Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le défi Manif pour tous : 31% des Français – et 45% des sympathisants de droite – se sentent proches de ses valeurs

EXCLUSIF – Selon un sondage Ifop pour Atlantico, près d'un tiers des Français et près de la moitié des sympathisants de l'UMP et du FN se sentent proches des valeurs et des idées défendues par la Manif pour tous.

Info Atlantico

Publié le - Mis à jour le 10 Octobre 2014
Info Atlantico
Le défi Manif pour tous : 31% des Français – et 45% des sympathisants de droite – se sentent proches de ses valeurs

Les opposants au mariage homosexuel manifestent ce dimanche. Crédit Reuters

Atlantico : D'après un sondage Ifop exclusif pour Atlantico, 31% des Français et 45 % des électeurs UMP se sentent proches des valeurs et des idées défendues par la Manif pour tous. Or, bien que le mariage pour tous soit un sujet important aux yeux de nombreux militants de droite, comme en attestent ces chiffres, la plupart des candidats UMP donnent le sentiment de ne pas vouloir trop s'attarder dessus. Mais qu'ils le veuillent ou non, sont-ils condamnés à s'emparer de ce sujet ?

Jean Petaux : La « mise à l’agenda politique » (c’est l’expression consacrée en matière d’analyse des « politiques publiques ») échappe souvent à la volonté des acteurs politiques qui aimeraient bien différer, ignorer, repousser, telle ou telle demande exprimée par le système politique. David Easton, pionner de l’analyse systémique en science politique, a ainsi nommé les « inputs » qui doivent être digérés par la boite noire propre à tout système politique organisé. En l’espèce il est clair que les principaux candidats UMP, à la présidence du parti ou déjà déclarés pour les primaires préludes à la présidentielle de 2017, n’ont sans doute pas très envie de remettre la question générale du « mariage pour tous » sur le devant de la scène.

Pour une raison simple : ils ont pratiquement l’assurance, s’ils font cela, de remobiliser automatiquement toutes celles et tous ceux qui ont été favorables à la loi adoptée en 2013. Ces « pro-mariage homosexuel » seront, certainement, bien plus nombreux dans la rue que celles et ceux qui manifestent aujourd’hui leur hostilité à la loi et à ses « déclinaisons » comme la légalisation éventuelle de la GPA et de la PMA pour les couples homosexuels.

Une des particularités de ce que l’on appelle les « mobilisations non-conventionnelles » (autrement dit les « manifestations ») c’est qu’elles fonctionnent surtout pour s’opposer et très peu souvent pour soutenir. En ce moment, la « Manif pour tous » bénéficie d’un vent très favorable puisque la quasi-totalité de ses sympathisants est, aussi, hostile à la politique gouvernementale. En conséquence, manifester contre le mariage pour tous c’est évidemment manifester contre le président de la République et la politique gouvernementale en général.

Si, en 2017, n’importe lequel des leaders de la droite éventuellement de retour au pouvoir, s’avise de remettre en cause la loi adoptée sur le mariage pour personnes du même sexe il a la certitude de voir se lever d’une part une bonne partie de ses opposants en général et ceux qui défendront le principe d’un mariage homosexuel en particulier. Les premiers (pas forcément concernés par la question, pas forcément d’ailleurs passionnés par le sujet) viendront, sur le motif d’une hostilité globale, renforcer les rangs des seconds. C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui pour les deux manifestations de  Paris et de Bordeaux. On peut comprendre, à partir de ce constat-prévision, que tout acteur politique n’ait pas envie d’entamer son mandat en 2017 avec un tel point de mobilisation d’opposants. Pour autant, la pression risque d’être telle que les leaders de droite auront peut-être du mal à éviter ce « chausse-trappe » politique, au risque, s’ils essaient de ne pas tomber dedans, de paraître se dérober aux yeux de ceux qui les auront ramenés au pouvoir.

A lire aussi : L’UMP face à la question de l'abrogation de la loi Taubira : Thierry Solère et Philippe Gosselin, deux sensibilités mais une même volonté de clarification

Jérôme Fourquet : En ce jour de mobilisation de la Manif pour Tous, les résultats à cette question montrent et expliquent le succès important de cette mobilisation de rue dans la mesure où aujourd'hui, un tiers des concitoyens se disent proches des idées et des valeurs défendues dans ce cadre. Cela montre que le "réservoir" de mobilisation est important, et qu'il assure la durabilité de ce mouvement. C'est à ma connaissance la première fois que l'on dispose d'une indication objective du poids de la Manif pour tous dans l'opinion. On comprend pourquoi le mouvement a pu mobiliser des centaines de milliers de personnes.

