Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Départ du Vendée Globe : tout sur le redoutable défi psychologique auquel se confrontent les navigateurs (et ces leçons que nous pourrions tous en tirer)

Ce dimanche, le départ du Vendée Globe 2016-2017 sera donné depuis les Sables-d'Olonne pour 29 marins qui s'apprêtent à passer près de trois mois seuls au milieu de trois océans. Une aventure et un rythme de vie qui mettent à rude épreuve les corps et les esprits de ces navigateurs.

Hisse et oh

Publié le
Départ du Vendée Globe : tout sur le redoutable défi psychologique auquel se confrontent les navigateurs (et ces leçons que nous pourrions tous en tirer)

Atlantico : Ce dimanche, vingt-neuf marins s'élanceront des Sables-d'Olonne pour le Vendée Globe, tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Alors que ces marins s'apprêtent à passer environ trois mois coupés du monde dans un petit bateau, quels sont les effets psychologiques d'un tel confinement chez l'homme? Doivent-ils s'attendre à passer par des phases différentes en ce qui concerne leur humeur, leur moral, etc.?

Hubert Ripoll : Le Vendée Globe est effectivement une épreuve hors du commun, car ces marins seront relativement isolés pendant trois mois, même si les infrastructures actuelles permettent d'avoir un environnement et une plate-forme qui permettent de se localiser, d'avoir toutes sortes de conseils médicaux, géographiques, météos, etc.

Ils sont seuls, et seront confrontés à une sorte de vide psychologique, ce qui n'est pas le pire pour eux car ils s'y sont sérieusement préparés.

L'épreuve la plus dure pour eux relève du biologique, voire du neurologique. Le véritable challenge est là, notamment car ils s'apprêtent à être confrontés à une dette de sommeil qui sera particulièrement importante. Or, ils ne peuvent pas se préparer totalement à cette dette de sommeil, car elle dépend aussi des conditions climatiques. Elle pourra être planifiée lors de certaines périodes, mais pas dans d'autres.

Ils connaîtront une première phase un peu difficile, qui consiste à se mettre dans un rythme veille-sommeil très particulier au niveau psychologique. Cette phase dure grosso modo entre 48 et 72 heures, selon des recherches qui ont été menées sur la question précisément avec des skippers du Vendée Globe. Ils devront en effet rentrer dans un nouveau cycle, un cycle de marins auquel ils ne peuvent pas se préparer tant qu'ils sont sur la terre ferme. Pendant cette période de 2-3 jours, ils devront – en fonction des conditions météo – fractionner leur sommeil, avec des phases qui peuvent durer de 10 à 80 minutes, mais aussi inférieures à 10 minutes… C'est très compliqué, surtout quand on l'associe à la fatigue physique.

Cette situation peut entraîner des désordres et de grosses hallucinations en cas de dettes de sommeil trop importantes (voir quelqu'un d'autre à bord du bateau, penser être arrivé alors qu'on est encore en pleine mer). Quand ces extrêmes arrivent, cela signifie qu'ils sont allés au-delà de ce qui était acceptable. Charge à eux de se maintenir en-dessous de cette zone. Généralement, cette zone de difficulté peut intervenir au bout de deux mois en mer. Entre le deuxième et le troisième mois, les choses deviennent plus difficiles.

Le sommeil est donc la principale difficulté psychologique pour les skippers, car il doit se gérer jour par jour, heure par heure, minute par minute. Pour tout le reste, ils sont relativement préparés (physiquement, mentalement, etc.).

Quels sont les moyens pour ces marins, coupés du monde et qui vont vivre d'une manière totalement différente de ce à quoi nous sommes habitués (nourriture, sommeil, sociabilité…), de "tenir le coup" pendant ces trois mois?

Leur capacité à tenir le coup est fonction de leur équilibre psychologique, qui tient lui de façon assez large à la manière dont ils se sont préparés, ainsi qu'à la question personnelle et existentielle de savoir pourquoi ils sont là. Certains sont là pour gagner, mais d'autres – la plupart – sont là pour s'accomplir et remporter un challenge contre soi-même. Ceux qui ont une visée peut-être un peu plus narcissique, qui veulent gagner avant de s’accomplir et de réussir un challenge, seront peut-être plus en difficulté et plus exposés au doute.

Au-delà de la question de la nature de la motivation, il faut également une bonne préparation. Après, l'environnement fait que le skipper n'est pas si seul et reste en lien avec son équipe au sol (aide médicale à distance si besoin, aide pour le choix de la route, etc.). Si vous avez un bon routeur, vous évitez le danger. Si vous faites confiance à votre équipe dans la préparation du bateau, vous diminuez le risque de coup de mou. Il faut également que le concurrent se situe correctement sur l'échelle sécurité-risque qu'il souhaite adopter, à savoir qu'une prise de risque accrue peut certes l'aider à gagner, mais peut aussi ne pas lui faire rejoindre l'arrivée.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hubert Ripoll

Hubert Ripoll est psychologue du sport et essayiste. Il a travaillé auprès de plusieurs équipes de France et avec de nombreux champions olympiques et champions du monde. Il est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages sur la psychologie des champions et des coachs sportifs. Il a publié Le mental des champions (Payot, 2008), Le mental des coachs (Payot, 2012), La résilience par le sport (Odile Jacob, 2016).

On peut retrouver l’ensemble de son travail et de ses analyses sur les blogs Le mental des champions, Le mental des coachs, La résilience par le sport.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€