Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans la tête de Vladimir Poutine : les vraies raisons pour lesquelles la Russie se méfie autant de l’Occident

La déclassification d'archives américaines a montré que l'OTAN avait bel et bien promis à Gorbatchev de ne pas s'étendre à l'est sur ses territoires. Une promesse dans le vent qui continue à refroidir les relations entre Russes et Occidentaux.

Orient Express

Publié le
Dans la tête de Vladimir Poutine : les vraies raisons pour lesquelles la Russie se méfie autant de l’Occident

Atlantico : Lors des négociations pour la réunification de l'Allemagne durant la guerre froide, les Occidentaux avaient bel et bien fait la promesse à Gorbachev que l'OTAN ne s'étendra pas vers les pays de l'est. Une promesse qui a été réfutée pendant longtemps par l'institution qui la qualifiait de "mythe". Mais l'université George Washington a réussi, grâce à la déclassification de documents ces dernières années à attester l'authenticité de la promesse. Est-ce que cette promesse brisée suffit à expliquer le manque de confiance de la Russie et de Poutine envers l'Occident ou est-ce que cela lui sert plus de prétexte pour conduire sa stratégie de politique internationale ?

François Géré : A partir de 1989, les Etats-Unis et l’OTAN ont multiplié les promesses rassurantes à l’égard des dirigeants, Gorbatchev d’abord mais plus encore Boris Eltsine. De 1991 à 1993 on a cru que la dissolution du Pacte de Varsovie entraînerait celle de l’OTAN. Plus la Russie rencontrait de difficultés, plus se sont renforcées les pressions américaines en faveur de l’élargissement de l’OTAN. L’Alliance atlantique a créé des organismes intérimaires de partenariat pour la paix (pfp) associant tous les Etats de l’ex-Union soviétique. Eltsine a voulu jouer la carte d’une coopération avec l’Ouest permettant de conserver les reliques de la puissance soviétique. L’administration Clinton a accepté cette collaboration bilatérale principalement pour réduire la menace nucléaire stratégique de l’ex URSS. Mais en Europe, la plupart des nouveaux dirigeants des anciens Etats satellites ont voulu entrer dans l’OTAN afin d’y trouver une garantie de sécurité contre un éventuel retour de la puissance russe. Les dirigeants russes ont sous-estimé gravement le degré d’hostilité de leurs voisins. S’appuyant sur les communautés nationales résidant aux Etats-Unis, des lobbies se sont formés pour accélérer le processus d’adhésion à l’OTAN. Ils ont rencontré l’appui des « faucons » américains qui s’étaient donné pour but la suppression de l’influence russe sur le continent européen.

Est-ce que l'Europe et les Etats-Unis n'ont pas tendance à sous-estimer l'impact de cette promesse brisée ? Sur cette base comment faire pour pouvoir regagner la confiance du Kremlin ?

Les politiques occidentaux n’ont guère de mémoire et évitent de revenir sur les promesses du passé qu’ils n’ont pas tenues. On préfère dire qu’il y a eu malentendu et clore le dossier. L’initiative d’Obama d’un redémarrage (reset) des relations stratégiques a échoué, par manque de confiance. C’est un fusil à un coup. La stratégie américaine qui consiste à positionner la défense anti missiles balistique dans les Etats d’Europe centrale (Pologne, Roumanie) ne fait qu’aggraver la défiance russe. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par wwmat - 15/12/2017 - 09:45 - Signaler un abus Je suis d'accord avec l'auteur

    Sauf pour l'ingérence Russe lors des présidentielles. Si Hillary et les démocrates n'avaient pas plombé B. Sanders au profit d’Hillary et de ses dollars (que personne n’apprécie aux USA), aujourd’hui B. Sanders et les démocrates dirigeraient les USA

  • Par J'accuse - 15/12/2017 - 10:20 - Signaler un abus Ne jamais croire les Américains, même s'ils signent des traités

    Les États-Unis avaient promis la même chose... aux Amérindiens au XIXe siècle. De Gaulle a sauvé la France de l'occupation américaine en 44-45. Les Russes ont bien raison de se méfier d'eux.

  • Par ajm - 15/12/2017 - 14:39 - Signaler un abus Je croyais naivement que les

    Je croyais naivement que les Americains ( avec les anglais) nous avaient débarrassé des Allemands et accessoirement avaient empêché les Soviétiques de remplacer les Allemands avec leurs alliés communistes. Les allemands ont été occupés par les Américains et les autres . Ils s'en sont très bien sortis. Idem pour les Japonais.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 15/12/2017 - 14:46 - Signaler un abus C'est pas grave, puisque

    C'est pas grave, puisque C'est pas grave, puisque Trump veut s'en débarrasser, et Poutine ralliera l'OTAN dans moins de 10 ans....

  • Par Anouman - 15/12/2017 - 20:01 - Signaler un abus Russie

    Il serait plus pertinent de faire un article sur les raisons de l'extrême méfiance de l'occident (voire défiance) envers la Russie. Paranoïa?

  • Par Beredan - 15/12/2017 - 23:04 - Signaler un abus Arrogance et manque de psychologie ....

    .... quand Obama traite Poutine comme un moujik , et lorsque son émule , l.imprudent Macron , insulte publiquement à Versailles son hôte impassible ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Géré

François Géré est historien.

Spécialiste en géostratégie, il est président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) et chargé de mission auprès de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN) et directeur de recherches à l’Université de Paris 3. Il a publié en 2011, le Dictionnaire de la désinformation.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€