casseurs..

    voir http://www.leparisien.fr/faits-divers/des-echaffourees-a-paris-nantes-et-strasbourg-apres-l-election-de-macron-07-05-2017-6926577.php...les ''casseurs'' qui démolissent un hôpital pour enfants sont ''de gauche''. .ils ne sont pas du F.N...La ''haine'' est chez les gauchistes et les musulmans!...

  • Par Beredan - 08/05/2017 - 21:45 - Signaler un abus Les yeux du zombie..

    ...les 2 phares d'une locomotive échappée sans contrôle dans le brouillard pour un voyage sans retour...

  • Par Anguerrand - 09/05/2017 - 07:28 - Signaler un abus Tout était prêt depuis l'été dernier

    Le cabinet noir de Hollande avait tout préparé sur les candidats en particulier de droite pour pouvoir feuilletoner 3 mois avant l'élection. Le pire c'est que les français après avoir ecouté les infos de gauche quelque soit la chaîne ont suivi ce mauvais feuilleton. Juppé n'a pas voulu prendre la suite car il semble qu'il avait connaissance de ça. Tous les élus ont fait la même chose...légalement mais Fillon était visé car potentiel vainqueur. Nous aurons 5 ans de socialisme supplémentaire bien camouflé. Il ne reste qu'une chose c'est voter massivement pour l'opposition aux Législatives ce qui évitera entres autres d'ouvrir toutes nos frontières.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Vincent Tournier

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€