Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dépressifs chroniques ? Comment le choc pétrolier a façonné notre univers mental

Le choc pétrolier de 1973 marque en Europe la fin des sociétés d'abondance qui ont émergées au sortir de l'après-guerre. Moins progressiste, plus replié sur lui même mais aussi moins paranoïaque, l'imaginaire collectif européen est encore marqué par un événement vieux de 40 ans. 3ème épisode de notre série sur le choc pétrolier.

Série : anniversaire du choc pétrolier

Publié le
Dépressifs chroniques ? Comment le choc pétrolier a façonné notre univers mental

Le choc pétrolier a brisé violemment le rêve de la croissance infinie. Crédit Reuters

Atlantico : Perçu comme le principal coup d'arrêt à la prospérité économique issue des Trente Glorieuses, le choc pétrolier de 1973 reste dans l'imaginaire européen l'événement qui marque le déclin des sociétés du Vieux Continent. Peut-on voir dans cet épisode l'origine d'une nouvelle mentalité commune, moins conquérante et moins positive sur l'avenir ?

Michel Maffesoli : Je pense que c’est à partir de la seconde moitié du XXème siècle que s’opère progressivement un changement d’importance dans l’imaginaire collectif. Pour faire bref, on est confronté à une lente saturation des valeurs modernes et à l’émergence en contrepoint de ce qui va constituer la postmodernité. Les révoltes juvéniles dans les années 1960 en témoignent, le choc pétrolier en 1973 est un symbole des plus importants en la matière. Dans cette perspective, la prospérité économique, ou le règne du quantitatif tend de plus en plus à être considéré comme une valeur désuète.

Faut-il parler à cet égard d’un déclin des sociétés du Vieux Continent ? Je ne le pense pas, mais on assiste plutôt à l’émergence d’une nouvelle atmosphère mentale, moins « paranoïaque » et moins préoccupée par le mythe progressiste, c’est-à-dire par cette tension vers l’avenir, la recherche de la société parfaite ou pour reprendre un leitmotiv des utopies marxisantes, les lendemains qui chantent. En d’autres termes, l’énergie individuelle et collective n’est plus dans la recherche d’un avenir radieux, mais par contre tend à se focaliser sur le présent. On peut dire que c’est ce « présentéisme » qui met l’accent sur le qualitatif de l’existence : un "mieux être" n’étant pas réduit à un bien-être.

Pour en savoir plus, retrouvez l'épisode précédent de notre série "anniversaire du choc pétrolier" : Ce qui reste du choc de 1973 sur la carte des puissances mondiales.

Les prédictions apocalyptiques se sont par ailleurs multipliées, plus d'une vingtaine, à partir des années 1980. Peut-on dire que notre inconscient collectif est aujourd'hui entré dans une logique de fin du monde ou s'agit-il d'un trait récurrent des sociétés humaines ? 

Il est certain que la saturation des grandes valeurs modernes va s’exprimer comme c’est toujours le cas quand on assiste à la fin d’un paradigme, par l’émergence de toute une série d’apocalypses. Mais il faut rappeler que le mot apocalypse, à l’encontre de ce qu’on a l’habitude de penser signifie révélation. C’est ainsi qu’il s’agit moins d’une logique de fin du monde que de celle de la fin d’un monde. Et corrélativement, qui dit la fin d’un monde souligne l’émergence d’un autre monde. Rappelons-nous à cet égard la position du philosophe Anaximandre de Milet : « Genesis kai phtora, Phtora kai genesis » (genèse et déclin, déclin et genèse). C’est ce qu’on peut appeler une structure anthropologique : quand une manière d’être et de penser cesse, on peut en voir dans le même temps, une autre émerger. 

Le choc pétrolier vient aussi briser violemment le rêve de la croissance infinie qui caractérisait les sociétés d'abondance des années 1960. Peut-on dire que l'on est sorti à ce moment là du positivisme européen pour entrer dans un fatalisme désabusé ? 

