Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Nous sommes tous des Grecs !"

Standard & Poor's a abaissé de trois crans la note de la dette à long terme de la Grèce, de "B" à "CCC". Selon Guy Sorman, c’est la faute aux Français et aux Allemands qui ont donné le mauvais exemple en gestion des finances publiques.

Dette grecque

Publié le

Atlantico : La Grèce a-t-elle menti et ment-elle encore sur sa situation réelle ? 

Guy Sorman : Tout le monde ment, tout le monde se voile la face. Personne ne raconte la vérité.

D’abord, le gouvernement grec, c’est entendu : il truque ses comptes publics depuis vingt ans. Tout le monde savait dans la communauté financière internationale, notamment les directeurs généraux du FMI.

Et le gouvernement grec continue de « mentir » puisqu’il n’a aucune intention de réduire les dépenses publiques au niveau nécessaire pour réduire les dettes. La preuve ?

Il n’a pas engagé une politique de privatisations massives. Ce serait pourtant le moyen le plus efficace et socialement le plus juste pour rembourser la dette ou la ramener à un niveau tolérable. L’Etat grec dispose en effet d’usines, de ports, d’aéroports, d’équipements sportifs, d’industries maritimes. Si cette politique de privatisation avait été menée, la note de la Grèce remonterait aux environs de B  et pas CCC sur l’échelle de Standard & Poor’s. Or, le gouvernement, qui est socialiste, ne le fait pas car ce n’est pas sa pensée politique.

Troisième mensonge : ils sont certains qu’il est de l’intérêt de leurs voisins de la zone euro, c’est-à-dire des créditeurs, de trouver une solution. Et la Grèce cherche à gagner du temps.

Les banques françaises et allemandes ont prêté au gouvernement grec en sachant qu’il n’avait pas la possibilité de rembourser. Pourquoi ? Quand vous prêtez à un mauvais client, vous prêtez à un taux intéressant, plus élevé. Et donc vous gagnez plus d’argent. Et vous prêtez en vous disant : « Ce client a des garanties, il est de la zone euro. »

Quant aux gouvernements, français et allemand, surtout, mais aussi les autres, ils ont un problème, ils sont dans l’évitement. Si les banques se restructuraient, dénoncaient la presque totalité de la dette, les banques françaises et allemandes seraient en grande difficulté. Les gouvernements restent dans une impasse : il ne faut pas restructurer, il faut juste continuer à sauver la Grèce.

Et c’est là qu’intervient le rôle  - intéressant - du FMI. C’est à la fois personne et tout le monde. Si le Fonds monétaire international continue à prêter, celui-ci pourrait éviter le défaut de la Grèce. Pourquoi le FMI paierait ? Car il n’y a pas d’opinion publique derrière le FMI. Le Fonds dilue la dette. Si le FMI prête, cela évite au pays en question, en l’occurrence, la Grèce, de prendre des décisions difficiles politiquement, cela sauve les institutions financières françaises et allemandes et cela fait payer le contribuable américain car les Etats-Unis sont le principal bailleur de fonds du FMI.

Du coup, on déplace, via le FMI, la dette du contribuable français et allemand vers le contribuable américain mais aussi vers son homologue chinois, brésilien et mexicain. Parce que le FMI, c’est un fonds commun, avec les Américains comme leaders, suivis des Européens.

Le risque d’inflation est-il plus important que la dette de la Grèce ?

Le risque est limité car la Grèce est un petit pays. Il y a beaucoup d’argent sur le marché mondial et de nombreux capitaux puisque certains pays ont des excédents. Pour les gens qui ont des dettes, c'est une période bénie. Les capitaux, nombreux et pas placés, permettent aux Grecs de vendre encore des bons du Trésor, ce qui parait incroyable. Il faut placer de l’argent et certaines personnes prennent des risques en achetant ces bons.

Le problème n’est donc pas l’inflation. Il faut d’abord se débarrasser de la dette de la Grèce.

Et qu’en est-il de la croissance ?

C’est le risque principal, celui de la non-croissance. On est dans un rythme de croissance lente aux Etats-Unis et en Europe.

