Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Devenir le Manuel Valls du futur candidat de la droite en 2017 : le délicat pari de NKM

L'ancienne ministre de l'Environnement doit annoncer, ce mardi, sa candidature à la primaire de la droite et du centre. Si elle compte pour l'instant peu de soutiens, et ne pèse pas lourd dans les sondages, elle mise sur ces primaires pour s'imposer comme un personnage incontournable en cas de victoire de la droite en 2017.

Marche-pied

Publié le - Mis à jour le 11 Mars 2016
Devenir le Manuel Valls du futur candidat de la droite en 2017 : le délicat pari de NKM

Atlantico : Nathalie Kosciusko-Morizet doit annoncer aujourd'hui sa candidature à la primaire des Républicains. Elle ne pèse pas grand-chose dans les sondages, que peut-elle espérer de ce tour de piste ?

Christelle Bertrand : Comme de nombreux autres quadras, Nathalie Kosciusko-Morizet a observé, intéressée, le parcours de Manuel Valls depuis la primaire du PS en 2011. L'actuel Premier ministre est arrivé avant-dernier du premier tour devant Jean-Michel Baylet avec 5,63% des voix, le patron du PRG en réunissant 0,64%. Ce qui démontre en passant que son courant de pensée était loin d'être majoritaire auprès des sympathisants de gauche. Mais il sera le premier, le soir du premier tour, à apporter son soutien à François Hollande.

Un geste déterminant qui va contribuer à faire basculer les autres candidats. Il y gagne son poste de directeur de la campagne présidentielle. Tout en gérant les journalistes, en jouant les pacificateurs entre Valérie Trierweiler et Ségolène Royal, durant des mois il va orienter la campagne du candidat Hollande et commencer à glisser ses idées. Durant cette période, il acquiert aussi la confiance du futur Président qui va le nommer place Beauvau puis à Matignon. Nathalie Kosciusko-Morizet, comme d'autres, espère être le Manuel Valls de la droite, être la première à se rallier à l'un des deux gagnants du premier tour, et s'imposer ainsi comme l'artisan principal de sa victoire. Et elle a, en effet, toutes les chances d'être cet élément-clé d'autant qu'elle est, pour l'instant, la seule femme en lice. Son soutien pourrait donc être essentiel même si le nombre de voix qu'elle obtient n'est pas énorme. Les symboles en politique pèsent parfois plus lourd que le réel poids électoral.

Mais si NKM espère jouer le rôle de Manuel Valls, qui pourrait être le François Hollande de NKM ? A qui apportera-t-elle son soutien entre les deux tours ?

Tout d'abord, si les sondages désignent aujourd'hui Alain Juppé et Nicolas Sarkozy comme les probables finalistes, rien n'est encore joué. Mais si les deux hommes accèdent, en effet, au second tour, le choix pour la candidate ne semble pas évident. Elle a longtemps été très proche de l'ancien Président, c'est même l'une des rares politiques à être intime de la famille. Elle est l'amie de Carla Bruni. Même si son récent départ de la direction des Républicains a quelque peu distendu leurs rapports, Nathalie Kosciusko-Morizet n'est pas fâchée avec l'ancien Président. D'ailleurs, Nicolas Sarkozy n'ignore pas que depuis un an son ancienne ministre réfléchit à cette candidature. Et, alors que l'ancienne candidate à la Mairie de Paris sait qu'elle va avoir un problème de parrainages, elle répète à qui veut l'entendre que Nicolas Sarkozy les lui apportera car sa candidature lui rend service en rognant sur le socle électoral d'Alain Juppé.

NKM entend en effet incarner une droite qu'elle dit moderne, libérale en économie et tolérante sur les questions sociétales. Elle reconnaît d'ailleurs partager nombre d'idées avec le maire de Bordeaux mais accuse l'homme de manquer de courage. Elle en veut pour preuve son ralliement au ni-ni en bureau politique alors qu'il s'y était opposé dans la presse. NKM semble donc d'ores et déjà écarter un rapprochement avec le maire de Bordeaux même si elle se sent plus proche de lui idéologiquement,  pour des raisons liées à sa personnalité. En cas de soutien à Nicolas Sarkozy, NKM tentera, en revanche, d'imposer quelques-unes de ses idées. Elle le dit elle-même : "Moi, je m’en fous d’être minoritaire à un moment donné ! Cela ne signifie pas qu’on a tort sur le long terme". Elle n'aura déjà pas à batailler sur la question du mariage pour tous puisque Nicolas Sarkozy a affirmé récemment qu'il ne reviendrait pas sur la loi Taubira.

Quel poste pourrait espérer obtenir Nathalie Kosciusko-Morizet contre son ralliement au second tour ?

