Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La destruction d'Alep par la Russie et par les forces du régime al-Assad ne laissera que des extrémistes sur le champ de ruines

En faisant une campagne de bombardements intensifs, y compris sur les hôpitaux, la Russie et le régime d’Assad s’assurent de la destruction d’Alep et de toutes les factions modérées appuyées par les Etats-Unis.

Politique du pire en Syrie

Publié le
La destruction d'Alep par la Russie et par les forces du régime al-Assad ne laissera que des extrémistes sur le champ de ruines

Nancy A. Youssef. The Daily Beast.

Les Etats-Unis sont à court de solutions pour arrêter le régime d’Assad et la Russie à Alep, dans l’est de la Syrie. Les officiels américains le concèdent et ils craignent que les rebelles soutenus puis abandonnés par les Américains ne se tournent de plus en plus vers les groupes djihadistes comme Al Qaida pour être sous leur protection.

De plus, deux officiels américains ont révélé au Daily Beast qu’ils craignent que la défaite des rebelles dans la plus grande ville de Syrie pourrait affaiblir la position des groupes rebelles pro-américains dans d’autres régions comme celles d’Idlib, Hama ou Latakia. La chute des régions à l’est d’Alep, tenues par les rebelles, se traduira non seulement par un renforcement des positions du régime d’Assad, mais aussi des groupes terroristes radicaux, car c’est la dernière force d’opposition encore debout. Le destin d’Alep pour être le tournant de cette guerre civile longue de 5 ans.

« Les rebelles jouaient le jeu de la coalition jusqu’à présent. Mais combien de temps peuvent-ils tenir contre une attaque russe ? » se demandait un officiel américain un peu affolé. Si cela arrive, ça validera la thèse russe longtemps soutenue selon laquelle les rebelles syriens soutenus par les États-Unis ne sont pas modérés mais plutôt des extrémistes qui ne cherchent qu’à détruire la Syrie. Pousser ces groupes dans les bras d’autres groupes plus radicaux est peut-être même l’objectif derrière la sauvage attaque sur Alep de la semaine dernière. Celle-ci avait été lancée juste après la rupture du cessez-le-feu. Les Russes et le régime syrien utilisent «  des tactiques brutales pour radicaliser la partie adverse. Cela semble être fait exprès, et même pas juste une conséquence » analyse Daveed Garstenstein-Ross, de la Fondation de défense pour les démocraties, un think tank basé à Washington.

« C’est de la propagande russe qui s'auto-réalise » dit un officiel américain. Les officiels américains pensent que le régime Assad et les Russes vont utiliser des bombes perforantes dont le but est de transpercer des cibles comme les bunkers par exemple, mais aussi des bombes incendiaires et des armes chimiques, en ciblant des hôpitaux, les humanitaires et les stocks de vivres en eau et nourriture. D’après l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, environ 10 000 civils ont été tués par les frappes aériennes russes faites pour le compte du régime d’Assad depuis le 30 septembre 2015. Une intervention qui a fondamentalement changé le cours de la guerre en faveur du régime syrien. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, au 30 septembre 2016, il y a eu 30 338 morts dans l’est d’Alep, y compris 106 enfants. « La situation est vraiment insondable » a déclaré Rick Bernnan, directeur de la gestion des risques à l’organisation Mondiale de la Santé, dans un communiqué publié depuis Genève vendredi dernier. Les autorités américaines pensent que des milliers de soldats du régime Assad sont entrés dans Alep et ont commencé un 'nettoyage' rue par rue des quartiers détruits de l’est d’Alep. Il y a des informations contradictoires sur les régions désormais tenues par le régime. Une source du gouvernement syrien a déclaré à Reuters que ses troupes avaient pris possession de plusieurs bâtiments gouvernementaux vendredi dernier, dans des quartiers d4Alep comme Suleiman Al Halabi. Les rebelles affirment que ces soldats sont partis depuis. Dimanche, l’armée syrienne a donné l’ordre à l’opposition de quitter les lieux en proposant de garantir la sécurité de ses soldats pendant qu'il quittent la ville. Les autorités américaines estiment qu’il y a des milliers de rebelles dans et aux environs d’Alep. Mais des armes dont disposent les rebelles, comme les missiles TOW et les AK-47, ne sont d’aucune utilité face à des frappes aériennes. Jeudi dernier, des officiels américains ont commencé à dire pour la première fois que la ville pourrait tomber dans les mains du régime d’ici quelques semaines. Ils ont invoqué les attaques sur les réserves de nourritures et d’eau et les frappes aériennes sur les deux plus grands hôpitaux d’Alep mercredi dernier. Frappes attribuées aux forces russes et / ou syriennes. « On peut vivre sans grand chose, mais on ne peut pas vivre sans eau » a déclaré un responsable de la défense américaine au Daily Beast.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 04/10/2016 - 10:55 - Signaler un abus Un revers majeur pour les théories bisounoursiques...

