Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Prenez vos décisions dans une langue étrangère, elles seront plus rationnelles que dans votre langue maternelle !

Des chercheurs américains révèlent que selon la langue qu'une personne utilise, elle n'aura pas les mêmes sentiments, ne prendra pas nécessairement les mêmes décisions vis-à-vis d'une même proposition.

Français, ou pas

Publié le

Les actes comptent plus que les mots. C'est en tout cas l'adage. Mais tout dépend des mots. Allons même plus loin : et si une même proposition formulée différemment entraînait des actions différentes ? Un sondage publié par la chaîne de télévision américaine CBS News et le New York Times révèle que le choix des mots est très important. Deux questions étaient posées à des Américains :

1/ Trouvez-vous que les homosexuels devraient être autorisés à servir dans l'armée américaine ?
2/ Trouvez-vous que les hommes gays et les lesbiennes devraient être autorisés à servir dans l'armée américaine ?

Deux questions semblables mais formulées différemment, qui donnaient des résultats assez étonnants.

Après qu'on leur ait posé la première question, 59% acceptaient que les homosexuels servent dans l'armée contre 70% pour la deuxième question !

Ce sondage reflète en fait la théorie développée par Daniel Kahneman et Amos Tversky en 1979 : la théorie des perspectives. Cette dernière décrit la manière dont les individus évaluent de façon asymétrique leurs perspectives de perte et de gain. Les économistes ont longtemps pensé que les décisions étaient prises logiquement par des "agents rationnels" qui se servaient de n'importe quelle opportunité pour augmenter leurs bénéfices et leurs plaisirs. Mais les deux psychologues démontrèrent qu’un même choix formulé, proposé différemment, avec des perspectives différentes donc, n'entrainait pas des décisions similaires.

Ces questions de vocabulaires sont bien évidemment tous les jours utilisées, notamment par les communicants. En politique, il sera par exemple plus intéressant de parler d'"exploration pour l'énergie" que de "forage pour le pétrole", ou encore d'"allégements fiscaux" plutôt que de "réductions d'impôts".

Oh, cauchemar, nous sommes tous manipulés par les mots. Et s'il y avait un moyen d'échapper à cette manipulation ?

Une étude publiée en avril 2012 dans Psychological Science et menée par Boaz Keysar, psychologue de l'université de Chicago, démontre que les bilingues seraient immunisés à la théorie des perspectives, mais seulement quand ils utilisent la langue qui n'est pas leur langue maternelle. "Il serait intuitif de penser que les gens font les mêmes choix quelque soit la langue qu'ils utilisent, ou justement qu'utiliser une langue étrangère ne rendrait pas les décisions systématiques. Nous avons découvert le contraire : Parler une langue étrangère diminue les prises de décisions biaisées".

Boaz Keysar a mené plusieurs tests, basés justement sur ceux de Daniel Kahneman, pour en arriver à cette "immunité" des bilingues.

Le test se présente comme suit :
"Une nouvelle maladie a été découverte. Sans soins médicaux, 600 000 personnes en mourront. Pour sauver ces malades, deux types de traitements, A et B, ont été mis au point.

Si vous choisissez le traitement A, 200 000 personnes seront sauvées.

Si vous choisissez le traitement B, il y a 33,33% de chances que 600 000 personnes, donc l'ensemble du groupe infecté, soient sauvées, et 66,66% de chances que personne ne survive.

Quel traitement choisissez-vous ?"

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€