Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dérapages en vue ? Les inquiétants contrats signés par les géants Google et Palantir avec les militaires américains

Google a obtenu un contrat pour travailler sur la nouvelle initiative de guerre algorithmique du Département de la Défense, afin d’appliquer ses solutions d'intelligence artificielle au ciblage de drones.

Sensible

Publié le

Vers une nouvelle, « nouvelle ! » Révolution dans les affaires militaires (RAM) ?

Afin de rationaliser les échanges réciproques entre la puissance de calcul des géants de la Silicon Valley, et leur capacité à développer leur dispositif d’intelligence artificielle sur la base d’un usage massif des données de leurs utilisateurs, le Pentagone a tôt fait d’établir une série de partenariats avec la dès 2015, via la mise en place d’un instrument de financement public-privé connu sous le nom de DIUx (pour « Unité d’innovation expérimentale de la Défense »), dont le siège social est situé à quelques minutes à peine du campus principal de Google, à Mountain View en Californie.

Le Pentagone avait également mis en place une entité appelée Defense Innovation Advisory Board (Comité consultatif d’innovation du ministère de la Défense) en 2016, visant à « apporter l’innovation technologique et les meilleures pratiques de la Silicon Valley à l’armée américaine », présidé par l’ancien président de Google, Eric Schmidt en personne (comme nous l’indiquions déjà plus haut). Le même Eric Schmidt qui  se navrait L’automne dernier de la réticence de ceux qui travaillaient dans le secteur technologique à collaborer avec le Pentagone, déplorant le fait qu’ « il existe une inquiétude générale dans la communauté technologique que le complexe militaro-industriel utilise leurs produits pour tuer les gens ». En conclusion, la préparation pour un conflit entre grandes puissances exige, comme le rapporte la stratégie de défense nationale récemment publiée par le Pentagone, « l’intégration homogène de multiples éléments du pouvoir national : la diplomatie, l’information, l’économie, la finance, le renseignement, la police et l’armée ». En n’en pas douter, la « nouvelle révolution dans les affaires militaires » (RAM) est en marche.

Palantir Technologie Inc. n’est pas en reste et remporte un contrat militaire mirifique de 876 millions de dollars dans le data-mining.

Fondé en 2004, Palantir est sollicité par des douzaines d'organisations locales, fédérales ou étatiques pour agréger massivement des données éloignées, trouver des modèles et présenter les résultats visuellement graphiques, aisés à interpréter. Son utilisation par la police à Los Angeles, à Chicago et à la Nouvelle-Orléans dans l’usage des calcules prédictifs  a d’ailleurs soulevé des préoccupations éthiques au sujet de la possibilité de cibler injustement certaines minorités. Ce qui n’a pas empêché l'investisseur milliardaire Peter Thiel de remporter très dernièrement une nouvelle victoire à Washington, à travers sa société Palantir Technologies Inc. en décrochant un contrat mirifique, face à une concurrence particulièrement âpre, pour fournir des logiciels de data-mining à l'armée américaine. Palantir travaillera avec Raytheon Co dans cette affaire, pour un montant estimé à 876 millions de dollars sur dix ans, selon le département américain de la Défense (DOD). Les termes du partenariat entre Palantir Technologie Inc. et Raytheon Co n'ont pas été divulgués, et les sociétés n'ont souhaité répondre aux demandes de commentaires. Depuis l'élection de Donald Trump, Peter Thiel a acquis une influence très significative dans les allées du pouvoir à Washington. Il était le d’ailleurs le partisan le plus emblématique de Donald Trump dans la Silicon Valley, et a contribué financièrement à sa campagne.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zelectron - 12/03/2018 - 17:19 - Signaler un abus Si vis pacem ...

    il n'en reste pas moins qu'en Europe on "bricole" à ce propos. Faut-il laisser les russes et chinois prendre de l'avance dans les domaines de l'IA militaire et rester les bras ballants ? Que signifie le mot inquiétude dans l'en-tête de l'article ? Au fond ne serait-ce pas plutôt en soi le bashing tous azimuts de la robotique et de l'intelligence artificielle qui est inquiétant ?

  • Par vangog - 12/03/2018 - 17:26 - Signaler un abus Le retard pris par l'union europeiste est stupéfiant...

    Les dirigeants europeistes n'ont rien appris des erreurs passées de l'Europe dans son manque d'anticipation des guerres déclenchées par le socialisme (national et international). Les benêts européistes sont quasiment endormis, alors que le monde digital avance partout à pas de géants!

  • Par ajm - 13/03/2018 - 15:01 - Signaler un abus Enfoncer des portes ouvertes.

    Google est une grande entreprise US Quoi de surprenant qu'elle obtienne des contrats avec le Pentagone ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck DeCloquement

Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques) en "Géo-économie et intelligence stratégique". Il enseigne également la "Géopolitique des médias" en Master 2 recherche "Médias et Mondialisation", à l'IFP (Institut français de presse) de l'université de Paris II Panthéon-Assas. 

Franck DeCloquement est aussi spécialiste sur les menaces Cyber-émergentes liées aux actions d'espionnage économique et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, aux assises de la FNCDS (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants et Supérieurs), à la FER (Fédération des Entreprises Romandes à Genève) à l’occasion de débats organisés par le CLUSIS - l'association d’experts helvétiques dédiée à la sécurité de l'information - autour des réalités des actions de contre-ingérence économique et des menaces dans la sphère digitale. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€