Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 22 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dégagisme suprême : et si les électeurs étaient inconsciemment tentés de rendre la France ingouvernable...

Le second tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen ne satisfait pas les français. Selon un sondage Elabe pour BFM TV publié jeudi 27 avril, 31% d'entre eux seulement se félicite de l'affrontement. Les 70% restants pourraient bien priver le prochain Président de sa majorité.

Aucun d'entre eux

Publié le
Dégagisme suprême : et si les électeurs étaient inconsciemment tentés de rendre la France ingouvernable...
 

Atlantico : Selon un sondage Elabe-BFMTV publié jeudi 27 avril, moins d'un Français sur trois (31%) serait satisfait du duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. En partant d'un tel constat, peut on imaginer que les français pourraient être inconsciemment tentés d'organiser l'ingouvernabilité du pays, par exemple en refusant une majorité au prochain Président ? Par quels scénarios ?

Raul Magni-Berton : En fait, on assiste en Europe à une tendance claire: les principaux partis de gouvernement font des scores électoraux de plus en plus bas.

L'année dernière, en Autriche, aucun candidat des deux partis traditionnels n'était au second tour de la présidentielle. Aujourd'hui c'est au tour de la France. Cette chute de soutien des partis traditionnels conduit à des parlements plus fragmentés, des coalitions plus larges et des contre-pouvoirs plus forts. 

 

Par contre, le fait d'avoir des pouvoirs divisés (donc des gouvernements faibles) ne signifie pas qu'il y ait ingouvernabilité. Au contraire, les analyses statistiques sur cette question montrent que s'il y a des régimes économiquement plus performants, ce sont plutôt ceux qui ont des gouvernements faibles. En France, par exemple, les deux cohabitiations que nous avons connus (Mitterand/Chirac, puis Chirac/Jospin) correspondent à deux des meilleures périodes de croissance économique depuis les années 70. 

 

Il est évident, donc, qu'en France, comme dans la plupart des démocraties occidentales, les électeurs rejettent de plus en plus les partis traditionnels. De là à dire qu'ils désirent inconsciemment un gouvernement faible, c'est difficile à dire. Il y a 17 ans, le quinquennat - qui mènera à un renforcement du pouvoir de l'exécutif - a été approuvé avec une très forte majorité. Mais seulement 30% des électeurs avait voté à l'époque. Il est bien possible qu'aujourd'hui les résultats d'un tel référendum ne seraient plus les mêmes. D'ailleurs, les quelques sondages sur la question tendent à montrer qu'une majorité de français est favorable à la cohabitation. 

 

D'un autre coté, il y a une telle désinformation sur la question de la gouvernabilité, que toute prédiction me parait difficile à faire. Lorsque les contre-pouvoirs sont forts, ceux qui sont au gouvernement ont l'impression de ne pas pouvoir gouverner, c'est sur. C'est pour cette raison qu'ils transmettent cette légende selon laquelle les contre-pouvoirs sont synonyme d'ingovernabilité. Ils ignorent simplement que lorsqu'ils n'arrivent pas à gouverner, le pays va parfaitement bien. Il s'agit d'une observation qui est au cœur de la théorie démocratique.  

Un tel scénario ne serait il pas une forme de "dégagisme ultime", basé sur le fait que si les français ne parviennent pas à trouver le candidat qu'ils veulent, ils leur reste le moyen d'empêcher ce qu'ils ne veulent pas ? Pourrait on y voir une forme de rationalité de la part des électeurs ?

Le rejet des partis traditionnels conduit automatiquement à une fragmentation qui se traduit par l'un des scores cumulés des deux candidats qualifiés au second tour les plus bas. de l'histoire. Dès lors, on peut se douter que les électeurs qui n'ont pas voté pour eux sont mécontents. Et même parmi ceux qui ont voté pour l'un d'eux, certains auraient préféré un autre adversaire. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jmalpes - 28/04/2017 - 08:08 - Signaler un abus Espoir

    Bon article, paradoxalement rassurant. Il me donne encore plus de raisons de voter Macron car il sera le seul, par sa puissance de conviction et son intelligence, à pouvoir s'adapter à toutes les configurations décrites. En plus, cela correspond bien à l'ADN de ses électeurs, qui sont des personnes de consensus. Une telle configuration avec MLP mènerait à une quasi-insurrection de ses électeurs floués par leur préférée, qui ne leur a même jamais laissé imaginer qu'elle pourrait ne pas faire ce qu'elle leur a vendu. Et pourtant, il suffit de voir Trump, un président moins extrémiste, pour voir où mène le populisme irresponsable : l'immobilisme et, plus tard, la rancœur et le ressentiment.

  • Par Wortstein - 28/04/2017 - 08:33 - Signaler un abus raison de plus pour ne pas donner la majorité

    au vainqueur

  • Par Michèle Plahiers - 28/04/2017 - 09:22 - Signaler un abus Et si l'homme providentiel n'était qu'une illusion.