Dans un périmètre plus strict et restrictif, c'est-à-dire celui des personnes qui se disent très proches et qui sont prêtes à se mobiliser, les volumes sont encore très importants : 15% de la population, soit une personne sur sept.

Ces chiffres peuvent aussi être mis en perspective avec les débats qui agitent actuellement la droite : que faut-il promettre relativement à la loi Taubira dans le cas où la droite reviendrait au pouvoir ? Alain Juppé a annoncé sur France 2 que ce qui est fait est fait, et que l'on ne va pas détricoter la loi, mais des gens comme Hervé Mariton entretiennent la flamme, espérant s'appuyer sur un courant important pour peser sur les orientations prises par la droite.

A côté de cela, Nicolas Sarkozy, qui jusqu'ici a botté en touche, mettant en avant sa volonté de rassembler et d'écouter les avis des uns et des autres pour trancher. Tout se passe comme si il était urgent d'attendre, et de voir quelle est la ligne majoritaire. La mobilisation de ce dimanche et les enquêtes d'opinion qui suivront celle-ci constitueront une bonne jauge. Pour l'instant on voit que le courant de la Manif pour Tous est non négligeable.

Presque un électeur UMP sur deux se dit proche du courant de la Manif pour Tous. La difficulté pour les représentants réside dans cette proportion : 45%, c'est beaucoup, mais  il ne faut pas oublier les 29 % "éloignés" et les 26 % "indifférents". Une majorité absolue de 55 % au sein de l'UMP ne se dit donc pas proche des valeurs de la Manif pour tous. On pourrait donc penser que la messe est dite. Sauf que 45%, c'est loin d'être négligeable. Et 23% de très proches, cela fait tout de même un électeur de droite sur quatre.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Comment les principaux dirigeants de la droite, au sens large, se positionnent-ils par rapport aux revendications de la Manif pour tous ? Quel panorama peut-on faire des prises, ou "non-prises" de décision quant aux suites à donner à la loi Taubira en cas d'élection de la droite en 2017 ?

Jean Petaux : On touche-là une des dimensions les plus évidentes du décalage entre ce que l’on appelle d’ailleurs improprement les « élites » et la base militante ou les sympathisants des partis de droite qui se reconnaissent dans la Manif pour tous. Le sondage de l’Ifop, passionnant à plus d’un titre, montre bien les différences sensibles dans les réponses entre générations d’une part (près de 10 points entre les tranches d’âge les plus éloignées pour ceux qui se disent favorables à la « Manif »). Les leaders de l’UMP doivent composer avec cette différence d’appréciation générationnelle mais aussi avec une majorité relative de militants UMP hostiles au « mariage pour tous ». Je pense que c’est un vrai problème pour eux. Du fait de leurs responsabilités, de leur « culture », de leurs réseaux affinitaires et relationnels ils comptent certainement une proportion d’amis homosexuels dont ils ne peuvent que partager l’aspiration individuelle à voir leur désir de fonder un couple stable et reconnu autorisé par la loi. Certains de ces cadres (NKM, Lemaire, voire Juppé) s’en sont sortis en disant qu’il aurait sans doute fallu explorer l’idée d’une « union civile » distincte du « mariage napoléonien » au sens de « Code civil ».

Mais au final, la loi Taubira  n’a pas choqué la plupart d’entre eux, Sarkozy compris d’ailleurs. En dehors de quelques figures en pointe dans le combat anti-mariage pour tous comme Hervé Mariton qui a occupé le devant de la scène parlementaire pendant les débats sur la loi (comme Christine Boutin avait été, en quelque sorte, « révélée » au grand public lors des débats sur le PACS en 1999), la quasi-totalité des leaders politiques de l’UMP me semble coupée de la base militante sur cette question puisque le sondage IFOP-Atlantico indique que 45% des sympathisants UMP s’estiment proches ou très proches de la « Manif pour tous » (23% de « très proches ») contre 29% qui se déclarent éloignés des valeurs de la « Manif » (dont 18% « très éloignés »). On voit ainsi combien cette histoire de mariage pour tous clive en fractions d’inégales importances les formations politiques et leurs sympathisants.