C'est bien difficile à dire. Dans quelle situation serons-nous en 2017 ? Qui l'emportera ? La droite, la gauche ? Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ? Celui qui sera élu devra constituer un Gouvernement d'équilibre, qui fasse la place à toutes les composantes de la droite : de la Droite Forte au centre. Traditionnellement, est nommé à Matignon un proche du nouveau chef de l'Etat mais aussi quelqu'un issu de son courant politique. NKM semble incarner des idées bien trop différentes de celles de Nicolas Sarkozy pour espérer s'installer rue de Varenne. Son caractère bien trempé n'en fait pas non plus la personne idoine, Nicolas Sarkozy préférant, sans doute, un Premier ministre docile comme François Fillon l'a été durant 5 ans. En cas d'élection d'Alain Juppé, que se passera-t-il ? Lui aussi pourrait préférer un proche en qui il a toute confiance. On se rappelle qu'en 2012, la logique aurait voulu que François Hollande nomme Martine Aubry au Gouvernement afin de rassembler le PS. Il a préféré son ami, Jean-Marc Ayrault.  Il est un peu tôt pour imaginer des scénarios qui ne soient pas de pure politique fiction. Ce qui est certain, c'est que Nathalie Kosciusko-Morizet ne manque pas d'ambition et se verrait bien, elle-même, Premier ministre voire même un jour la première femme président de la République française.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONEO98 - 08/03/2016 - 10:20 - Signaler un abus STOP

    Ok c'est une femme ça ne suffit pas ;on a déjà un Président bon à rien faut pas être maso et vouloir une mauvaise en tout

  • Par J'accuse - 08/03/2016 - 11:08 - Signaler un abus Femme battue

    Si elle avait réussi à être maire de Paris, elle n'aurait pas besoin de relancer sa carrière ailleurs. Pourquoi ne forme-t-elle pas un tandem avec Pécresse contre Hidalgo en Ile-de-France, plutôt que de chercher fortune ailleurs ? On en a soupé de ces politicien(ne)s qui veulent rebondir d'un côté après un échec d'un autre, comme si la sanction du suffrage universel ne comptait pas. Ses convictions de Parisienne étaient-elles juste pour sa gueule, et pas pour les Parisiens ?

  • Par Lafayette 68 - 08/03/2016 - 11:28 - Signaler un abus @j'accuse

    Comme Pécresse a voyagé avec bonheur au Japon en compagnie d'Hidalgo (Cette dernière vantant le cosmopolitisme de la Capitale et de sa région pour les JO) , une alliance avec NKM "bobo"aurait de la gueule , non ?

  • Par zouk - 08/03/2016 - 11:29 - Signaler un abus N K M

    Que Dieu nous épargne les confusions et idées funestes qu'elle ne manquera pas d'égrainer durant la campagne....et encore plus si, à défaut d'être élue, elle gagnait le lot de consolation: Premier Ministre: elle ne manquerait pas de nous assurer le chaos dans le gouvernement.

  • Par raslacoiffe - 08/03/2016 - 11:53 - Signaler un abus La seule femme en lice chez les Républicains ?

    Me Bertrand vous oubliez Nadine Morano : omission délibérée sûrement ??? Et bientôt Michèle Alliot Marie. Une grande palette de choix!!!

  • Par clint - 08/03/2016 - 15:11 - Signaler un abus NKM fut battue à Paris "grâce" à la droite (cf Bournazel) !

    Je me souvient encore des supporters de Bournazel qui ne faisaient que d'opposer ce personnage, opportuniste de droite forte, à NKM représentante la droite molle. NKM est certainement la droite bobo mais pas la droite molle. C'est Bournazel qui avant la campagne s'était dit ouvert au mariage homo s'est, pour s'opposer à NKM, transformé en représentant de la manif pour tous ! Mais ce même Bournazel, toujours opportuniste, s'est déclaré, comme toute bonne girouette ui suit le vent, u, soutien de Juppé ! Alors NKM, certes elle est arriviste, bobo, mais elle a aussi des qualités que beaucoup n'ont pas : des idées qu'elle défend même si elles sont à contre courant et une intelligence qui tranche avec celle du moule sciences po/ENA !

  • Par Ex abrupto - 08/03/2016 - 17:05 - Signaler un abus Borloo...

    ...n'avait-il pas demandé à Sarkosy: "Débarrasse moi de cette garce"?

  • Par OLYTTEUS - 08/03/2016 - 20:55 - Signaler un abus Nkm et le vide

    Je viens de l'entendre sur TF1:le vide inter sidéral sous des paroles racoleuses.

  • Par Septentrionale - 09/03/2016 - 17:33 - Signaler un abus NKM filant sa théorie profonde de l'inconsistance

    Le jour de la fête de la paix elle pourrait dire "je suis pour la paix contre la guerre". ~~~ J'aurai aimé Rachida Dati pour Paris. Elle a une densité éclatante et précise. ~~~

  • Par Septentrionale - 10/03/2016 - 05:19 - Signaler un abus Sans faute

    Je vais en profiter pour le redire. J'aurais aimé Rachida Dati pour Paris.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, elle suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien "France-Soir" puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, "Chronique d'une revanche annoncée" raconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€