Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dialogue social "renoué":
la responsabilité des partenaires sociaux, ça va devoir
être maintenant !

Derrière sa volonté de ne pas "réformer à la hussarde", Jean-Marc Ayrault a laissé voir son souhait de bousculer certaines rentes de situation. Les syndicats l'accepteront-ils ?

Donnant donnant

Publié le

"Les réformes structurelles ne peuvent pas être menées à la hussarde ou alors nous prenons le risque qu'elles soient rejetées par le corps social. » Jean-Marc Ayrault qui veut faire de la démocratie sociale « la marque de fabrique de son gouvernement » veut  donc prendre le temps nécessaire pour faire accepter les dites réformes par la négociation. En attendant la création d’un Commissariat au dialogue social (que certains verraient bien incarné par Ségolène Royal, très active au cours de cette Conférence sociale), il a fait établir un agenda fourni, voire touffu, à l’intention des partenaires sociaux, afin de « définir un pacte de confiance et d’efficacité entre État, salariés, entreprises, partenaires sociaux, qui remette la France au centre du jeu économique mondial », selon les termes de François Hollande, qui avait  insisté la veille  sur la nécessité de « mettre la France en mouvement ».

La liste est longue : la mise en place du contrat de génération promis par le candidat Hollande, financement de la protection sociale (qui repose à 70% sur les revenus du travail), l’insertion des jeunes dans le monde du travail,  la réforme de l’assurance chômage, la sécurisation des parcours professionnels, mais aussi la représentativité et le financement des organisations syndicales, la présence des salariés dans les conseils d’administration voire les comités de rémunérations, et…  les retraites. Les échéances fixées varient : fin de l’année 2012 pour les questions concernant l’emploi des jeunes, 2013 pour le contrat de génération.

Le programme est ambitieux et a déjà provoqué quelques réactions : en chœur, mais pour des motifs diamétralement opposés, MEDEF, CGT, et … l’UMP réclament des mesures d’urgence, notamment  pour « l’emploi ». Mais là où le MEDEF voudrait « de la souplesse », la CGT réclame l’interdiction des licenciements boursiers. Réactions épidermiques qui masquent d’autres réticences, bien plus profondes, car chacun sent bien qu’à travers cette volonté de dialogue et de négociation, l’exécutif ambitionne de bousculer quelques rentes de situation et de faire accepter des réformes douloureuses sur le plan financier : l’augmentation vraisemblable de la CSG pour financer la protection sociale, car l’abrogation de la TVA sociale devra bien être compensée.

Le financement des retraites doit également être revu.  Il y aura peut-être aussi quelques révisions déchirantes. La fin de la RGPP (Révision générale des politiques publiques) ne signifie pas  l’abandon de la réduction des dépenses. Louis Gallois, l’ancien patron d’EADS, un des « facilitateurs » qui a présenté la synthèse de son groupe de travail sur « le redressement productif », a évoqué les convergences au sein de son groupe : « la France doit préserver l’atout que représente le prix de son électricité peu chère » (grâce au nucléaire !). Alors va-t-on vraiment réduire la part du nucléaire de 75 à 50% ? Et il a conclu son propos en lançant  cet avertissement  : « chacun devra changer de posture : l’Etat, le gouvernement, les régions,  les partenaires sociaux » ! Les  corps intermédiaires, autrefois méprisés, sont aujourd’hui placés devant leurs responsabilités !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par flogo - 11/07/2012 - 13:26 - Signaler un abus Je dénie

    le droit de me faire représenter ainsi que tous les travailleurs qui ne sont pas syndiqués par ces gens qui ne sont rien. - Ils ne sont pas élus par le peuple - ils ne sont pas représentatifs du monde du travailavec avec leur 8% d'adhérents ***** Les seuls représentants du peuple sont ceux qui ont été élus par le peuple : Maire, conseillers généraux, conseillers régionaux, députés, sénateurs. C'est à eux seuls que le peuple a confié le droit de légiférer et de conduire la politique de la France, et de gérer les problèmes domestiques. ***** Quand on pense que les syndicats n'ont aucun adhérent dans les travailleurs privés, mais seulement chez les fonctionnaires... Et que ceux qui créent les richesses sont dans le privé Ceux qui dépensent les richesses créées par le privé sont les fonctionnaires ! ***** Ce pays devient fou : ceux qui dépensent commandent !

  • Par mai2012 - 11/07/2012 - 14:53 - Signaler un abus Comment ça ?

    "autrefois méprisés" ? Sarkozy ne les a pas méprisés, il a fait exactement ce que fait Hollande actuellement, il a fait des réunions avec les syndicats pour discuter de tous les problèmes de la société française jusqu'à s'apercevoir qu'il n'y avait rien à en tirer puisqu'ils disaient non à tout ! Peut-être qu'avec la gauche seront-ils plus dociles ? J'en doute, ils ont leur fonds de commerce à défendre. Ce sera tout l'un ou tout l'autre. Mais ils auront de toutes façons des comptes à rendre à leur base.

  • Par le Gône - 11/07/2012 - 22:46 - Signaler un abus @mai2012

    Bien vu..avec la gauche ca prendra 5 ans..pour aboutir a rien..c'est ca aussi le socialisme...l'immobilisme.

  • Par jentend - 11/07/2012 - 22:51 - Signaler un abus Les représentants de qui, pas des gens au travail

    Avec 5 à 6 % de représentativité dans le monde du travail les syndicats ne représentent surtout pas le monde professionnel. Ils ne représentent pas ce monde parce que leurs dirigeants se comportent comme les politiques qui nous gouvernent. Voiture, Chauffeur, déplacement gratuit, magouilles, il ne sont que le bras armé des partis de gauche. Non ils ne sont surtout pas à leur place et ne représentent rien.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€