Mais, dans le même temps, on comprend mieux aussi l’impasse dans laquelle se trouvent les responsables politiques de la droite qui hésitent manifestement entre deux postures : donner des gages aux plus conservateurs de leurs soutiens politiques au risque de s’attirer les reproches des plus « ouverts » ou bien considérer qu’il est préférable d’attendre et de ne rien faire, le temps que le mariage pour tous entre dans les mœurs (comme le PACS en quelque sorte) au risque de s’aliéner tous ceux qui sont hostiles à la « disparition de la famille traditionnelle » et qui leur reprocheront leur laxisme et leur lâcheté… C’est ce que l’on peut appeler la quadrature du cercle…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONTCLAR - 05/10/2014 - 10:20 - Signaler un abus Arithmétique simple

    Le sondage "exclusif pour Atlantico" nous apprend que plus des deux tiers des Français sont ou bien éloignés des valeurs de la Manif pour tous, ou bien s'en contrefoutent complètement.

  • Par zouk - 05/10/2014 - 10:42 - Signaler un abus Mariage pour tous

    Je ne suis pas sûr du tout que seuls 31% des français se sentent concernés par les lois de 2013, ni d'ailleurs que 42% y soient indifférents. Une question complémentaire intéressante: que penseriez vous si l'une des variantes du "mariage pour tous" se produisait dans votre famille?

  • Par sheldon - 05/10/2014 - 11:42 - Signaler un abus @zouk : la lapidation !

    "que penseriez vous si l'une des variantes du "mariage pour tous" se produisait dans votre famille?" La lapidation comme dans certaines religions et coutumes ?? Rendez vous compte le message de Jésus il y a plus de 2000 ans (parabole de la femme adultère) ! Même aujourd'hui il serait excommunié par l' Eglise catholique ! En France on n'est plus, heureusement, dans la notion de familles patriarcales. C'est toujours curieux de voir que plus on est catholique pratiquant, plus on a tendance à être très réactionnaire ! (je ne parle pas de vous ne connaissant pas vos convictions qui, bien évidemment ne me regardent pas)

  • Par Ganesha - 05/10/2014 - 12:23 - Signaler un abus Artisanat

    Ces derniers temps, on a beaucoup vu sur nos plateaux télé mr Jacques Attali, qui venait nous proposer sa solution pour la Crise et le Chômage : c'était à chacun de monter sa ''petite entreprise''. J'avoue que cela me laisse un peu sceptique : par les temps qui courent, dans notre monde moderne, quel genre de ''business'' peut-on encore monter, seul, sans une trop longue et coûteuse formation, et sans une mise de fond importante ? La première idée qui me vient à l'esprit, c'est de créer une société de livraison de pizza à domicile, mais au delà de cette réponse, j'avoue que je ''calais'' un peu... Il y a quelques temps, j'ai occupé un nouveau logement, et j'ai fait appel à un plombier pour me remplacer la vieille baignoire par une superbe cabine de douche. Étant un peu ''sécuritaire'', j'ai fait venir un serrurier, qui m'a posé une solide ''porte blindée''. Ce sont là des métiers artisanaux, qui demandent une certaine formation, mais qui sont assez lucratifs, et apportent à ceux qui les pratiquent le plaisir et la fierté du travail bien fait. Ils se construisent ainsi une ''bonne réputation'', ce qui leur apporte une ''bonne clientèle''.

  • Par Ganesha - 05/10/2014 - 12:26 - Signaler un abus Mère Porteuse

    Je suppose que beaucoup de mes lecteurs ont maintenant compris où je voulais en venir : oui, à l'évidence, ''mère porteuse'' est un nouveau métier artisanal d'avenir ! Régulièrement, dans nos livres d'histoire, on nous explique que quand le roi de France se mariait, son épouse lui produisait une dizaine d'enfants dans les dix années suivantes. Wolfgang Amadeus Mozart épousa Constance Weber, et elle lui donna six enfants en neuf ans. En fait, il s'agissait là de la ''vie normale'' des femmes dans les siècles passés. Il m’apparaît donc absolument évident que nous allons voir se développer rapidement dans les années qui viennent, cette nouvelle forme d'artisanat. Ces dames, tout à fait respectables, présenteront à leurs nouveaux clients, des photos et des vidéos de leurs précédentes productions. Voilà un métier qui ne demande pas une formation très compliquée, et dont l'exercice ne sera pas trop contraignant. Et qui n'apportera que du bonheur, aussi bien à celles qui l'exercent, qu'aux familles qui bénéficieront de ce service.

