Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Démission de Christiane Taubira : après le bilan désastreux d'une ministre de la Justice dénigrant ses opposants, quelles priorités pour son successeur ?

Jean-Jacques Urvoas a été nommé garde des Sceaux après la démission de Christiane Taubira dont le bilan en matière de politique pénale est jugé désastreux par de nombreux avocats et magistrats. La nomination de Jean-Jacques Urvoas, un pragmatique, suscite de nombreux espoirs. Toutefois, l'ancien président de la Commission des lois de l'Assemblée nationale dispose de peu de temps pour pallier les dysfonctionnements de la justice française et prendre de nouvelles orientations.

Pénal(ité)

Publié le
Démission de Christiane Taubira : après le bilan désastreux d'une ministre de la Justice dénigrant ses opposants, quelles priorités pour son successeur ?

Jean-Jacques Urvoas remplace Christiane Taubira au ministère de la Justice. Crédit Reuters

Atlantico: Quel bilan dressez-vous de la politique pénale de Christiane Taubira ?

Alexandre Giuglaris : Un bilan assez sombre, tant sur sa pratique et que sur la politique conduite. Dans la pratique politique, elle a clivé sur de très nombreux sujets, bien plus que la plupart de ses prédécesseurs. Elle a quasiment cogéré le ministère avec le Syndicat de la Magistrature, auteur du scandaleux « mur des cons » où étaient épinglés des personnalités de droite essentiellement et pire, des pères de victimes… Elle a dénigré ses opposants, affirmant détenir la vérité sur la politique pénale à conduire. Enfin, elle a alimenté la colère des policiers et des Français par ses discours laxistes et angéliques sur la délinquance comme le montrent les chiffres du CEVIPOF que j’évoquais récemment pour Atlantico.

Sur le fond, sa politique aura été tout aussi désastreuse. Il s’agit essentiellement de la réforme pénale qui a supprimé les peines plancher, supprimé la révocation automatique des sursis simple en cas de récidive, créé la contrainte pénale et créé un système de sortie quasi automatique au 2/3 de la peine de prison. Tout cela, sans permettre une quelconque amélioration sur le front des 100 000 peines de prison en attente d’exécution chaque année. Enfin, elle a initié de nombreux projets, dont certains que nous avons, pour le moment, réussi à bloquer,  comme la suppression de la rétention de sûreté.

>>> A lire aussi : Démission de Christiane Taubira : la tempête grondait… il était temps

Qu'attendez-vous de Jean-Jacques Urvoas ? Quelles sont les priorités ? En si peu de temps, sera-t-il en mesure d'aller au-delà d'un simple rôle de gestion ?

Jean-Jacques Urvoas est un homme compétent et beaucoup plus pragmatique que Christiane Taubira. Sa nomination est donc, à priori, une meilleure orientation.

Il faut changer les pratiques et la politique qui est conduite mais vous avez raison, il aura peu de temps. Un garde des Sceaux peut faire beaucoup de choses par voie de circulaires pénales. Il pourrait ainsi revenir sur plusieurs dispositions de la réforme pénale et ce serait souhaitable. Mais surtout, nous lui demandons de revenir et d’abandonner plusieurs projets en cours, notamment la suppression de la rétention de sûreté, la réforme de la justice des mineurs, la réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature et de la nomination des magistrats du parquet. Enfin, il y a des affaires qui ont heurté l’opinion publique (Villefontaine et de Colombes) sur lesquelles Christiane Taubira n’avait pas daigné répondre à nos demandes de transparence. Nous espérons qu’il entendra ces demandes pour lutter contre les dysfonctionnements de notre justice.

>>> A lire aussi : Démission de Christiane Taubira : la crise couvait depuis des jours

Les relations entre Christiane Taubira et la police étaient crispées, est ce que l'arrivée de Jean-Jacques Urvoas va permettre des avancées dans la mise en œuvre d'une politique pénale plus claire? Du côté des magistrats, que faut-il espérer ?

Il faut attendre les premières déclarations et orientations. Mais, l’a priori est positif car Jean-Jacques Urvoas est plutôt un pragmatique qui connaît bien les questions de sécurité auxquelles il avait consacré un livre en 2011, intitulé 11 propositions chocs pour rétablir la sécurité. Il faut espérer qu’à présent, il ait des idées chocs pour rétablir la sécurité, grâce à la justice. En effet, chacun s’accorde à dire que l’exécution des peines est le maillon faible de la justice pénale et que nous manquons de places de prison. Nous estimons qu’il en faut au moins 20 000 de plus. Nous espérons qu’il saura se souvenir des propositions de Manuel Valls, dont il est proche, quand le Premier ministre était à l’Intérieur et qu’il s’opposait à la réforme pénale de Christiane Taubira avec de très bons arguments. On peut espérer que les magistrats fassent l’objet d’un soutien de la part des ministres mais aussi de sanctions quand ils commettent des fautes. Et c’est aussi souvent là, que la bât blesse. Attendons donc d’en savoir plus avant de juger M. Urvoas. Mais ce qui est certain, c’est qu’il doit prendre une autre direction que celle de Christiane Taubira.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberdom - 27/01/2016 - 22:12 - Signaler un abus Et dans les faits ?

    que changera l'arrivée d'un nouveau ministre d'une justice, noyautée par le syndicat de la magistrature, qui condamne les victimes plutôt que les criminels ?

  • Par winnie - 28/01/2016 - 07:39 - Signaler un abus Ne nous rejouissons pas trop vite....

    Taubira est partie certes, mais un socialo reste un socialo , et comme il est dit dans l'article , il y a beaucoup a faire pour redresser la barre.

  • Par Anguerrand - 28/01/2016 - 07:39 - Signaler un abus Quelle tristesse ce depart !

    Mais comme le dit Liberdom, il ne faut pas s'attendre à des miracles, Urvoas fera la même politique, Hollande a besoin de l'extrême gauche et des juges du mur des cons pour ne pas se couper de cet électorat. Il a même annoncé lors de la passation qu'il " continuerait " les travaux de Taubira. Elle a réussi à mettre la justice dans la m.....à laisser les délinquants se promener parmi nous y compris les retours du Djihad. Comment notre police pourra à la fois surveiller ceux qui reviennent du Dgiad, les délinquant de banlieues, ceux qui sont déjà sur notre sol, et ceux qui arrivent via l'immigration. C'est tout simplement impossible et l'on doit s'attendre au pire. Son depart signifie que la seule qui aura fait une réforme, le mariage pour tous, sera elle. Que reste t il a Hollande? Des chômeurs dans une période de prospérité de l'ensemble de l'Europe.

  • Par Olivier62 - 28/01/2016 - 11:03 - Signaler un abus Que deviennent les victimes ?

    Hallucinant que cette espèce de pitre ait eu le poste de ministre de la justice pendant si longtemps. Elle joue les gentilles, mais combien de personnes ont été blessées ou tuées par les récidivistes qui auraient dû être en prison au lieu d'être en liberté (dont l'un des agresseurs du Bataclan !), du fait de sa politique de complaisance avec la délinquance ?.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Giuglaris

Alexandre Giuglaris est délégué-général de l’Institut pour la Justice.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€