Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans un monde de cloches, dressons le hit parade du pire dans notre société à bout de souffle

La cloche d’or revient au capitalisme boursier. Un système arrivé à sa limite extrême. Dans lequel le gain l’emporte sur la valeur, le profit sur le sens. Même quand le monde perd, nombreux sont ceux qui y gagnent. Plus précisément, peu nombreux sont ceux qui y gagnent si on les compare à l’immensité de la masse de ceux qui perdent. Un système intolérable pour un entrepreneur, aussi libéral soit-il.

Les entrepreneurs parlent aux Français

Publié le
Dans un monde de cloches, dressons le hit parade du pire dans notre société à bout de souffle

Pâques est passé pour les uns. Pessah arrive pour les autres. Bref, nous sommes en pleines fêtes religieuses. La vie reprenant vite ses droits, la société a transformé cette occasion en délire commercial chocolaté, convoyé par des cloches soudainement douées de vie et d’un GPS suffisamment fin, pour cibler chaque maison peuplée d’enfants. La religion aura décidément bon dos pour l’éternité. Utilisée ou plutôt déviée un jour pour des raisons mercantiles, et plus gravement pour tuer l’impie ou l’infidèle le lendemain.

Tuant aveuglément, en invoquant son nom pour le justifier, dans une capitale différente chaque semaine.

Mais la métaphore de la cloche sied finalement tellement bien, malheureusement bien, à notre société à bout de souffle. Petit tour du monde des cloches qui sonnent la fin de notre monde et rapide listing non exhaustif de ce qui pourrait nous apporter du chocolat.

La cloche d’or revient au capitalisme boursier. Un système arrivé à sa limite extrême. Dans lequel le gain l’emporte sur la valeur, le profit sur le sens. Même quand le monde perd, nombreux sont ceux qui y gagnent. Plus précisément, peu nombreux sont ceux qui y gagnent si on les compare à l’immensité de la masse de ceux qui perdent. Un système intolérable pour un entrepreneur, aussi libéral soit-il.

L’entrepreneur souhaite donner du sens à une croissance, qui ne peut être linéaire et obéir au compteur trimestriel d’un cours de bourse. L’entrepreneur ne créé pas son entreprise pour enrichir les traders du monde entier, qui n’ont jamais rien fait de leur vie pour créer la moindre valeur, mais seulement la capter au profit d’un système, qui ne comprend pas qu’il court à sa propre perte. Cette obsession du profit à tout prix a fait de l’homme le sacrifice à accepter, créant ainsi une masse de désespérés, un flot en pleine croissance, dont le désespoir sera le carburant des réactions les plus extrêmes. Ce système alimente l’aigreur, le ressentiment et l’esprit de violence. Si nous ne réagissons pas rapidement, notre monde s’écroulera dans le sang et interdira toute reconstruction sereine.

Les entrepreneurs peuvent changer cela en faisant notamment, de leurs salariés leurs actionnaires, en remplaçant la volonté de profit à court terme par la réussite à long terme. Le capitalisme de long terme est la seule faculté qui nous reste de restaurer l’image de l’entreprise auprès du public, de réconcilier les dirigeants et les salariés, de créer un nouveau dialogue social apaisé dans lequel l’enrichissement de tous sur le long cours permettra d’équilibrer la volonté légitime des actionnaires externes, de valoriser leur investissement et leur risque. Il faut inventer un « capitalisme passerelle » qui réduise les antagonisme plutôt que les creuser. La course au profit est la principale cause de la disparition de l’homme. Avoir fait des hommes une variable d’ajustement, qui permettrait de nous faire disparaître car nous ne serions qu’un facteur de coût, c’est oublier qu’une économie a besoin de consommateurs, et que des chômeurs désespérés font de bien piètres acheteurs de biens de consommation ! Etre productif pour qui, si l’homme n’a plus sa place dans l’économie, et n’en est ni le but, ni le moteur ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mike Desmots - 29/03/2016 - 13:50 - Signaler un abus Depuis quelques jours seulemen ..j'ai acqui une certitude.......

    les oies du Colisée volent plus vite que les cloches ...qui ne pondent pas d'oeuf...!

