Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La démographie, ce facteur si souvent oublié : les économies occidentales vouées au crash à cause de leur natalité ?

Les spécialistes oublient souvent d'évoquer les problématiques démographiques pour expliquer comment fonctionne l'économie. Et pourtant, comme le montre l'auteur américain Harry Dent, les deux sont liés. Premier épisode de notre série consacrée aux liens entre démographie et économie.

Lien de cause à effet

Publié le
La démographie, ce facteur si souvent oublié : les économies occidentales vouées au crash à cause de leur natalité ?

Il existe clairement une corrélation entre les dépenses familiales et les cours du marché. Crédit Reuters

Depuis le début de la crise, les problématiques économiques sont sur toutes les lèvres, et tous les jours, des experts s'amusent à jouer les Cassandre et à annoncer l'armageddon. Leurs arguments, divers, laissent généralement de côté un élément pourtant essentiel : la démographie. Cette dernière est en effet capitale pour comprendre les ressorts de l'économie mondiale, les différentes crises et les manières d'en sortir.

L'écrivain américain, également auteur de lettres d'informations financières, Harry S. Dent l'a bien compris puisqu'il en a fait l'un des principaux thèmes de son dernier livre, paru aux Etats-Unis en septembre dernier, The Great Crash Ahead: Strategies for a World Turned Upside Down ("Le grand crash qui nous attend : les stratégies pour un monde complètement bouleversé").

L'économiste met ainsi en avant le rôle de la démographie dans les difficultés économiques que devraient traverser le monde et plus particulièrement les Etats-Unis ces prochaines années. Harry Dent a montré a plusieurs reprises dans ses recherches que les habitudes de dépenses des hommes et des femmes suivent en fait des modèles très prévisibles tout au long de leur vie. Ainsi, une personne dépensera en moyenne plus d'argent entre 46 et 50 ans.

Comme le montre le graphique ci-dessous, les vagues de dépenses sont le moteur de l'économie mais aussi des cours du marché. Il existe clairement une corrélation entre les dépenses familiales et les cours du marché.

Cliquer pour agrandir

Dans son dernier essai, Harry Dent affirme ainsi que les dépenses de consommation devraient chuter dès 2012, avec l'indice Dow Jones au creux de la vague, compris entre 3 000 et 5 600 points en 2014, soit une baisse de 70% par rapport aux niveaux actuels. Comment l'expliquer ? Tout simplement parce que les baby-boomers, qui ont servi de moteur à la prospérité économique des années 1990 quand ils étaient âgés de près de 45 ans et se trouvaient donc dans leur pic de dépenses, ont désormais largement dépassé les 50 ans et retirent leurs capitaux des marchés. Cela devrait ainsi entraîner, selon Harry Dent, une spirale déflationniste au cours de ces prochaines années alors que les prix et les revenus devraient baisser considérablement. La génération des baby-boomers n'a par ailleurs pas été remplacée immédiatement après 1975, le taux de natalité des Etats-Unis atteignant un niveau très bas niveau en 1973.

Ainsi, si le rôle joué par les phénomènes démographiques sur l'économie est aussi important que certains le pensent, et donc si l'économie continue de suivre la vague de dépenses de consommation, les douze prochaines années devraient être des années de vache maigre, le prochain pic de dépenses n'étant pas prévu avant 2022, quand la génération appelée parfois aux Etats-Unis "baby boomlet" (NDLR : nés au début des années 1980) atteindra son pic de dépenses. Si les phénomènes démographiques indiquent que les Bourses devraient connaître une mini-reprise en 2015-2017, elles tomberont néanmoins au plus bas pendant la période 2019-2023.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Glop Glop - 10/12/2012 - 10:12 - Signaler un abus C'est beau la démographie

    Il faut aussi penser à la nourrir.

  • Par TADD - 10/12/2012 - 11:15 - Signaler un abus Natalité galopante = bombe H.

    Bombe H = bombe humaine = même dégat, l`un comme l`autre.

  • Par zaz - 10/12/2012 - 11:25 - Signaler un abus @Glop glop

    Je suis passé aux Etats Unis il y a quelques temps, et il ne m'a pas sauté aux yeux que les américains avaient du mal a se nourrir.

  • Par Jean-Francois Morf - 10/12/2012 - 11:39 - Signaler un abus Imaginons un pays limitant la natalité à 1,2 enfant par couple

    Combien de successeurs avant que le premier milliard de chinois ne décèdent, après l'explosion des jeunes chinois sous Mao? 0,6 milliard d'enfants, qui vont vivre 80 ans 0,3 milliard de petits-enfants, qui vont vivre 85 ans 0,15 milliard d'arrières petits enfants, qui vont vivre 90 ans Sans compter les arrières petits enfants que verront le premier milliard Soit une somme supérieure à 1 milliard: la population augmentera!