  • Par Ganesha - 05/10/2014 - 12:31 - Signaler un abus Dérives

    La possibilité de racket et de mafia existe pour toute activité commerciale : que vous ayez un bistro ou une pharmacie, un truand peut venir se présenter et vous faire des menaces. La toute, toute, première responsabilité des États, c’est de légaliser ces professions, de prévoir les possibles dérives, d'établir des règles et des ''contrats type'', en se basant sur l'expérience d'autres pays sur plusieurs années. Et ensuite charger la police et les tribunaux de réprimer les ”nuisibles”. Pas de doute que la question de la GPA va faire repartir la polémique : faut-il légaliser la prostitution, ou vraiment croire que ”pénaliser le client” la fera, par miracle, disparaître ? La France, vieille terre de tabous du Catholicisme, est à nouveau bien mal partie…

  • Par adroitetoutemaintenant - 05/10/2014 - 13:05 - Signaler un abus Tout faux

    Ce sondage est sans grand intérêt. Car de nouveau il rate la vraie question qui est de savoir comment voteraient les gens dans un référendum. Mais je comprends qu'un tel sondage serait difficile pour des instituts qui n'ont jamais tenu compte des petits blancs dont la très grande majorité se fout des instituts de sondage. Tant qu'il n'y a pas la case "allez vous faire foutre" qui limiterait la valeur du sondage on perd notre temps avec ces sondages.

  • Par Solognitude - 05/10/2014 - 13:09 - Signaler un abus Beaucoup d'indifférents en réalité.

    Je pense que la plupart des Français indifférents à cette loi , le resteraient également si cette loi était annulée. Donc, un léger basculement du logitiel de pensée des partisans du mariage homo (notamment à la suite de dérive sur les PMA - GPA) et il est permis d'espérer repartir sur des critères de bon sens!

  • Par adroitetoutemaintenant - 05/10/2014 - 13:18 - Signaler un abus J'aimerais d'ailleurs

    que Jérôme Fourquet nous confirme que le sondage a été effectué dans les métropoles et zones adjacentes et que "La France périphérique" où résident 60% des francais oubliés telle que l'a définie Christophe Guilluy dans son livre n'y est pas représenté. Mais c'est un peu comme demander à l'industrie pharmaceutique de révéler ses manipulations pour faire passer un nouveau médicament à la Servier !

  • Par Anguerrand - 05/10/2014 - 15:15 - Signaler un abus Sondage sans la moindre valeur

    En effet si l'on demandait aux français par référendum s'ils sont pour ou contre le mariage pour tous, il y aurait d'abord une campagne électorale. À la suite de cette campagne si l'on expliquait toutes les conséquences de ce vote, je suis persuadé que les français ne réagirait pas comme dans un sondage ou la réponse est spontanée et sans réflexion préalable. En effet si l'on posait la première question êtes vous pour l'appellation mariage ou union civile avec les mêmes droits et devoirs que le mariage, la réponse serait plus positive pour l'union civile, le mariage est un concept bien défini. Quand a évoquer la PMA ou la GPA qui consiste à acheter un enfant et à créer un orphelin élevé par deux pères ou deux mères, la aussi la réponse serait différente. Une campagne électorale mettrait en évidence ces problèmes et les droits d'un enfant qui ne souhaite pas forcément cette situation. C'est oublier également la méchanceté entres enfants en particulier à l'école. On ne parle jamais des problèmes d'enfants traumatisés par ce type de situation. Quand on veut démontrer certaines choses on omet volontairement les aspects négatifs pour argumenter en sa faveur.

  • Par vangog - 06/10/2014 - 00:52 - Signaler un abus Un sondage alternatif: qui se sent proche des valeurs du

    mariage homosexuel? La réponse ne dépassera pas 10 %. D'ailleurs, aucun sondeur ne la pose, de peur du résultat...Conclusion: aucun intérêt les sondages, sauf celui de justifier les subventions des médias!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, responsable, au sein de cet établissement, du parcours de master « Métiers du politique ». Il a co-publié aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’IFOP.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€