Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 14 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dépendance affective et amoureuse : comprendre comment elle fonctionne pour trouver les solutions qui marchent

La dépendance affective peut causer des troubles profonds. Comprendre son mécanisme et trouver des solutions sont possibles comme le prouve Geneviève Krebs dans son ouvrage "Dépendance affective, six étapes pour se prendre en main" aux éditions Eyrolles (18€). (2/2)

Bonnes feuilles

Publié le
Dépendance affective et amoureuse : comprendre comment elle fonctionne pour trouver les solutions qui marchent

 Crédit ANDREAS SOLARO / AFP

J’observe les rouages de ma vie 

"Toute dépendance naît d’un refus inconscient à faire face à sa propre souffrance et à la vivre". Eckhart Tolle

Comprendre qu’on ne devient pas dépendant affectif par hasard est le premier pas vers un mieux.

Comprendre que la vie nous amène plusieurs expériences semblables provoquant de la souffrance et de la frustration, dans le but de prendre conscience de certains de nos schémas, est l’assurance de ne pas être maudit comme je peux parfois l’entendre de certaines personnes, mais bel et bien que si les comportements restent les mêmes, les résultats aussi. 

Comprendre notre histoire, nos perceptions, nos décisions internes, nos peurs, nos croyances, c’est aussi mieux comprendre ce que nous tentons de rejouer ou de mettre au défi. Comprendre qu’il n’y a pas que des méchants et des gentils dans les relations toxiques, mais bien des personnes en souffrance qui agissent de façon plus ou moins dangereuse. 

Comprendre que la dépendance affective est un puissant sentiment de manque à assouvir, et que ce manque est souvent intérieur (de soi à soi- même), et que la réponse à ce manque est pour un dépendant affectif, principalement cherchée à l’extérieur, alors que les clés sont à l’intérieur. Nous sommes la réponse. Personne d’autre !

Qu’est-ce que la dépendance affective ? 

La dépendance est une souffrance qui vient d’une blessure qui a provoqué une peur incontrôlée du vide, du rejet et de l’abandon. Un déclencheur qui a fait nous sentir non-aimable, pas assez ceci ou pas assez cela et surtout qui nous maintient dans un état d’insécurité permanent et de manque d’estime de soi. Une situation qui avec le temps, les expériences et les échecs nous a mis plus bas que terre, nous faisant perdre toute confiance en nous et en l’autre. Ces états d’être poussent le dépendant affectif à développer des comportements obsessionnels et à agir avec démesure, acceptant l’inacceptable et s’investissant pour l’autre tel un sauveur, uniquement pour fuir ce sentiment de vide inconsolable. 

Je comprends que je suis la solution 

Tant que le dépendant affectif n’a pas compris que la réponse à son mal-être est en lui, il continue à la chercher à l’extérieur. Et une fois qu’il pense l’avoir identifiée à l’extérieur, au travers d’un conjoint, d’un ami, d’une activité sportive, de la nourriture, de sexe, d’alcool, etc., il pense que « l’autre ou la chose » est indispensable à sa vie, sa survie, et en devient dépendant, totalement « accro ».

Dans la dépendance affective, l’enjeu est de trouver une personne capable de combler le manque cruellement ressenti. Et pour être aimé ou apprécié, le dépendant affectif est prêt à tout. Il se demande en permanence comment être et quoi faire pour que cela fasse plaisir, pour que cela soit remarqué, pour que cela soit apprécié et qu’en retour, de l’attention, de la tendresse, de la reconnaissance ou de l’amour lui soit donné. Mais cette façon de faire est chronophage. Et le résultat obtenu ne vient satisfaire le besoin qu’un laps de temps… celui de recommencer pour avoir et avoir encore, et encore.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 17/07/2018 - 08:49 - Signaler un abus Une analyse extrêmement pertinente

    J’aurais rajouté l’amour pitié, tout aussi néfaste car la personne en difficulté oublie extrêmement vite son ancienne situation, quitte à devenir exigeante et réalise elle même qu’elle s’est marié par intérêt et devient difficile à vivre.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Geneviève Krebs

Geneviève Krebs exerce depuis plus de 20 ans dans le domaine du coaching et de la thérapie brève, en cabinet et dans les entreprises. Son expertise se situe au niveau de l'étude des structures émotionnelles permettant de mieux comprendre les comportements et leur impact sur les actions au quotidien. Elle accompagne les individus et les entreprises dans la prise de conscience et le déverrouillage de leurs systèmes de blocage.
 
Ses recherches et expériences ont fait l'objet d'une dizaine d'ouvrages parus aux éditions Eyrolles, Afnor et Chronique Sociale Elle est aussi à l'origine de La Chaîne du Bien-Etre qui diffuse vidéos, podcasts et articles de sensibilisation dans le domaine du développement personnel, des risques psychosociaux et de la qualité de vie au travail.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€