    Les américains, pompiers pyromanes du droidelhommisme, ont les conséquences de leur interventionnisme malsain: 5 ans de guerre et le chaos! Pourtant, ils avaient l'exemple de l'Irak et de leur soutien au régime chiite hai par les Sunnites...mais cela ne leur a pas suffi! Comme les gauchistes français, ils croient soutenir des rebelles modérés, qui s'avèrent toujours être persécuteurs d'autres minorités. Fort heureusement, Fabius et Flamby sont partis la queue basse, et les américains se retrouvent seuls face à leur ennemi de toujours, les russes, qui n'ont pas change d'allié, eux, et ont tenu bon. Bravo à la diplomatie Lavrov et à l'action militaire russe! Ces pauvres bisounours américains croyaient qu'ils pourraient déclencher une guerre contre Assad sans tuer de civils... Déjà, les propagandistes s'excitent et il est dit deux fois, dans ce texte, que le régime d'Assad pourrait utiliser des armes chimiques...l'ont-ils fait? Non! Mais les journaleux gauchistes aiment bien crier au loup, sans même en avoir aperçu la queue. Cette manipulation prouve l'échec de toute une propagande, toute une diplomatie...comme les gauchistes français, les américains partiront la queue basse...

  • Par Ganesha - 04/10/2016 - 11:48 - Signaler un abus Ce n'est pas cela qu'on veut savoir !

    Tous ces articles sur la Syrie nous citent plein de noms propres et nous donnent des informations sans intérêt ! Ce qu'il faudrait qu'on nous explique, pour pouvoir vraiment comprendre la situation, c'est ce qui se passe dans les grandes portions de territoire et dans les villes qui ont ont déjà été libérées. Il y a là des populations sunnites. Qui a pris le contrôle ? Des alaouites, sous les ordres directs d'Assad ? Al Qaida ? D'autres groupes de rebelles sunnites ? C'est cela qui nous permettrait de nous faire une opinion sur les perspectives d'avenir. Quels sont exactement les plans des russes et des américains pour ''l'après conflit'' ?

  • Par assougoudrel - 04/10/2016 - 12:22 - Signaler un abus Depuis peu, on nous parle

    de la destruction d'Alep par le méchant Assad et son compère Vlad. Pourtant, cela fait trois ans (voir même plus), qu'on nous a montré la destruction de cette ville. J'ai dû louper quelques épisodes; avait-on reconstruite la ville? Donc, on l'a à nouveau détruite? Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles.

  • Par pitron67 - 04/10/2016 - 13:31 - Signaler un abus mossoul

    quand les amerlocks et nos rafales auront détruit mossoul ,il en restera quoi?nous on va les bombarder de fleurs et ils vont mourir de rires

  • Par von straffenberg - 04/10/2016 - 15:20 - Signaler un abus la diplomatie Barrack

    Ce qui se passe en Syrie est évidemment la conséquence des erreurs de la stratégie américaine et du triomphe de l'analyse russe ;Barrack est un humaniste ce n'est pas un chef de guerre . Beaucoup de vies auraient été épargné si nous avions choisi le camp chiite au lieu de parler de printemps arabe à tout bout de champ et surtout d'entretenir des relations saines avec la fédération de Russie ;Mais tout ceci a déjà été dit maintes fois le mal est fait .

  • Par cloette - 04/10/2016 - 15:29 - Signaler un abus plus opaque que cette guerre

    il n'y a pas .

  • Par pdeando - 04/10/2016 - 18:07 - Signaler un abus LA VOIX DU PENTAGONE ?

    Nancy A. Youssef est une journaliste américaine, "Senior National Security Correspondant" du Daily Beast, et surtout co-fondatrice de la "Pentagon Press Association" . Je doute donc que son article ait l'objectivité et la sérénité requises pour traiter de tels sujets .... .

  • Par Anouman - 04/10/2016 - 18:39 - Signaler un abus Extrémiste

    La seule chose dont on est certain c'est que même si tous échappent aux bombardements il ne pourra pas y en avoir plus après. Ce qui est dommage c'est que l'encouragement de certains (USA, France, GB) à cette guerre aura causé la perte de nombreux civils.

  • Par emem - 05/10/2016 - 07:30 - Signaler un abus Très opaque

    Rebelles civils et rebelles non civils. Quelle est la différence ? Rebelles islamistes et rebelles non islamistes, idem.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nancy A. Youssef

Nancy A. Youssef est une journaliste égypto-américaine. Elle est correspondante pour The Daily Beast.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€