Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Déficit démographique ou difficultés d'intégration : le graphique qui résume le dilemme allemand face à l'immigration

La courbe cumulative du changement de population en Allemagne en dit beaucoup plus que de nombreux commentaires. C'est une Allemagne vieillissante face à une vague massive d'immigration que nous retrouvons en 2017.

Grand écart

Publié le - Mis à jour le 28 Septembre 2017
Déficit démographique ou difficultés d'intégration : le graphique qui résume le dilemme allemand face à l'immigration

L'évolution démographique allemande, avec (bleu) et sans (rouge) la part des migrants (source : The Atlas)
 

Atlantico : La crise des migrants de 2015 réapparaît dans l'actualité à la faveur des élections générales allemandes, dont le résultat a pu notamment être "expliqué" par la décision prise par Angela Merkel d’accueillir un grand nombre de réfugiés au cours de cette année. Au-delà de ce flux migratoire conjoncturel, quel est le profil démographique actuel de l'Allemagne ?

Laurent Chalard : L’évolution démographique d’un pays dépend de deux facteurs, le solde naturel, c’est-à-dire la différence entre les naissances et les décès, et le solde migratoire, la différence entre les entrées et les sorties définitives du territoire. Dans la plupart des pays de la planète, la population augmente du fait d’un solde naturel positif, témoignant d’un excédent des naissances sur les décès, alors que le solde migratoire, aussi variable puisse-t-il être, ne joue qu’un rôle secondaire dans l’évolution démographique globale.

Concernant l’Allemagne, la situation est différente. En effet, l’évolution de la population depuis plusieurs décennies apparaît grandement dépendante des variations du solde migratoire d’une année sur l’autre, le solde naturel étant constamment déficitaire depuis 1972 (soit près de 50 ans !), avec une tendance à l’accentuation au fur-et-à-mesure du temps depuis le début des années 1990. Le pays est passé d’un déficit naturel de - 7634 personnes en 1988 à - 187 625 personnes en 2015. Cette situation est principalement la conséquence d’une dénatalité constante depuis les années 1970, l’Allemagne ayant une fécondité très inférieure au seuil de remplacement des générations (moins de 1,5 enfant par femme depuis le début des années 1980), ce qui conduit à une très forte baisse des naissances (662 785 en 2011 contre 1 357 304 en 1964 !), alors que les décès ont été relativement stables dans le temps (925 200 en 2015 contre 907 882 en 1965).

En conséquence, l’évolution de la population allemande est totalement dépendante des variations du solde migratoire. Lorsque celui est fortement positif, la population augmente, l’excédent migratoire faisant plus que compenser le déficit naturel, comme ce fut, par exemple, le cas en 2015, avec un excédent de plus d’1 million de personnes. Par contre, lorsque le solde migratoire est faiblement excédentaire, voire négatif, comme en 2008 et 2009, la population diminue.

Si cet épisode de 2015 a pu surprendre par son ampleur, quels ont été les flux connus par le pays au cours de ces 30 dernières années ? Quelles sont les principales nationalités représentées, et quelles sont les évolutions constatées lors de ces dernières années ? 

Au cours des trente dernières années, contrairement à une idée reçue, les flux migratoires vers l’Allemagne n’ont pas du tout été réguliers. En effet, la courbe de l’immigration se caractérise par des pics et des creux. Au début des années 1990, l’excédent migratoire atteint un premier pic, pas si éloigné que cela de celui de 2015, avec + 780 000 personnes en 1992, lié à la chute du communisme en Europe de l’Est, qui conduit à un afflux conséquent d’immigrés originaires de cette partie du continent à la recherche d’un meilleur niveau de vie. Puis, les flux se sont ralentis à la fin des années 1990, tout en demeurant positif. Au début des années 2000, l’excédent migratoire repart à la hausse, dépassant les + 200 000 personnes en 2001 et 2002, correspondant à une seconde vague originaire d’Europe de l’Est. Puis, au moment de la crise économique de 2008-2009, qui touche assez brusquement l’économie allemande, très dépendante des exportations, le solde migratoire s’inverse, devenant négatif, de nombreux travailleurs étrangers repartant (temporairement) dans leur pays d’origine. Enfin, une fois le redémarrage de l’économie engagé en 2010, l’immigration repart de plus belle, étant donné les besoins de main d’œuvre de l’Allemagne, en particulier dans le secteur industriel, dans un contexte de faiblesse de l’offre de main d’œuvre autochtone du fait de la forte dénatalité allemande héritée. Le pays (re)devient attractif pour les européens de l’est et du sud, mais aussi pour les migrants du reste de la planète. La crise des migrants de l’été 2015 est donc venue accentuer un processus, engagé quelques années auparavant, d’autant qu’il convient de rappeler que l’appel aux réfugiés syriens ne répondait aucunement à une vision humaniste, mais uniquement à une vision économiciste de besoin de main d’oeuvre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 27/09/2017 - 12:17 - Signaler un abus Mr. Chalard, un peu plus d'honnêteté et de bonne foi ?