Plus vous incitez à la mauvaise gestion publique – ce qu’on fait à la Grèce, c’est cela -, plus vous différez le remboursement de dettes, et plus vous encouragez d’autres pays à être mal gérés. Et ceci provoque une croissance nulle. Si on n’a pas de croissance en France ou aux Etats-Unis, c’est lié, je crois, à l’endettement. L’argent ne sert pas à investir dans des infrastructures, mais à rembourser les dettes.

Pensez-vous qu’il y aura un défaut de la Grèce ?  Et pourquoi la Grèce a-t-elle menti sur ses comptes publics ?

Je ne crois pas qu’il y aura un défaut - rembourser la moitié ou moins de ce qu’on vous a prêté - de la Grèce. Quand Christine Lagarde sera élue à la tête du FMI, elle va soutenir massivement la Grèce. Il peut y avoir une restructuration, ce n’est pas la même chose qu’un défaut : au lieu de vous rembourser en quinze ans, je vous rembourse en vingt ans. Et le marché a déjà incorporé la restructuration de la dette grecque…

II ne va rien se passer : il n’y aura aucune faillite de l’euro et de la Grèce, je pense. C’est toute l’Europe qui s’enferme dans une croissance lente avec une montée du chômage.

Tout ceci contribue à un lent déclin de la zone euro : les Grecs ont imité les Français et les Allemands. C’est eux qui ont cessé de respecter les critères de bonne gestion budgétaire dès 2008 : ils sont passés de 3 % à 8 ou 9 % de déficit public.

Les donneurs de leçon ont donc donné de mauvais exemples. Et les Grecs ont pu se dire : « Si eux l’ont fait, on peut le faire. » Nous sommes tous des Grecs. Exceptés la Finlande et l’Estonie, tous les Européens ont commis de grosses erreurs de gestion de leurs finances publiques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mbo22 - 14/06/2011 - 18:45 - Signaler un abus Certes Français et Allemand n'ont pas respecté les règles (1/2)

    mais les fondamentaux de ces 2 pays ne sont pas les mêmes que ceux de la Grèce et un dépassement temporaire pour faire face à une crise n'est pas un mensonge systématique qui dure depuis une dizaine d'années alors qui imite qui? les raccourcis de Sorman sont ridicules et la présentation est tronquée. A l'extrême limite, il vaut mieux faire sortir la Grèce de la zone € selon le principe qu'il vaut

  • Par mbo22 - 14/06/2011 - 18:50 - Signaler un abus Certes Français et Allemand n'ont pas respecté les règles (2/2)

    est préférable de couper un membre malade qui de laisser mourir le patient. Elle pourra y revenir à tout moment lorsque ses finances seront assainies. Actuellement la dette Grecque est remboursée par ses voisins alors pourquoi voulez vous qu'elle fasse des efforts ou privatise ses avoirs? c'est une escroquerie!

  • Par NOVY12 - 14/06/2011 - 19:16 - Signaler un abus Allez vous faire voir chez les Grecs !!!

    Le gouvernement Grec qui est socialiste, ne privatise pas car ce n’est pas sa pensée politique !!!!! Un comble !! Comme si il était en position de refuser !!! Le gouvernement socialiste Jospin ne s'en était pas privé à son époque en France....On peut même dire qu'il a battu tous les records de privatisations.. L'idéologie on s'assoit dessus lorsqu'il faut sauver le pays !!

  • Par caod4444 - 14/06/2011 - 21:55 - Signaler un abus J'ai bien fait de voter contre Maastricht et toutes ces...

    conneries européennes qui n'ont servi qu'à nous appauvrir en ouvrant portes et fenêtres de l'UE . On nous a bien vendu sur ce coup là ! Même une crise US fait boire le coupe jusqu'à la lie en sacrifiant notre protection sociale ! Tout ça pour que des financiers s'en mettent plein les poches ! Bravo il manquerait plus que l'immigration soit incontrolée...et merde !

