Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Deuxième Guerre Mondiale : les trois idées reçues sur la résistance

Storiavoce, en partenariat avec Atlantico, revient sur les principales idées reçues sur la Résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale. L'historien Olivier Wieviorka est interrogé par Christophe Dickès.

Radio Atlantico

Publié le
Deuxième Guerre Mondiale : les trois idées reçues sur la résistance

Des résistants patrouillent dans les Alpes en octobre 1944. Crédit AFP

"Les trois légendes de la Résistance” constitue le deuxième volet de nos [Cours d’Histoire] consacrés à la Résistance (Programme de Troisième et de Première). Dans cette, l’historien Olivier Wieviorka répond aux questions suivantes:
 
  • Comment définir le résistant au lendemain de la Guerre? Quel est son statut?
  • Quelle était la vision gaulliste de la Résistance? Faut-il opposer la vision d’une résistance civile à la vision militaire?
  • La Résistance était-elle apolitique?
  • Quelles sont les trois légendes de la Résistance? Comment se sont-elles construites puis déconstruites?
  • La résistance fut-elle hantée par le sauvetage des juifs?
  • Quel a été le rôle de l’Eglise? Qui sont les vichyso-résistants?
  • Comment est-on passé de la mémoire du héros à la mémoire de la victime? A l’ère du soupçon?

 

L’invité: Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’Ecole normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka, est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et co-dirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 16/10/2018 - 11:12 - Signaler un abus Interroger un gauchiste comme O.Wievorka...

    ne fera pas, non plus, avancer le schmilblick. La gauche a soutenu et encouragé national-socialisme et fascisme, jusqu’a ce que ses dirigeants s’apercoivent de l’impasse totale...L’accord entre le socialiste Hitler et les communistes a permis l.invasion et le partage de l’Europe entre ces deux clans gauchistes. La grosse arnaque de la résistance récupérée par les résistants de la dernière heure, tous gauchistes, ne sera pas encore éventée, encore cette fois-ci...nuit et brouillard!

  • Par A M A - 16/10/2018 - 16:48 - Signaler un abus Tout le systéme politique

    Tout le systéme politique sous lequel nous vivons est issu des rivalités meurtières de la Résistance. Les uns combattaient les Allemands, d' autres se servaient des Allemands pour éliminer ceux qui leur barraient la route vers le pouvoir. La collecte de l'argent était un élément central. Il est temps d'évoquer enfin cette période des plus troubles. La évoquer avec Wiervorka, c'est la replonger dans l'opacité.

  • Par Olivier62 - 18/10/2018 - 16:01 - Signaler un abus La "résistance", imposture historique

    Encore la "résistance" ! A mourir de rire. La résistance, c'est en mai 1940 sur la Meuse qu'il fallait la faire, pas après ! Avec autant de résistants, on se demande comment les Allemands ont pu ne serait-ce qu'entrer en France. Mon père qui avait 13 ans lors de la libération me racontait que les résistants il a fallu Août 1944 pour qu'on commence à les voir (une fois les Allemands à une distance respectable, bien sûr). Leur plus grand exploit étant les règlements de compte personnels et la tonte des prostituées. Souvent c'était des gens qui avait fait du marché noir ou qui avaient collaboré pour se dédouaner...

  • Par jerome69 - 19/10/2018 - 10:48 - Signaler un abus les sabotages des communiste

    La gauche se donne un bonne morale en affichant l image des resistant comuniste . c est oublié que ceux ci on commencé à poindre un peu le bouit e leur nez seulement lors de la rupture du pacte germano sovietique et l invasion de la russie. auparavant les meme , CGT en tête avait saboté l effort de guerre de la france en faisant moule sabotage dans les usines d'armement ou ds les transports. sans oublier les resistants du vercors trahis par les communiste sou sles ordres de Staline. Les "resistants" de la libération, ne sont sortis de chez eux que pour faire leur petite vengeance m'esquine sur des pauvres gens qui n avaient pour la plus part rien fait et avai seulement commis l 'erreur d 'être jalousés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Storiavoce

Storiavoce est une radio web francophone dédiée à l’histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine, au mouvement des idées politiques et à l’histoire de l’Art. Elle vise à mettre en lumière les événements majeurs de l’Histoire, auxquels sont associées des grandes figures, ainsi que les grands courants intellectuels. Pour cela, elle donne la parole aux meilleurs spécialistes des sujets abordés. Storiavoce est une marque l’association Voxistoria fondée par Christophe Dickès

Voir la bio en entier

Christophe Dickès

Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à la papauté (L’Héritage de Benoît XVI, Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde). Il est enfin le fondateur de la radio web Storiavoce consacrée uniquement à l’histoire et à son enseignement.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€