    Mr. Chalard ne peut en aucun cas être ignorant à ce point ! Nous voilà donc forcés d'émettre, respectueusement, l'hypothèse qu'il n'est qu'un propagandiste de bas-étage, qui prend ses lecteurs pour des imbéciles ! En 1798, le pasteur anglican Thomas Malthus a publié un ouvrage fondamental dans l'histoire de la pensée humaine : ''Essai sur le principe de la population''. Son apport génial se basait sur une constatation évidente : dans tous les pays connus, les épisodes de réductions massives de la population, que ce soit par la guerre ou les épidémies, provoquaient ensuite des périodes d'intense bonheur et de prospérité ! Par la suite, les ''Trente Glorieuses'', qui ont suivi la seconde guerre mondiale, furent une démonstration éclatante de la justesse de cette théorie. Nous vivons une époque où les besoins de main d’œuvre diminuent, grâce à l'informatique et la robotique : mr. Chalard, un peu plus d'honnêteté et de bonne foi ?

  • Par Anouman - 27/09/2017 - 20:25 - Signaler un abus ganesha

    Vous avez mal lu: "(une politique choisie de décroissance démographique, sur le modèle japonais, peut aussi se justifier, l’Allemagne étant plutôt densément peuplée)"

  • Par Anouman - 27/09/2017 - 20:31 - Signaler un abus Migrations

    Si l'Allemagne n'était pas dirigée par des imbéciles (élus nécessairement par des imbéciles) elle ne recourrait pas à l'immigration pour maintenir une croissance démographique mais accepterait une décroissance organisée. C'est aussi ce qu'on aurait du faire en France. Car voir la multiplication des émigrés musulmans et de leur progéniture est un frein à la croissance démographique locale. Qui a envie de faire des enfants qui vivront dans un pays aussi mal barré?

  • Par Ganesha - 28/09/2017 - 09:37 - Signaler un abus Anouman

    Effectivement, en relisant méticuleusement cet article, je retrouve la petite phrase sur la ''décroissance japonaise'', entre des parenthèses, en bas de la page 2 ! Mais avouez que ce n'est pas l'orientation générale de ce texte, qui semble complètement soumis au concept d'une immigration indispensable !

  • Par cloette - 28/09/2017 - 11:08 - Signaler un abus prétexte démographique ?

    ou raison économique pour une main d'oeuvre intéressante ? Il n'y a pas de crèche ou très peu, et des femmes diplômées sont obligées de rester à la maison pour garder les enfants . Une politique de famille et natalité ainsi que de crèches et garderies serait pourtant logique ? Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? ou alors les Allemands disciplinés sont pris pour des imbéciles ? Ceci dit j'avoue que je n'ai pas lu l'article,

  • Par Ganesha - 28/09/2017 - 11:44 - Signaler un abus Alternative

    D'après l'émission ''Cash Investigation'' de France 2 de mardi passé, les employés qui manipulent des colis dans les entrepôts de Lidl, soulèvent 8 tonnes par jour. Ils obéissent à une voix venant d'un ordinateur. Les plus vigoureux d'entre eux ont le corps définitivement détruit au bout d'un maximum de 10 ans de ce travail. L'idée est peut-être d'importer des africains noirs, superbement musclés, pour les soumettre à cet esclavage moderne. Une alternative serait en développement chez Amazon : cette tâche est effectuée par des robots, pilotés par le même ordinateur...

  • Par cloette - 28/09/2017 - 12:12 - Signaler un abus Rien n'a changé depuis la nuit des temps

    Des esclaves pour construire les pyramides ( pour les cathédrales des bénévoles! ) , en passant par les mineurs pour extraire charbon et diamant, aujourd'hui ,une masse de main d'oeuvre pour la manutention, et de personnes vissées au téléphone et à des écrans d'ordinateurs nuit et jour ?

  • Par Ganesha - 28/09/2017 - 13:17 - Signaler un abus Cloette

    Un travail, c'est quasiment toujours répétitif ! Le point essentiel, c'est le rythme imposé : le temps accordé à chaque tâche, chaque client. Cette émission de France 2 critiquait aussi Free. Pourtant, personnellement, à chaque fois que j'ai fait appel au service assistance de Free, un conseiller a pris tout le temps nécessaire pour me venir en aide. Et, lorsque c'est possible, c'est plus rapide et confortable que la visite d'un technicien à domicile.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€