Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Déchéance de nationalité : pourquoi Manuel Valls a décidé d’aller seul au combat

Manuel Valls a décidé de porter seul la réforme sur la déchéance de nationalité. Une stratégie politique de sa part, adoubée par l'Elysée, mais pas seulement. Les attentats ont personnellement affecté le Premier ministre dans ses convictions ainsi que dans son action publique. Cette révision est à la fois un combat politique et intime.

Allô docteur Freud

Publié le
Déchéance de nationalité : pourquoi Manuel Valls a décidé d’aller seul au combat

Atlantico : Pourquoi Manuel Valls est en première ligne pour cette réforme constitutionnelle ? 

Jean-Jérôme  Bertolus : Manuel Valls est en première ligne pour plusieurs raisons. Depuis quelques semaines, on note un partage des rôles entre le Président et le Premier ministre. Le chef d’Etat rarifie ses prises de parole contrairement il y a quelques mois où il recherchait les micros. Aujourd’hui, même ses discours à l’Elysée ne sont pas toujours retransmis par le pool communication et a fortiori par les autres chaines d’info. À l’inverse, Manuel Valls est sur toutes les ondes. Mais au delà de la communication, il y a une raison plus politique.

La stratégie de l’exécutif était que le projet de loi sur la déchéance de la nationalité devait être bloquée par le conseil d’Etat. En tout cas, lorsque le Président l’annonce, il pensait que le conseil d’Etat servirait de butoir mais cela n’a pas été le cas. Pour Manuel Valls, la déchéance de la nationalité permet de répondre au désir d’union nationale après les attentats terroriste. Mais c’est également une réponse politique donnée à la droite. Valls pense qu’il est possible, avant même les élections, de faire des ponts entre une certaine gauche et une certaine droite et de se détourner de la gauche du PS et de ses alliés traditionnels. 

Vous pensez à Christiane Taubira?

Christiane Taubira bénéficie d’un statut véritablement à part. On connait les passes d’arme entre Manuel Valls et Christiane Taubira et les déclarations critiques des proches du premier ministre  et d’autres parlementaires à son égard. Certes, il est inhabituel que la Garde des sceaux ne présente pas ce projet de loi. Mais dans la perspectives des présidentielles, elle représente peut-être un point ou deux du vote PS. On ne sait pas combien d’électeurs elle peut rassembler mais chaque point compte pour François Hollande qui a la main sur le gouvernement. Cela m’étonnerait beaucoup que Christiane Taubira soit débarquée lors du prochain remaniement. Lors du conseil de rentrée, le chef d’Etat lui a rendue hommage notamment pour son projet de loi sur la justice du 21e siècle et lui a donné lune fenêtre de tire parlementaire.  Elle va avoir deux projets de loi à gérer : la reforme pénale dans le cadre du projet de loi du financement anti-terroriste et la justice du 21 e siècle. Sa réforme de la justice des mineurs est toujours inscrite à l’agenda 2016 même si il y a peu de chance qu’elle soit menée à quelques trimestres des présidentielles. Christiane Taubira justifie donc d’un bilan important qui justifie son statut particulier.

Qu’est ce qui motive Manuel Valls? L’émotion personnelle ou l’intérêt politique? 

Manuel Valls a été très affecté par les attentats. Lorsque Manuel Valls était ministre de l’Intérieur, il se souciait déjà de ces Français qui partaient faire le djihad en Syrie. Dès 2013, il savait que ce problème allait devenir central et qu’il fallait déjà s’en préoccuper alors qu’à l’époque personne n’en parlait. Manuel Valls a une vision tragique de l’histoire et ne manque pas de le rappeler. Mais si il a un vécu personnel des attentats, c’est aussi la position régalienne que Valls met en avant avec un Etat qui ne plie pas. En revanche, en dehors de l’hypothèse de sa candidature potentielle aux présidentielles de 2017, Manuel Valls a une haute estime de ses fonctions. Valls est un anti-Raffarin. Il a subi un petit passage à vide il y a quelques mois où il ne parvenait plus à trouver sa place au sein du duo de l’exécutif.  François Hollande est un as pour manier la stratégie de l’édredon. Il ne tue pas mais asphyxie et Manuel Valls s’est trouvé à un moment étouffé par les plumes hollandaises. Or, Manuel Valls a besoin d’exister et de montrer qu’être Premier ministre ce n’est pas être collaborateur. D’ailleurs, il fait des voyages officiels à l’étranger, domaine réservé normalement au chef de l’Etat. Et puis, la recomposition politique actuelle vient de Matignon. C’est son idée et son projet qu’il travaille et qu’il porte pour l’après 2017.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 14/01/2016 - 15:51 - Signaler un abus Quel bordel dans ce gouvernement

    Jamais sous la V eme république un tel bordel s'est produit dans un gouvernement. Taubira se fait " représenter " par ....le 1 er ministre. C'est un comble. Dans aucuns autres pays Taubira n'aurait gardé son poste. Il est même question qu'elle soit recasé à la Culture. Mme Taubira a indirectement du sang sur les mains de par sa politique totalement laxiste et criminelle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Jérôme Bertolus

Jean-Jérôme Bertolus est un journaliste politique français. Spécialiste des questions de l'Elysée et du Gouvernement pour i-Télé, il a déjà publié divers ouvrages dont Tir à vue: La folle histoire des présidentielles, avec Frédérique Bredin, aux édtions Fayard, 2011 (disponible ici). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€