A cet égard, le choc pétrolier dont il a été question est symptomatique, en ce qu’il souligne la saturation du grand mythe progressiste, c’est-à-dire d’un développement économique indéfini. Ce qui était l’utopie de la société d’abondance, telle que les observateurs des années 1960 la prédisaient. J’ai indiqué qu’il s’agissait là d’une conception paranoïaque, quelque peu agressive qui était la conséquence du rationalisme dominant à partir du XVIIIème siècle et qui s’est achevé dans un rationalisme morbide, celui de la dévastation du monde, dont les saccages écologiques sont l’expression. A l’encontre de ce « développentalisme » exacerbé, un autre imaginaire est actuellement en gestation, que l’on peut nommer « enveloppementalisme », c’est-à-dire un souci de la nature, une autre attitude moins agressive vis-à-vis de ce « monde-ci ».

S’agit-il d’un fatalisme ? Pas forcément, mais du retour d’une sagesse humaine reposant sur le fait que tout ne peut être résolu, qu’il n’y a pas une solution à tous les problèmes que l’on se pose. Ainsi que l’ont dit quelques bons esprits, c’est le retour d’un « sentiment tragique de l’existence ». On va dès lors moins vouloir régler le chômage que s’en accommoder. De même les problèmes sociaux et économiques qui vont se poser ne le seront plus en termes de solutions, mais d’ajustements.

Le mythe de la "voiture pour tous" a aussi été clairement ébranlé avec la flambée des prix du pétrole. En quoi cela a t-il pu modifier notre perception du monde ?

Le mythe de « la voiture pour tous » était certainement la forme achevée d’une société d’abondance et l’on voit bien, actuellement, qu’émergent des attitudes quotidiennes de covoiturage, d’utilisation des transports collectifs, voire le fait de ne pas avoir de voiture personnelle, le développement des locations et d’autres exemples de la même eau, tout cela montre bien qu’est en gestation une perspective que je nomme pour ma part « écosophique », faite de prudence, de solidarité, de générosité, de partage, en bref de bénévolance vis-à-vis de l’environnement naturel, ce qui a un contrecoup sur l’environnement social. Il y a là une modification dans la vision du monde et comme cela commence à se dire de plus en plus, c’est l’émergence d’un nouveau paradigme, dont les jeunes générations sont les protagonistes essentiels.

Propos recueillis par Théophile Sourdille

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par yt75 - 16/10/2013 - 10:06 - Signaler un abus Ouais ...

    On peut aussi lire Bataille ou Debord par exemple : http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/ Et une chose est sure, il est temps de sortir du mythe : "premier choc pétrolier=Yom Kippour/embargo Arabe = géopolitique = rien à voir avec les contraintes géologiques" Quand le premier choc était surtout la conséquence directe du pic de production des États-Unis ayant eu lieu fin 1970, et rééquilibrage majors/pays producteurs sur le revenu de chaque baril. Voir résumé en fin de post en lien ci dessus

  • Par Ravidelacreche - 16/10/2013 - 10:58 - Signaler un abus l’imaginaire collectif

    L'optimiste est un imbécile heureux le pessimiste un imbécile malheureux (Bernanos)

  • Par yavekapa - 16/10/2013 - 13:07 - Signaler un abus Le choc pétrolier

    a été un rude choc, mais inévitable. Par contre on cherche toujours les chocs de simplification, de compétitivité, etc... Avec leur sacro-sainte croissance à la con qui nous emmène inévitablement dans le mur, ça va être le choc final, qui va annihiler tous les autres chocs, et nous avec ! Vous verrez qu'avec plus de 10 milliards d'habitants, ils vont nous faire bouffer des chenilles et des fourmis (noires ou communistes). Ils en sont déjà aux usines pilotes. Et l'air respiré sera taxé à 75%, pas de blague. Et obligé de boire l'eau qui a lavé les pieds. p... heureusement que je suis né maintenant.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Maffesoli

Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.

Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).

Michel Maffesoli a publié au mois d'octobre 2014 L'Ordre des choses (CNRS éditions). Puis La France Etroite en 2015 et La Parole du silence, au Cerf en 2016. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€