  • Par vangog - 29/03/2016 - 14:53 - Signaler un abus Tous ces constats ont été réalisés par le Front National!

    et le Front National a mis en garde contre l'immigration d'allocation et de peuplement, contre la radicalisation des banlieues, contre la culture de la dette et du chômage, contre le capitalisme de connivence, qui n'a rien à voir avec le libéralisme, car c'est un capitalisme qui se nourrit de lobbyisme et de réglementations pour délocaliser et manger les petits...Alors, maintenant que le mal est réalisé, qu'est-ce qu'on fait? Aucune préconisation n'est faite par cet article lucide. Nous, les patriotes, avons un programme qui vaut ce qu'il vaut (tout est améliorable quand on est pragmatique et lucide)...

  • Par kaprate - 29/03/2016 - 15:43 - Signaler un abus 2 ennemis

    Le capitalisme financier qui se nourrit du sang de l économie réelle et les fanatiques de l Islam qui ensanglantent le nouveau siècle. Au premier une taxe généralisée en lieu et place du racket contreproductif des citoyens qui travaillent, investissent et créent de la valeur. Aux seconds, la destruction sans état d Ame partout où ils se trouvent.

  • Par adroitetoutemaintenant - 29/03/2016 - 15:50 - Signaler un abus Capitalisme boursier

    « Les entrepreneurs peuvent changer cela en faisant notamment, de leurs salariés leurs actionnaires, en remplaçant la volonté de profit à court terme par la réussite à long terme. » Chacun construit son entreprise comme il l’entend. Je parlais récemment en Suisse au PDG d’une multinationale classée dans les 50 premières fortunes. Il me disait qu’il trouvait le système suisse de referendum débile car en parallèle il me demandait comment un PDG pourrait faire s’il demandait l’avis de ses salariés. Je lui fis remarquer que le parallèle était faux car dans le cas du PDG c’est lui qui paye ses salariés alors que dans le cas du referendum national ce sont les citoyens qui payent le « PDG ». On peut écouter ses salariés ou même leur demander comment améliorer le travail (voire même organiser un concours avec rétribution pour la meilleure idée de l’année). Je ne suis pas sûr que l’actionnariat des salariés qui n’apportent pas d’argent dans l’entreprise soit une bonne idée surtout s’il y a des représentants syndicaux externes et cloportes qui se font graisser la patte à chaque tournant en échange d’une « paix sociale ».

  • Par Semper Fi - 29/03/2016 - 20:19 - Signaler un abus Approximations historiques !!!!!

    Attentat de la rue des Rosiers : 1982 (et non 1992), visait un restaurant et non une synagogue... attentat contre synagogue : 1980 rue Copernic.

  • Par zouk - 30/03/2016 - 12:40 - Signaler un abus Palmares des cloches

    Erreur, Monsieur: la cloche d'or, pour la France en tous cas depuis la disparition de G. Pompidou: ses gouvernements, malgré quelques bonns idées, inachevées de G.d' Estaing ou Mitterand qui, socialiste, avait quand m^me le sens de la France. Qu'en ont fait J. Chirac, N; Sarkozy et en couronnement Fr. Hollande?

  • Par zouk - 30/03/2016 - 12:44 - Signaler un abus Palmares des cloches

    Erreur, Monsieur: la cloche d'or, pour la France en tous cas depuis la disparition de G. Pompidou: ses gouvernements, malgré quelques bonnes idées, inachevées de G.d' Estaing ou Mitterand qui, socialiste, avait quand m^me le sens de la France. Qu'en ont fait J. Chirac, N; Sarkozy et en couronnement Fr. Hollande? Bravo à adroitetoute, voilà la voie sur laquelle devrait nous conduire le bon sens, l'actionnariat salarié NON! mais l'intéressement OUI!

  • Par Mike Desmots - 31/03/2016 - 16:53 - Signaler un abus Je remarque que le capitalisme reste bien vivant....!

    Vu que tout le monde s'en serre et le critique...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€