Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Dans l'épaisseur de la chair" : un très beau livre d'amour d'un fils pour son père

Atlanti-Culture

Publié le
"Dans l'épaisseur de la chair" :  un très beau livre d'amour d'un fils pour son père

LIVRE

« Dans l’épaisseur de la chair », de Jean-Marie Blas de Roblès. Ed. Zulma, 384 pages, 20 €.

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME

Un roman pour un hommage, c’est bien le moins que Jean-Marie Blas de Roblès puisse trouver pour célébrer son père, appelé ici Manuel Cortès. Un père fils d'immigrés espagnols bistrotiers dans la ville de garnison de Sidi Bel Abbès, en Algérie, devenu chirurgien et engagé volontaire aux côtés des Alliés en 1942. « Il m’a fallu des années pour déverrouiller la mémoire scellée de mon père et digérer mes propres traumatismes. J’ai enfin acquis la nécessaire bienveillance en face des faits », confie l’auteur. 

Thomas, le narrateur, lui, se rappelle, très tôt dans le roman, les mots définitifs du père : « Toi, de toute façon, tu n’as jamais été un vrai pied-noir !

» Touché au plus profond de lui-même, il part le lendemain naviguer. Seul. Il se remémore la longue vie de son père, alors âgé de 93 ans ; il tombe à l’eau mais n’a pas déplié l’échelle de corde ; accroché au plat-bord, il n’arrive pas à se hisser dans l’embarcation par la force des bras… Le bateau continue sur la Méditerranée ; à deux reprises, Thomas tente de remonter à bord- en vain, et il ne cesse de penser à Manuel, son père… Et tout au long du récit du souvenir et de l’hommage, un perroquet imaginaire nommé Heidegger y va de ses moqueries des divagations de Thomas.

POINTS FORTS

- Un très beau roman , modeste mais vraiment très beau, un texte qui avoue que « sans doute vient-il trop tard ce moment où un être humain réalise qu'il sera toujours moins que son propre père, moins que son propre fils, moins que ce qu'il avait rêvé d'être ».

- Jean-Marie Blas de Roblès, qu’on avait tant apprécié pour « Là où les tigres sont chez eux », rappelle avec « Dans l’épaisseur de la chair » qu’il est maître dans l’art du roman vrai rêvé.

- Une écriture fluide pour un livre où cohabitent, avec élégance, l’histoire familiale et la Grande Histoire sans oublier les anecdotes…

- L’auteur sait aussi raconter une histoire de l’Algérie, celle de son enfance dans les années 1950- 60. Ce qui donne un texte empli d’émotion(s)…

POINTS FAIBLES

La présence de Heidegger, le perroquet imaginaire et moqueur, alourdit par moments le récit de Thomas le narrateur et son hommage au père.

EN DEUX MOTS

Un roman vrai. Un texte vibrant et empli d’émotions. Entre Marseille et l’Algérie, une épopée qui court sur près d’un siècle. Le beau livre d’amour d’un fils pour son père.

UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

- « Mon père est un Romain qui écoute la météo comme on consultait autrefois les aruspices. Si cela pouvait se faire, je suis persuadé qu’il n’hésiterait pas à sacrifier une mouette avant tout embarquement, et à payer quelque augure pour lire dans les viscères du volatile la moindre chance de revenir au port avec une bonne prise ».

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Bressan pour Culture-Tops

Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€