Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 11 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Démission de Christiane Taubira : la tempête grondait… il était temps

Elle n’était plus en phase avec le gouvernement. L’affaire de la déchéance de nationalité aura été le point d’orgue qui l’a contraint à quitter son poste de Garde des Sceaux qu’elle occupait depuis plus de 3 ans…

La fin

Publié le
Démission de Christiane Taubira : la tempête grondait… il était temps

Sa situation était devenue intenable… Beaucoup se demandaient jusqu'à quand pouvait-elle rester ? Elle n’était plus en phase avec le gouvernement. L’affaire de la déchéance de nationalité aura été le point d’orgue qui l’a contraint à quitter son poste de Garde des Sceaux qu’elle occupait depuis plus de 3 ans… Ainsi donc, la capacité de résistance de Christiane Taubira avait des limites. Le président de la République a cru, pendant des mois, que l’imprévisible élue de Guyane était moins dangereuse, nocive à l’intérieur du gouvernement, qu’à l’extérieur… Il s’est trompé.

La droite évidemment n’est pas mécontente de voir partir Christiane Taubira qui commençait à cristalliser une hostilité presque inquiétante aux yeux de l’opinion publique. Une hostilité, il faut le souligner, aux relents racistes parfaitement scandaleux. Oui, en nommant dès mai 2012, Christiane Taubira place Vendôme, François Hollande a fait fausse route. Trop volcanique, l’ancienne candidate à la présidence de la République en 2002, accusée en son temps d’avoir fait perdre Lionel Jospin...

>>> A lire aussi : EN DIRECT : Christiane Taubira démissionne de ses fonctions de ministre de la Justice

Place Vendôme, il faut un ministre à la fois placide, énergique qui doit avoir une vision de la justice. Ce qu’avait Robert Badinter, le ministre qui a aboli la peine de mort qui fit l’unanimité dans la classe politique, même s’il eut droit à des manifestations de policiers sous les fenêtres de son bureau.  Christiane Taubira, qui n’a jamais renié la cause indépendantiste, est une femme de culture,  parlant sans note à la tribune de l'Assemblée nationale, aimant citer le grand poète René Char. C’est bien. Cela fait plaisir. Sauf que la place Vendôme n’est pas une annexe du club des poètes. Le peuple a besoin de sécurité. Les magistrats d’être bien considérés. les personnels pénitentiaires aussi. Or, l’ancienne Garde des Sceaux n’a pas réussi à convaincre. Certes, elle porté le mariage pour tous. Ce texte restera dans les mémoires. Mais où est-elle la justice du XXIe siècle que nous promettait Mme Taubira ? Son entrée en fonctions avait mal commencé : quelques jours après sa nomination au ministère de la justice, elle assiste à un match de basket-ball entre détenus et gardiens. A la mi-temps, l’un des détenus se fait la belle. Tout un symbole. Les bonnes intentions ne suffisent pas rassurer le bon peuple.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Eugénie - 27/01/2016 - 10:53 - Signaler un abus Excellente nouvelle !!

    Cette femme a cru jusqu'au bout que le couple Valls Hollande allait lui laisser gagner !! Cest raté !!! Adieu !

  • Par Wortstein - 27/01/2016 - 11:01 - Signaler un abus Champagne pour tous!

    Ce 27 janvier devrait être un jour de fête nationale. Quelle libération!

  • Par matleg - 27/01/2016 - 11:15 - Signaler un abus Péremptoire

    "Une hostilité, il faut le souligner, aux relents racistes parfaitement scandaleux"... Sur quoi basez-vous votre assertion ? Un photo montage sur une page Facebook d'une inconnue ? Sur l'apostrophe d'une enfant de 7 ans ? C'est un peu court.

  • Par Lafayette 68 - 27/01/2016 - 11:43 - Signaler un abus Robert Badinter :unanimité dans la classe politique

    "qui a aboli la peine de mort" : certes, mais pas pour les victimes ... Et la population était majoritairement contre sa loi.

  • Par Arbannais - 27/01/2016 - 12:52 - Signaler un abus Je suis sidéré !

    Je suis encore et toujours sidéré de voir qu'une indépendantiste puisse avoir été nommée ministre. Je sais bien que, depuis Vidocq, les contradictions ne sont plus un problème, mais quand même...

  • Par Liberdom - 27/01/2016 - 13:02 - Signaler un abus "Relents raciste"

    Relent raciste d'un côté : pas sûr. Discrimination positive de l'autre : oui sûrement et même provocation. Fin de l'histoire.

  • Par Mike Desmots - 27/01/2016 - 17:37 - Signaler un abus c'est validé les marxos fuient le "pasquebeaux" socialiHollande

    et les socialos préparent la contre attaque en pédalo ...! dans cette lutte finale l'iceberg aura le dernier mot....!

  • Par Yves3531 - 27/01/2016 - 19:12 - Signaler un abus Une super nulle qui quitte le pédalo des nuls...

    un non événement, sauf si tous ces nuls dégageaient...

  • Par Yves3531 - 27/01/2016 - 19:12 - Signaler un abus Une super nulle qui quitte le pédalo des nuls...

    un non événement, sauf si tous ces nuls dégageaient...

  • Par Monteynard - 28/01/2016 - 08:10 - Signaler un abus Retour vers le réel...

    @Gilles Gaetner: "Une hostilité, il faut le souligner, aux relents racistes parfaitement scandaleux." Quelques fois oui,mais la qualification par son camp de raciste,de toute critique et toute opposition à son comportement lourdement idéologique et négateur du réel,elle,relève de fait,surement d'un manichéisme,d'un racisme même !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l'Express, chargé de l'investigation.

 

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée et La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut), et La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€