Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Déficit permanent : ce que doit vraiment faire la France pour redresser sa balance commerciale (et ce n’est pas ce que ce que vous croyez)

Alors que le déficit commercial de la France est devenue une obsession pour l'ensemble de la classe politique, les causes de sa formation et les moyens d'y remédier restent encore trop méconnus.

Ne dites pas qu’on ne vous a pas prévenu

Publié le
Déficit permanent : ce que doit vraiment faire la France pour redresser sa balance commerciale (et ce n’est pas ce que ce que vous croyez)

La France et ses habitants ont de nombreux problèmes ; le déficit commercial n’arrive pas en 150e position des sujets sérieux, ou des preuves de déclin, ou des indicateurs du désastre à venir. 

Tout d’abord, ce déficit est un effet, pas une cause. Il est le symptôme de quelques déséquilibres (dont certains sont graves et d’autres bénins), mais il n’entraîne pas de conséquences graves dans un cadre de mondialisation et d’union monétaire où la contrainte de financement n’est pas très lourde ; nous ne sommes pas (encore) dans un petit pays du tiers-monde. Et si la phobie du déficit commercial est développée par des gens qui se revendiquent européistes et fédéralistes, on atteint le comble du ridicule (car si le Texas est en déficit vis-à-vis de l’Oklahoma, quelle importance ?). 

Ensuite, il est toujours très délicat d’interpréter la signification économique (c'est-à-dire réelle) du déficit, au-delà des jérémiades journalistiques.

Vous préférez vivre dans un pays en pleine croissance qui importe beaucoup dans sa frénésie de consommation et d’investissement, et pour incorporer le progrès technique plus vite, ou vous préférez vivre dans une économie spartiate, néo-mercantiliste, dépendante de la demande chinoise, où le bien-être des gens concrets est toujours remis à plus tard ? L’URSS a longtemps eu des comptes extérieurs équilibrés, c’est rarement bon signe. L’Espagne a vu ses comptes externes s’améliorer sensiblement depuis 2008, grâce à deux récessions majeures et à l’extinction des importations : ses 21% de chômeurs sont sûrement ravis de cette évolution. Pour la France, on ne sait pas bien quel est le niveau souhaitable de l’excédent ou du déficit, ni même si cela a le moindre sens puisque ce n’est pas la France qui vend et qui achète mais des millions d’entreprises (qui doivent bien avoir leurs raisons, et qui peuvent difficilement exporter sans importer dans les relations hypercomplexes qu’elles entretiennent entre elles le long des chaînes de valeurs globales, sans trop se soucier de la nationalité de leurs propriétaires). 

Enfin, la quasi-totalité de notre déficit « national » est lié à la contribution de nos échanges avec l’Allemagne. On voit bien là qu’il n’y a aucun problème : nous servons de marché à nos meilleurs amis, ces gens sympas qui nous adorent, à qui nous avons confié les clés du réacteur monétaire en toute confiance, et qui réalisent une merveilleuse transition vers l’énergie solaire à grands coups d’investissements charboniers. Où est le problème ? l’euro, par essence, pousse à la spécialisation productive, les usines en Allemagne, les musées en France et en Italie, la finance à Londres, les juristes au Luxembourg. Ne dites pas qu’on ne vous a pas prévenu, les économistes en parlent depuis longtemps et je n’imagine pas que nos responsables politiques n’aient pas abordé le sujet. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par REVERJOVIAL - 29/01/2016 - 09:49 - Signaler un abus Sophisme économique

    Si ce n'est pas grave d'être en déficit pourquoi alors travailler, laissons chinois et allemands le faire à notre place ? Quand à l'euro fort il a baissé de 20% par rapport au dollar et n'a rien changé dans notre déficit du commerce extérieur puisque plus de 60% des échanges sont libellés en euros ! Nous avons 3 chances, la baisse du pétrole, celles des taux d'emprunt, et de l'euro, a nos gouvernants de bien gérer ces avantages.

  • Par Ganesha - 29/01/2016 - 12:57 - Signaler un abus FN

    La solution pour nous sortir de cet épouvantable bourbier ? Élire des responsables politiques clairvoyants, honnêtes et énergiques ! Le problème, c'est que 70 % des français considèrent encore que le Fn, c'est le ''Parti du Diable'' ! Aux Régionales, des braves militants socialistes sont allés voter Ripoublicains, par peur d'un danger pire que le Nazisme et le Communisme réunis !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€