Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 28 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La dictature la plus brutale au monde n’émeut étrangement jamais personne

L’Erythrée est un pays dont on parle peu, si ce n'est lorsqu'une partie de sa population le fuit pour venir se réfugier en France. Un rapport de l'ONU a pourtant fait état de la dictature féroce qui y sévit, sans provoquer la moindre réaction de la part de la communauté internationale.

Aveuglement

Publié le
La dictature la plus brutale au monde n’émeut étrangement jamais personne

L'Erythrée est la pire dictature du monde.  Crédit Reuters

Atlantico : L'ONU a rendu un rapport, lundi dernier, au sujet de la situation en Erythrée. Celui-ci insiste sur l'extrême violence de la dictature du président Issayas Afewerki. Comment expliquer qu'un tel rapport ne suscite aucune réaction ?

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer : Il y a un problème général qui est ce que le pape François a appelé "la mondialisation de l’indifférence". Grâce aux médias de masse et aux réseaux sociaux, nous sommes inondés en permanence de catastrophes. Cela génère une sorte de banalisation, voire de saturation, qui peut créer de l’indifférence.

C’est a fortiori vrai des problèmes africains : plusieurs recherches montrent qu’une catastrophe ayant lieu sur le continent africain a besoin de faire beaucoup plus de victimes pour être autant couverte par les médias que la même catastrophe ayant lieu ailleurs.

Et, pour les médias français, c’est encore plus vrai de l’Afrique de l’Est, qui est en général un angle mort.

J’observe, en passant, qu’il a fallu expulser des Erythréens à La Chapelle, au plein cœur de Paris, pour que les médias s’intéressent enfin au drame érythréen, qui n’est pourtant pas nouveau. Il y a eu d’autres rapports onusiens avant celui-ci, et même des sanctions du Conseil de sécurité (2009, 2011).

L’Érythrée est indépendante depuis 1993, date à laquelle l'actuel président est entré en fonction. Dès lors, le régime a-t-il toujours été dictatorial ? La situation a-t-elle empiré ? 

D’abord, le régime est plus que dictatorial : il est totalitaire. Ensuite, et contrairement à ce qu’on entend souvent, il n’est pas devenu totalitaire récemment, avec la grande purge de 2001. Il a accéléré sa mue cette année-là, supprimant tous les médias indépendants et les opposants politiques, mais les germes du totalitarisme étaient présents dès le début de la lutte révolutionnaire. Dans les années 1970 et 1980, Issayas était déjà à la tête d’un parti secret, il a progressivement supprimé tous ses rivaux, il a mis en place un encadrement strict des populations, une approche monastique contrôlant jusqu’à leur alimentation et leurs rapports sexuels, il pratiquait des purges et des rafles, etc. Tout cela n’est pas nouveau.

La situation a clairement empiré depuis 2001, suite à la guerre avec l’Ethiopie (1998-2000) qui en réactivant la menace existentielle éthiopienne a fourni au régime l’excuse dont il avait besoin pour poursuivre sa mue totalitaire. Et la situation a encore empiré récemment car, depuis quelques années, le régime sent qu’il est en train de perdre le contrôle. La fuite hémorragique de 5.000 à 10.000 jeunes par mois (le chiffre onusien de 5.000 est en réalité une estimation basse car il ne compte que ceux qui s’inscrivent dans les camps de réfugiés soudanais et éthiopiens) l’affaiblit considérablement et va précipiter sa chute. C’est pourquoi nous parlons d’un "naufrage" totalitaire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 16/06/2015 - 09:50 - Signaler un abus Quel parti, quelle idéologie, quelle politique?

    Pour un politologue français avec un tel pedigree, est-il si difficile de préciser que le Front Populaire pour la Démocratie ( sic) et la Justice ( re-sic) est un parti marxiste-léniniste, résurgence anachronique des partis pères du socialo-communisme francais? Cette pensée unique et cette sélection de l'information n'est-elle pas responsable du silence bienveillant de l'intelligentsia occidentale, depuis trente ans, incapable de penser qu'un régime marxiste-léniniste n'ait que la dictature et l'enfermement au bout de son chemin, malgré les preuves évidentes de l'histoire? La pente dictatoriale est une obligation à plus ou moins long terme, pour la plupart de ces partis gauchistes, que leurs frères de sang ont tant de mal à nommer et caractériser. Dans Wikipedia, on lit même que ce parti aurait abandonné progressivement le marxisme-léninisme pour embrasser le nationalisme???? Et donc? Quelle politique, car le nationalisme n'est pas une politique? Du marxisme-léninisme, ce parti unique qui a éliminé tous les partis potentiellement libéraux avec la vigueur d'un Poutine, est-il passé à une politique ultra-capitaliste, signe qu'il est devenu "anti-social" aux oreilles des gauchistes?

  • Par Texas - 16/06/2015 - 12:12 - Signaler un abus Des Medias..

    qui s' interesseraient à un nouveau naufrage du Socialisme ....?? . Déjà très timides avec Cuba , complètement absents avec l' ouverture des archives Soviètiques et la situation économique du Zimbabwe , ils n' ont pas envie de se suicider avec Mr Afewerki .

  • Par jurgio - 16/06/2015 - 14:41 - Signaler un abus La tentation totalitaire est un gène communo-socialiste

    La position observée de la France ne permet pas, bien sûr, de tourner aussi brutalement comme en Érythrée(s) (tiens, ça pourrait rimer...) mais ils vont faire ça moins violemment (une certaine impatience nous menace néanmoins) avec notre petit caudillo fraîchement importé (j'ai nommé monsieur 49.3)

  • Par Aldel - 16/06/2015 - 16:31 - Signaler un abus Merci

    Merci Atlantico de nous aider à prendre connaissance de ce qui se passe en Erythrée. Sans provocation inutile, mais aussi sans concession sur nos responsabilités ou nos silences coupables.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer est docteur en science politique et en philosophie et juriste, chargé de mission au Centre d’Analyse, de Prévision et de Stratégie (CAPS) du ministère des Affaires étrangères. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, dont Érythrée, un naufrage totalitaire et Erythrée, entre splendeur et isolement. Il s’exprime ici en son nom propre et ses propos n’engagent aucunement le ministère des Affaires étrangères.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€