  • Par caod4444 - 14/06/2011 - 21:57 - Signaler un abus @ Novy

    NOVY, tu parles que Jospin a sauvé notre pays ¨!!, encore un délire ! Toi je ne sais pas sur quoi tu t'asseois mais c'est pas bon je pense ...Si ta seule proposition et de tout vendre aux chinois, je pense que ce n'est pas terrible ...

  • Par NOVY12 - 15/06/2011 - 07:37 - Signaler un abus @caod4444 Ne vos précipitez pas sur le clavier...lisez

    et comprenez surtout avant de faire une réflexion ! Jospin et les socialistes ont privatisé à outrance c'est ce qui a permis à leurs militants de dire qu'ils avaient bien géré les finances !! Qui a dit qu'il avait sauvé la France ! Quant à la Grèce elle n'a pas d'autre choix...que de prévoir un programme de privats.. EDF, LA BANQUE POSTALE, le groupe SUEZ, LE PMU ne sont pas des Chinois !!!

  • Par antitruf - 15/06/2011 - 09:29 - Signaler un abus bientôt la france!!!!

    la grece,l'espagne,le potugal,l'italie bientôt la france a quand la révolution????pour metre fin a tout ça,maintenant seul les banques sont maitre de nos déstins,peut-etre une troisiéme guerre mondiale,merçi a toutes ces racailles de politiques corrompus qui métent nos pays au fond du gouffre.

  • Par NOVY12 - 15/06/2011 - 11:26 - Signaler un abus antitruf J'ai l'impression que cela vous ferait

    tellement plaisir !!! Et vous feriez quoi d'une révolution ? Les tenants seraient remplacés par d'autres et ce n'est pas pour autant que vous en profiteriez....

  • Par alankin - 15/06/2011 - 11:31 - Signaler un abus les agences de notation

    ... ne sont pas indépendantes, puisqu'elles vivent de leurs clients.. on a donc quand on dégrade la note d'un état une source de profit : montée des CDS et des taux d'intérêt.. la manip consiste à refiler la responsabilité du sauvetage grec au contribuable européen, tout en garantissant voire augmentant les profits des privés qui prêtent...c'est un profit sans risque..

  • Par elovan - 15/06/2011 - 16:46 - Signaler un abus je me demande

    la banque Lazard ,que devient -elle dans ce brouhaba? Il me semble que c'est le principal acquéreur de la dette grecque, grâce aux relations intimes du directeur du fmi, DSK, avec Pigasse? Conflit d'intérêt ou pas?DSK, avec l'accord du premier ministre, ont laissé faire, creuser le déficit, avant l'arrivée au pouvoir de ce dernier? Comment appelle t-on cela?

  • Par laurentso - 15/06/2011 - 23:07 - Signaler un abus Les premiers responsables, ce sont les Grecs

    Faut être honnête, un pays qui repose sur l'économie parallèle doit en subir les conséquences, tôt ou tard. Rien à voir avec d'éventuelles dérives dans les autres pays. Quant aux privatisations, en Grèce, elles ne feraient que transférer des revenus du public vers le privé. Et du privé américain, allemand, chinois... Ce n'est en rien une solution globale.

  • Par LeditGaga - 15/06/2011 - 23:39 - Signaler un abus Déjà vu !

    Pierre Desproges, grand visionnaire, disait : Il faut savoir, bande de décadents ramollis de téloche et de pâtés en croûte, que les Grecs sont à l’origine du pire des maux dont crève aujourd’hui le monde civilisé : la démocratie. Juste retour des choses, l'agonie de notre civilisation décadente a commencé "par là-bas" !

  • Par NOVY12 - 16/06/2011 - 12:02 - Signaler un abus @LeditGaga Desproges ne disait pas que des conneries !

    Je suis assez de son avis sur la démocratie tout au moins celle que nous connaissons....celle dont nous nous gargarisons....et qui en train de devenir un bordel gratuit !!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guy Sorman

Guy Sorman est écrivain et économiste.

Vivant actuellement entre Boulogne-Billancourt et New York, il tient pour Atlantico une chronique intitulée "Vu de New York".

Il est l'auteur de vingt essais dont Made in USA et Wonderful World.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€