Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dérèglement climatique, piratages informatiques massifs, tempêtes solaires, résistance aux antibiotiques : les 4 chevaliers de l'apocalypse qui nous menacent sans que nous nous y préparions

L'actualité montre que des ouragans tels que Harvey ou Irma peuvent tout détruire en quelques heures : infrastructures, réseaux, etc.. Preuve que la société ne cherche pas assez à anticiper les dangers de toutes natures.

Au pied du mur

Publié le
Dérèglement climatique, piratages informatiques massifs, tempêtes solaires, résistance aux antibiotiques : les 4 chevaliers de l'apocalypse qui nous menacent sans que nous nous y préparions

Chaque page de cet article correspond à l'une des menaces :

Page 1 : le dérèglement climatique, par Isabelle Thomas
Page 2 : les piratages informatiques massifs, par Franck DeCloquement
Page 3 : les tempêtes solaires, par Olivier Sanguy
Page 4 : la résistance aux antibiotiques, par Stéphane Gayet

Ouragans, inondations, tremblements de terre… l’urgence de s’y adapter

Natahlie Francès et Isabelle Thomas : Les dégâts provoqués par les récentes catastrophes naturelles nous amènent à nous interroger sur la préparation des gouvernements à des problèmes d'amplitude majeure assez prévisibles dans le contexte du changement climatique. Étant concentrés dans des territoires urbanisés, souvent en zone côtière, nous devons repenser la ville en termes de durabilité et de résilience. Des derniers évènements, qu’il s’agisse des ouragans dévastateurs à Houston, dans les Caraïbes, mousson catastrophique en Asie, inondations au Niger et au Yémen,découlent des questions cruciales.

Comment avons-nous aggravé notre vulnérabilité? Comment améliorer les réponses en termes de gestion de l’urgence, de rétablissement, d'adaptation? Comment élaborer des protocoles d’action qui intègrent l’incertitude? Comment créer des équipes qui intègrent les différents acteurs locaux impliqués, chercheurs, citoyens ? Le risque se compose de deux éléments: l’aléa et la vulnérabilité. La science du climat est très claire sur l’intensification des événements et leur plus grande irrégularité. Nous pouvons agir de deux manières. D’une part construire des villes qui permettent la réduction des émissions de gaz à effet de serre et donc limitent l’aggravation des dérèglements climatiques. D’autre part, se préparer et s’adapter. Or, cette adaptation dépend de leaderships politiques clairs et d’une conscientisation transparente de la société civile. Le livre, «La ville résiliente: comment la construire ? » explique très bien ces enjeux et donne des pistes de solutions adaptatives. La capacité de nos systèmes politiques à faire face à l’ampleur des crises et des enjeux associés doit s’améliorer par l'anticipation et la préparation. De nombreux exemples de bonnes pratiques existent à travers le monde. Il convient de sortir du déni et de poser des gestes responsables. Les gouvernements n’ont plus le choix que de se préparer et d’entrer dans le paradigme de l’adaptation résiliente. Cela dit, ces actions doivent porter sur des échelles territoriales complémentaires et intégrer non seulement le court mais aussi le long terme. 

La mémoire du risque est essentielle pour pouvoir se préparer aux prochains évènements. Pourtant, à la lumière des derniers événements, force est de constater que les risques ne sont pas assez pris en compte dans les façons de vivre, de se développer, d'aménager les territoires, et de s’adapter. Ainsi, malgré la récurrence des ouragans dans le golfe du Mexique, plusieurs villes et îles ne sont pas assez préparées comme nous l’avons vu à Houston avec l’ouragan Harvey. Souvent, aucun plan d’évacuation d’urgence n’est prévu. Les infrastructures principales ne sont pas protégées ni doublées en cas de panne. Des maisons de retraite, hôpitaux, stations d’eau potable, casernes de pompiers ou centres de secours, mais aussi entreprises polluantes, sont localisés en zone inondable, complexifiant l’aide d’urgence. Les zones touchées manquent alors d’eau et de courant électrique, de communication, comme c’est la cas actuellement dans les îles les plus touchées des caraïbes comme St. Martin. 