    Apprivoiser son petit dictateur Guide pour vivre en démocratie avec soi Par Jean-François Vézina

  • Par Michèle Plahiers - 28/04/2017 - 11:12 - Signaler un abus Noe-Eon

    Macron, c'est le chevalier d'EON (anagramme de NOE). Personne ne sait vraiment pour qui il roule. Et dans cette période troublée, c'est mieux ainsi. Film: VICTOR et VICTORIA.

  • Par Deneziere - 28/04/2017 - 11:14 - Signaler un abus Comme Clémenceau, "je vote pour le plus con"

    A l'inverse de jmalpes, je vais voter pour le candidat qui nous entraîne vers l'ingouvernabilité, c'est à dire pour le moindre consensus possible. Ce candidat, c'est Le Pen, car le déficit de compétence au FN va entraîner mécaniquement un déficit de capacité à gouverner. On ne peut pas réformer le socialo-étatisme qui nous bouffe, ni le détruire frontalement, il faut le laisser imploser sous le poids de son impuissance et de son ineptie.

  • Par Michèle Plahiers - 28/04/2017 - 11:19 - Signaler un abus OMO

    Et j'ai comme l'impression que les homosexuels vont voter Marine. Sous la protection de la mère phallique face au père faillible (Faillite "inconsciente"de Fillon sous la coupe de bobonne Thatcher). En tous cas, elle n'aura JAMAIS mon vote. article Atlantico: les hommes, tous homos, depuis la libération de la femme.

  • Par Elaia1737 - 28/04/2017 - 12:55 - Signaler un abus Consciemment

    C'est en toute conscience qu'il faut empêcher l'un comme l'autre de gouverner à sa guise. Maintenant que les électeurs ont fait leur crise caractérielle, ils doivent être calmés et les législatives doivent redonner la priorité à ceux qui ont un vrai programme.

  • Par Texas - 28/04/2017 - 13:30 - Signaler un abus Degagisme ?

    Cela fait bien 10 ans que nous vivons le " dégagisme " de la Presse et son donneur d' ordre ! .

  • Par jurgio - 28/04/2017 - 16:08 - Signaler un abus Oui, il y a bien longtemps que le pays est ingouvernable...

    Que l'on constate aujourd'hui qu'il y a une sorte d'entropie n'a rien d'étonnant.

  • Par vingttroisavril - 28/04/2017 - 17:55 - Signaler un abus commentaire de commentaires

    les macronistes justifient leur choix,les marinistes de mêmes et les autres aussi . Je suis des autres qui balancent entre le pourrissement et le chaos .Problème le pourrissement il sévi depuis 1981 et cela devient mortel .Alors le chaos pour qu'une renaissance puisse se produire ? Le chaos tout de suite avec Marine ou un peu plus tard avec Emmanuel ? Les législatives ne vont rien régler,au contraire l'émiettement va s'accentuer.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 28/04/2017 - 18:10 - Signaler un abus Je crois que les électeurs

    Je crois que les électeurs inconsciemment adorent les cohabitations... ça les repose car la gauche et la droite ont l'obligation de s'entendre sur un minimum de points importants. Les Français ont adorés ces deux périodes bénies ou Chirac était premier ministre sous Mitterand, puis lorsque Jospin est devenu 1er ministre sous Chirac. ............Alors oui, inconsciemment ils recherchent ce genre de situation, et ils ne seront pas loin de l'avoir avec Macron. Ce serait plus compliqué avec MLP car le bloquage serait alors total.

  • Par langue de pivert - 28/04/2017 - 18:16 - Signaler un abus Une majorité de responsables

    Une majorité de responsables LR ont laissé échapper la victoire par calcul personnel. Si ils avaient soutenu Fillon au lieu de lui tirer dans le dos il serait toujours en piste pour une alternance de qualité avec une majorité dans la foulée. Pourquoi irais-je voté pour Macron qui était dans la? Pourquoi voter LR en Juin ? Je ne vois aucune raison valable

  • Par langue de pivert - 28/04/2017 - 18:22 - Signaler un abus LR transforme l'argent en bronze !

    Pourquoi irais-je voter pour Macron qui était dans la combine pour éliminer Fillon mon candidat ? Le Pen le 7 mai, FN en juin !

  • Par Michèle Plahiers - 29/04/2017 - 10:02 - Signaler un abus Haut et bas, ouaih,...

    Il n'y a pas une France d'en bas et d'en haut. Il y a une France qui marche pour le bien et une autre le mal. Autrement dit l'éthique et l'absence d'éthique. Parmi les électeurs de Le Pen, il y a certainement des personnes valables qui devraient être reprises en main. Leur défaut: ne pas lire les livres d'histoire.

  • Par cloette - 29/04/2017 - 20:17 - Signaler un abus Mieux vaut le chaos que le pourrissement

    Le chaos c'est la vie le pourrissement la mort .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Raul Magni-Berton

Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€