Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 24 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Demain tous mutants ? A quoi nous ressembler(i)ons dotés des implants cérébraux que nous préparent ingénieurs et neuroscientifiques

Les implants cérébraux représentent un espoir véritable de guérir des maux d'ordinaires définitifs, comme la cécité ou la surdité. A défaut de permettre une récupération totale des sensations, ils devraient permettre une réparation partielle de celles-ci. Pour autant ces technologies, si elles sont prometteuses, ne sont pas encore sans risques.

Cerveau survolté

Publié le
Demain tous mutants ? A quoi nous ressembler(i)ons dotés des implants cérébraux que nous préparent ingénieurs et neuroscientifiques

Atlantico : En 2011 Cathy Hutchinson, paralysée, parvenait à se servir un verre grâce à différents implants cérébraux et un bras robotisé. Aujourd'hui, il parait probable que ces implants permettent une guérison au moins partielle des syndromes de surdités ou de cécité. Quels sont les projets d'implants cérébraux les plus prometteurs et à quels problèmes pourront-ils apporter des solutions ?

Jean-Gabriel Ganascia : Dès aujourd’hui, les implants cérébraux permettent à certaines personnes de surmonter des déficits majeurs consécutifs à des maladies ou à des malformation congénitales. Ainsi, les implants cochléaires aident des enfants atteints de surdité précoce à entendre, au moins partiellement, et donc à parler. De même, pour certaines affections dégénératives de la rétine, des récepteurs déposés sur le fond de l’œil laissent espérer la possibilité de percevoir des formes visuelles en couplant ces implants soit directement au cerveau, soit à la peau.

Dans ce dernier cas, il ne s’agit pas de récupérer une  vision parfaite, mais d’être sensible à la lumière et de ne pas se retrouver dans une totale obscurité.

Plus généralement, avec les implants cérébraux, on peut réparer, au moins partiellement, les effets d’un handicap, en revanche, il ne s’agit aucunement de guérir une maladie ou un handicap.

Enfin, il existe d’autres applications médicales des implants cérébraux, par exemple, la stimulation cérébrale profonde, qui ne servent ni à réparer des organes défaillants, ni à se substituer à eux, ni a fortiori à guérir, mais à effacer les symptômes gênants causés par une pathologie, par exemple, les déficiences motrices liées à la maladie de Parkinson.

Au reste, on doit noter que lorsque, en 2011, lorsque Cathy Hutchinson, paralysée, put se servir à boire grâce à un bras robotique commandé uniquement par son cerveau, il n’y eu aucunement guérison de sa paralysie, ni même réparation. Dans cette éventualité, il s’agissait de ce que l’on appelle la communication cerveau-ordinateur. Cela signifie que des capteurs placés, soit sur le cerveau, avec une matrice d’électrodes miniatures, soit sur le scalp, enregistrent les signaux électriques corrélés à l’activité cérébrale. Ceux-ci sont ensuite analysés par des logiciels qui établissent automatiquement un lien entre la volonté explicite d’un individu et la forme de ces signaux. Il suffit alors d’exprimer sa volonté pour que la machine reconnaisse les signaux corrélés à cette volonté et l’exécute.

Si les implants en tant quels permettent la réparation, pourront-ils permettre une réelle amélioration de nos capacités ? Quelles sont les limites de ces solutions présentées comme miraculeuses ? 

Les implants aident dès à présent de nombreuses femmes et de nombreux hommes à surmonter des situations difficiles liées à un handicap. De ce point de vue, ils rendent de grands services. Et, l’on peut raisonnablement espérer que de grands progrès s’accompliront dans les prochaines années et qu’ils viendront soulager et aider d’autres femmes et d’autres hommes. Pour autant, nous n’en sommes pas ni à guérir, ni à augmenter l’Homme. On éprouve des difficultés à imaginer en quoi nous pourrions le faire, car, comme nous l’avons vu, il s’agit de remplacer un organe défaillant qui réalise une fonction naturelle par un automatisme qui l’accomplit partiellement. Certains espèrent, par exemple, que nous pourrions accroître nos mémoires en connectant directement des dispositifs de stockage d’information sur notre cerveau. Or, aujourd’hui, rien dans les technologies contemporaines ne laisse espérer de tels couplages.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bd - 11/01/2016 - 18:00 - Signaler un abus Souhaitez-vous en savoir plus sur votre propre personnalité?

    L'édition génétique sera plus intéressante mais en attendant qu'elle soit au point, faites-vous analyser pour 60$ canadiens (+ frais d'envoi du Canada) sur www.gemetrics.com (Fouinez dans votre moteur de recherche préféré). C'est une analyse génétique (en anglais) orientée sur vos caractéristiques génétique influencant votre personnalité. Cette analyse se concentre sur vos récepteurs de l'Ocytocine et de la Dopamine ainsi que sur le transporteur de la Sérotonine. Sur base de ces trois caractéristiques, ils ont dégagé huit personnalités différentes: Le Gardien, Le Professeur, L'explorateur, Le directeur, Le Guerrier, L'Artiste, L'inventeur et le Visionnaire. Sous ses dehors ludiques, cette étude est très sérieuse et tout-à-fait scientifique... et très rationnelle. Rien à voir ici avec une quelconque analyse subjective ou lubie astrologique. Cette analyse vous donne des clés sur votre substrat génétique de personnalité mais ne prétend pas être une analyse complète qui doit aussi tenir compte de l'environnement social, éducatif,... En plus, vous recevrez un T-Shirt sympa correspondant à votre personnalité génétique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Gabriel Ganascia

Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) où il enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. Il poursuit des recherches au sein du LIP6, dans le thème APA du pôle IA où il anime l'équipe ACASA .
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€