L’objectif est alors d’élaborer de sérieux retours d’expériences, et d’améliorer la capacité tant des leaders politiques et des citoyens à faire face. Le droit à un environnement sain et une collectivité sûre est une réalité. «Nous devons inventer des espaces urbains capables de maîtriser leur empreinte écologique, efficients mais aussi résilients, habitables et équitables» . Nous devons prévenir le risque en ayant une connaissance des vulnérabilités de nos villes. Quelles infrastructures en énergie, eau, peuvent être touchées? Où sont localisées les personnes vulnérables, les services de secours ? Quels sont les accès en cas d’inondation? Nous devons nous préparer avec un plan de gestion de crise, en sensibilisant en amont la population aux premières nécessités, à évacuer. Enfin, les villes doivent apprendre à vivre avec les éléments. L’habitat peut être adapté, en les surélevant pour les inondations par exemple. Revégétaliser la ville peut favoriser l’absorption des eaux de pluies contrairement à nos espaces urbains bétonnés. Chacun peut effectuer des modifications à l’échelle de son logement ou quartier, à condition d’avoir conscience de la nécessité et d’avoir les moyens de le faire. 

Le Réseau des 100 Villes résilientes de la Fondation Rockefeller offre de bons exemples de prévention et de préparation aux aléas à travers le monde. À la Nouvelle-Orléans aux États-Unis, à Semarang en Indonésie, à Toyama au Japon, et dans d’autres villes leaders de la résilience, des programmes d’éducation, de sensibilisation, des systèmes d’alerte anticipée, d’évacuation assistée, de végétalisation des quartiers, sont mis en place, leur permettent de vivre avec le risque, de l’anticiper. De même, au Canada, le gouvernement du Québec tient les 6 et 7 octobre 2017 à Montréal,un Forum intitulé « Planifions l’avenir autrement », afin d’alimenter la réflexion dans un contexte d’adaptation aux changements climatiques. Avec 1 million de personnes affectées par l’ouragan Irma, prendre exemple sur ces villes et s’adapter sur le long terme est une nécessité pour vivre en harmonie sur notre territoire, mais aussi éviter une crise de réfugiés climatiques dès à présent et dans le futur.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JLH - 09/09/2017 - 13:08 - Signaler un abus antibiotiques, peut être la parade ?

    Je ne sais plus où je l'ai lu, mais il me semble qu'un professeur de médecine, a déterminé la cause de la résistance aux antibiotiques, découvert les faiblesses de cette cause que je ne saurais expliquer et découvert les parades pour donner une nouvelle vie aux antibiotiques existants. Si cette remarque peut être complétée par un spécialiste, ce serait sans doute intéressant.

  • Par Ganesha - 09/09/2017 - 14:06 - Signaler un abus Il est 14 heures

    Il est 14 heures, et pas encore un seul commentaire qui nous explique que toutes ces catastrophes ont une cause unique : le SOCIALISME !

  • Par kelenborn - 09/09/2017 - 15:38 - Signaler un abus ahhh

    Ben...ils ont quand même oublié le plus terrible! Belzebuth , surtout quand des génies maléfiques l'ont hybridé avec Satan et Guy Bedos!!! Heureusement que Ganesha est la pour payer une tournée générale!!! C'est le trou noir! rien n'en sort et...surtout pas la lumière!!!

  • Par Ex abrupto - 10/09/2017 - 16:49 - Signaler un abus Ajoutez....

    ...l'intelligence artificielle à votre liste!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Francès

Nathalie Francès est étudiante en maîtrise en urbanisme à l’Université de Montréal. Son mémoire de recherche, sous la direction de Prof. Isabelle Thomas, porte sur la sensibilisation des populations aux risques naturels en milieu urbain. Elle travaillait auparavant comme chargée de projets de coopération au CNRS en France et à l’Université de Tokyo au Japon, après un Master en gestion de projets européens de l’Université de Caen obtenu en 2010.

Voir la bio en entier

Isabelle Thomas

Isabelle Thomas est professeur d'urbanisme à l'Université de Montréal, spécialiste des zones exposées aux risques naturels, présente à la Nouvelle Orléans lors du passage de l'ouragan Katrina.

Voir la bio en entier

Franck DeCloquement

Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques) en "Géo-économie et intelligence stratégique". Il enseigne également la "Géopolitique des médias" en Master 2 recherche "Médias et Mondialisation", à l'IFP (Institut français de presse) de l'université de Paris II Panthéon-Assas. 

Franck DeCloquement est aussi spécialiste sur les menaces Cyber-émergentes liées aux actions d'espionnage économique et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, aux assises de la FNCDS (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants et Supérieurs), à la FER (Fédération des Entreprises Romandes à Genève) à l’occasion de débats organisés par le CLUSIS - l'association d’experts helvétiques dédiée à la sécurité de l'information - autour des réalités des actions de contre-ingérence économique et des menaces dans la sphère digitale. 

Voir la bio en entier

Olivier Sanguy

Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.

Voir la bio en entier

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€