Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dérapages en vue ? Les inquiétants contrats signés par les géants Google et Palantir avec les militaires américains

Google a obtenu un contrat pour travailler sur la nouvelle initiative de guerre algorithmique du Département de la Défense, afin d’appliquer ses solutions d'intelligence artificielle au ciblage de drones.

Sensible

Publié le
Dérapages en vue ? Les inquiétants contrats signés par les géants Google et Palantir avec les militaires américains

C’est une semaine faste en révélations qu’ont pu suivre les lecteurs outre-Atlantique dans les médias d’actualité, puisque certains supports de presse engagés ont divulgué l’étroite collaboration qu’entretenaient en réalité les deux géants de la Tech américaines, Google et Palantir technologie, avec le Département de la Défense.

Avec en arrière-plan, la divulgation d’accords discrets concernant la mise à disposition de leurs technologies d’Intelligence Artificielle (IA) en matière d'apprentissage automatique, au service des militaires duPentagone.

Une réalité bien connue en interne, qui avait tôt fait de provoquer une gêne palpable dans les rangs des collaborateurs de la firme de Mountain View, bien conscients des conséquences éthiques que pouvaient corrélativement sous-entendre la réification de tels accords. Au point qu’une certaine forme de résistance inquiète a permis d’en connaitre un peu plus sur les visées réelles poursuivies à travers ces programmes conjoints. Occasionnant des fuites à destination des oreilles indiscrètes des journalistes d’investigation américains, organisées par des employés particulièrement indignés. Les vulnérabilités humaines sont légion, même au sein des organisations managériales les plus verrouillées… Et tout fini par ce savoir un jour ou l’autre. Preuve une fois de plus à l’appui. Le site d’actualité Gizmodo.com indique même à ce propos que de très nombreux membres du personnel salariés par le géant de la recherche n’avaient appris l’effectivité de cette collaboration, moins d’une semaine avant les révélations, via la diffusion de courriels internes à l’entreprise.  

Qu’apprend-on concrètement, en marge de l’émoi général suscité par ces révélations ?

« Google à tranquillement obtenu un contrat pour travailler sur la nouvelle initiative de guerre algorithmique du Département de la Défense (DOD), fournissant une assistance avec un projet pilote pour appliquer ses solutions d'intelligence artificielle au ciblage de drones »… C’est par ces mots laconiques que Lee Fang révélait toute affaire mardi dernier, dans les colonnes The Intercept. Et c’est un véritable coup de tonnerre qui a soudain saisi l’opinion publique américaine et le landernau de la Tech californienne, à l’issue de ces premières divulgations. Car cela n’avait jamais fuité jusqu’à présent, et pour cause : le contrat liant Google et les militaires américains sur le projet « Maven », était en réalité porté par la société de technologie ECS Federal, basée en Virginie du Nord, comme le révèle l’article des deux journalistes Kate Conger et Dell Cameron dans sur Gizmodo.com. Le tout ayant évidemment vocation à soustraire cette relation contractuelle discutable aux yeux des curieux, pour mieux noyer le poisson comme chacun pourra aisément le comprendre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zelectron - 12/03/2018 - 17:19 - Signaler un abus Si vis pacem ...

    il n'en reste pas moins qu'en Europe on "bricole" à ce propos. Faut-il laisser les russes et chinois prendre de l'avance dans les domaines de l'IA militaire et rester les bras ballants ? Que signifie le mot inquiétude dans l'en-tête de l'article ? Au fond ne serait-ce pas plutôt en soi le bashing tous azimuts de la robotique et de l'intelligence artificielle qui est inquiétant ?

  • Par vangog - 12/03/2018 - 17:26 - Signaler un abus Le retard pris par l'union europeiste est stupéfiant...

    Les dirigeants europeistes n'ont rien appris des erreurs passées de l'Europe dans son manque d'anticipation des guerres déclenchées par le socialisme (national et international). Les benêts européistes sont quasiment endormis, alors que le monde digital avance partout à pas de géants!

  • Par ajm - 13/03/2018 - 15:01 - Signaler un abus Enfoncer des portes ouvertes.

    Google est une grande entreprise US Quoi de surprenant qu'elle obtienne des contrats avec le Pentagone ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck DeCloquement

Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques) en "Géo-économie et intelligence stratégique". Il enseigne également la "Géopolitique des médias" en Master 2 recherche "Médias et Mondialisation", à l'IFP (Institut français de presse) de l'université de Paris II Panthéon-Assas. 

Franck DeCloquement est aussi spécialiste sur les menaces Cyber-émergentes liées aux actions d'espionnage économique et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, aux assises de la FNCDS (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants et Supérieurs), à la FER (Fédération des Entreprises Romandes à Genève) à l’occasion de débats organisés par le CLUSIS - l'association d’experts helvétiques dédiée à la sécurité de l'information - autour des réalités des actions de contre-ingérence économique et des menaces dans la sphère digitale. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€