Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 21 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans la tête des Français (et le creux des sondages) : ces questions que se posent ceux qui doutent

C’est une séquence d’explication particulièrement périlleuse qui s’annonce pour le Président de la République. Après le passage au JT de Jean-Pierre Pernault, jeudi, Emmanuel Macron descendra dans l’arène dimanche face à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin.

Ami Macron, entends-tu le cri sourd...?

Publié le
Dans la tête des Français (et le creux des sondages) : ces questions que se posent ceux qui doutent

 Crédit ludovic MARIN / POOL / AFP

Derrière les questions des journalistes, il y aura en toile de fond les doutes des Français. A travers les verbatims du baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion et du baromètre BVA, nous avons dressé les principales récriminations de ces Français mécontents. Ceux que le Président veut reconquérir. 

Emmanuel Macron : un Président au service de qui ? 

« Il fait le boulot pour les riches ». « Il fait les lois pour les riches au détriment des pauvres».

Président des riches : déjà présente lors de son élection, cette critique est encore montée d’un cran parmi les opposants et les déçus d’Emmanuel Macron.

L’angle d’attaque n’est pas neuf : on le retrouvait également à l’encontre de Nicolas Sarkozy et dans une moindre parmi les opposants de François Hollande qui l’accusaient d’avoir trahi la cause. 

Mais ici, l’attaque prend un résonnance particulière : OVNI politique, qui a débarqué il y a 4 ans dans la vie publique, Emmanuel Macron s’est affranchi des filtres partisans, empêchant d’inscrire son action dans un corpus idéologique plus grand que lui. 

Conséquence logique, c’est à travers son passé de banquier que son action est de plus en plus lue : « En tant que banquier, il ne peut pas comprendre les souffrances des Français ». « Ayant toujours vécu dans le luxe, il est pour les grandes fortunes. » La critique acerbe laisse supposer que le Président serait prisonnier de son passé. Un filtre puissant que réactivent à l’envi ses opposants politiques.

Est-ce qu’il écoute les Français ? 

« Il manque de démocratie. Il musèle l’opposition et utilise les ordonnances ».  Au diapason avec d’autres critiques, cet habitant du sud qui a voté pour François Fillon reproche au Président son mode de gouvernance. 

D’autres attaques, émanant le plus souvent du Front de gauche et du FN sont moins nuancées : « c’est un dictateur ». Le jugement se fonde tant sur sa pratique du pouvoir que sur ce que l’homme dégage. Car les critiques font la part belle au ressenti : 

« Il fait trop attention à l’image qu’il renvoie. C’est trop sur lui ». « Quand on donne plus d’importance à son nombril qu’à son pays, on ne mérite pas la confiance des Français ». Le contrôle de son image installe une distance, une forme d’insincérité. Comme si la mise en scène et l’aisance indiscutable du Président cassaient paradoxalement le lien aux Français.

Est-ce que les retraités sont les sacrifiés du quinquennat ? 

Dernière question majeure qui sera sûrement au menu des interview, les retraités : la hausse de la CSG, pourtant annoncée, est très largement restituée dans les commentaires hostiles : 

« Il nous pique du fric » 

« 800 euros de prélèvement de CSG en plus :  En marche = Et Mer… »

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 12/04/2018 - 11:22 - Signaler un abus Débat ''râté'' du second tour !

    Connaissez-vous le GHB ? C'est ce qu'on appelle la ''drogue du viol'' : un monsieur verse cette substance dans le verre d'une dame, et celle-ci se réveille le lendemain matin, seule dans dans son lit, n'ayant pas des souvenirs très précis sur ce qui s'est passé durant la nuit... L'élection présidentielle de 2017 correspond exactement à cette description, la propagande des médias ayant joué le rôle du GHB. La différence, c'est, qu'en général, le violeur disparaît, se cache et nie lorsqu'on l'accuse ! Macron, lui, se retrouve sous le feu des projecteurs ! Tel Nordahl Lelandais, il va être interrogé et réinterrogé sans relâche ! Et quand on aura retrouvé une trace Adn, il sera enfin obligé d'avouer : comme Marine Le Pen l'avait brillamment exprimé au cours du fameux débat du second tour : Oui, Macron est bien le président des ultra-riches ! Mais, ce jour là, les français avaient trop cons pour la croire ! Quant aux momies fillonistes sur Atlantico... ils et elles votent suivant les directives de mr. le curé, le dimanche à la messe !

  • Par Citoyen-libre - 12/04/2018 - 11:53 - Signaler un abus Que la fête commence !

    Je vais regarder Macron. Je pense que le spectacle me divertira plus que celui de Julien Dray qui fait tous les plateaux de télé avec sa bouche sirupeuse et ses montres à remonter le temps, que les pseudos problèmes de laïcité du Walls et des états d'âme du pitre sur son scooter.

  • Par J'accuse - 12/04/2018 - 11:54 - Signaler un abus Voici ce qu'il va dire

    Un politicien pense toujours pouvoir s'en sortir et convaincre avec du baratin: promesses démagogiques qu'il ne tiendra pas, dénis de réalité, brosse à reluire sur sa cible électorale, simulacre de fermeté et de maîtrise pour bien masquer faiblesses et lâchetés, rejet méprisant des critiques, dénigrement des prédécesseurs, revendication de ce qui va mieux bien qu'il n'y soit pour rien, attente de lendemains qui chanteront grâce à lui. Voilà, inutile de l'écouter, vous savez déjà tout.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Matthieu Chaigne

Matthieu Chaigne est directeur associé chez BVA. Il est aussi co-fondateur de l'observatoire des sondages et tendances émergentes Délits d'Opinion, chargé de cours à l'INSEEC et à la Sorbonne-CELSA.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€