  • Par Rémi57 - 10/12/2012 - 12:15 - Signaler un abus Très prévisible, en effet

    Les mayas ont fait aussi des prédictions (il est vrai, à plus long terme). S'il en faut pour être en mesure de gouverner, autant qu'elles soient basées sur des faits réels, pas ou peu sujets à fluctuation. Les dépenses des adultes sont tellement prévisibles d'une génération à l'autre qu'elles pourraient devenir un "modèle prévisionnel" de la consommation des ménages et par ce biais un "modèle prévisionnel" boursier jusqu'en 2023 ? Harry ne serait-il pas un peu trop dans la littérature et en train de jouer, comme un certain POTTER, les apprentis sorciers ?

  • Par GodIsSuperior - 10/12/2012 - 18:16 - Signaler un abus Ridicule

    Avec la diminution des ressources naturelles et la crise économique à venir, la société de consomation ne vas pas durer éternellement. Les pays qui réussiront le mieux à gérer leurs taux de chômage seront alors ceux qui parviendrons à gérer le vieillissement et la diminution de leur population et à inverser les flux de l'immigration. Le vieillissement de la population Japonaise est une chance sans pareil pour le Japon. Un chrétien

  • Par Claudec - 10/12/2012 - 19:17 - Signaler un abus Quelle est la réalité

    Il existe des chiffres qu'aucun des membres de nos élites n'a le courage d'affronter et dont il faudrait pourtant avoir clairement conscience avant de tenter quoi que ce soit d'utile pour secourir durablement les plus pauvres d'entre nous : À l'aube de notre ère, la Terre était peuplée d'environ 250 millions d'êtres humains. Au début du second millénaire elle en compte 7 milliards, dont 1,2 à 1,4 milliard vivent dans un état de pauvreté profonde. L'homme et le progrès dont il est porteur ont ainsi créé, en 20 siècles, 5 fois plus de miséreux qu'il n'y avait d'individus de toutes conditions sur terre au début de leur entreprise. Et la population augmente de nos jours, quotidiennement, de 220 à 250 000 âmes, qui viennent majoritairement se joindre aux plus pauvres, pour surpeupler une pyramide sociale dans laquelle le descenseur social prend le pas sur l'ascenseur du même nom, comme pour nous démontrer que la pauvreté est plus facile à partager que la richesse. http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com De la richesse à l'exclusion sociale aujourd'hui et à la barbarie demain, par la démographie.

  • Par zelectron - 10/12/2012 - 22:37 - Signaler un abus statistiques ethniques et religieuses interdites

    Alea jacta est, le débat ne peut avoir lieu. Bien trop de gens pénètrent l'union masqués.

  • Par Palissade - 10/12/2012 - 22:40 - Signaler un abus Vous ne le saviez pas?

    Depuis plus de 30 ans, les gouvernements de gauche et de droite poursuivent obstinément une politique d'immigration massive afin de reculer le moment où l'on heurtera le mur démographique et/ou de la croissance. Cette politique est particulièrement puérile et irresponsable comme l'a très bien montré une étude de l'ONU de 2001 appelée fort justement "Replacement Migration: Is It a solution to declining populations?". Mais non, il faut continuer avec ce modèle de profit infini, payer la dette, quitte à en faire crever la France. Aujourd'hui, nous nous retrouvons avec une population de plus en plus hétèrogène et antagoniste, et à laquelle il devient de plus en plus difficile de faire accepter les efforts et les modifications sociétales qui s'imposent pour passer à une société basée sur des valeurs autres que celles du capitalisme libéral et financier. Bref, tout cela va se payer. Et très très cher.

  • Par cdg - 11/12/2012 - 09:32 - Signaler un abus tout faux

    Un taux de natalite fort a un seul avantage: fournir de nombreux soldats afin d envahir et de piller les voisins. Si on exclut cette option, ca n a aucun interet car de nos jours on peut plus se permettre d avoir des generations d illetres qu on fera travailler comme des betes de sommes dans les champs ou dans des usines (les robots vont mieux pour encore moins cher) Donc si on veut eduquer nos enfants et qu il trouve plus tard un travail, il faut mieux pas en faire trop. Vous remarquerez d ailleurs que la chine ou l allemagne n ont pas des politiques lapinistes comme nous Sinon l article se trompe aussi en disant qu il y aura un boom de consommation quand le "baby boomlet" aura 46 ans. Il ne pourra pas depenser plus que c equ il ne gagne. et il ne gagnera pas beaucoup car il devra rembourser les dettes des baby boomers, payer leur retraites (pour ceux pas encore mort) le tout avec des salaires minables car un grand nombre d activites auront ete delocalisees

  • Par eldorove - 11/12/2012 - 12:32 - Signaler un abus 70% ? Tonnerre !!

    Je pense que le graphique a été mal lu. Je ne suis aucunement économiste mais je crois que la notion "Dow Jones adjusted for inflation" devrait vous permettre de comprendre que les 3000 à 5600 points évoqués ne sont pas ceux d'aujourd'hui, mais des équivalents-1956 (date de début du graphique). D'où une baisse de "pas 70% du tout" d'ici 2014... C'est tellement énorme que ça devrait vous interpeller non ? Je crois que vous avez eu raison de ne pas signer votre article. Donnez nous des nouvelles dans votre second épisode, s'il vous plait.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€