Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Danielle Mitterrand "flirtait" avec Fidel Castro...

Exilé cubain, Jacobo Machover revient sur les relations cordiales qu'entretenait l'ex-Première Dame de France avec le Leader Maximo.

Leader maxima

Publié le

 Un dictateur, Fidel Castro ? Pas pour l’ex-Première dame de France qui, dans son livre de mémoires En toutes libertés (Ramsay - 1996) écrit « dictateur » en italiques (dans le long chapitre qui lui est consacré, pages 248-281), comme si le terme qui lui est accolé par ses opposants et ses victimes lui était attribué à tort.

Dans ses mémoires, elle décrit ses visites récurrentes à Cuba, la première en compagnie de son mari, alors Premier secrétaire du Parti socialiste, au cours des années 1970, puis seule, en tant que présidente de sa fondation.

Elle était visiblement tombée alors sous le charme de son hôte, qui l’a comblée de toutes les attentions et qui lui survit aujourd’hui (pour combien de temps ?). Au cours de ses séjours dans l’île, Danielle Mitterrand n’a voulu voir que les réalisations, los logros, du régime, dont elle visitait les installations les plus reculées à bord de la Jeep du Líder Máximo, avec des habitants enthousiastes lui réservant un accueil qu’elle croyait « spontané » pour bien lui montrer combien ils aimaient leur Commandant en chef.

« Oui, j’embrasse Fidel Castro »

Mais le point d’orgue de ces rapports, ce fut la réception offerte à Fidel sur le perron de l’Élysée en mars 1995, quelques semaines avant la fin du mandat de son mari, qui signait ainsi la fin de l’ostracisme qui avait cours en Europe à l’égard du révolutionnaire cubain (à l’exception de l’Espagne, gouvernée par le socialiste Felipe González, qui l’avait reçu auparavant). A cette occasion, Madame Mitterrand commit un geste fort peu diplomatique : se levant sur la pointe des pieds pour atteindre le visage du géant barbu, elle l’embrassa devant les télévisions du monde entier, dont certaines se firent un plaisir de diffuser en boucle ce baiser « obscène » pour bien montrer la complicité de la France avec certaines tyrannies idéologiquement marquées du même sceau que le Président et son épouse (le Premier ministre de la cohabitation, Édouard Balladur, avait signalé, pour sa part, qu’il refuserait de rencontrer Fidel Castro, ce qui ne fut pas le cas du président de l’Assemblée nationale, le gaulliste Philippe Séguin ni, bien entendu, celui du sempiternel ministre de la Culture Jack Lang). Danielle Mitterrand, pour sa part, revendiquait orgueilleusement son geste : « Oui, j’embrasse Fidel Castro », écrivait-elle dans son ouvrage. 

« Il y a des prisonniers à Cuba. Politiques ? Je ne sais pas. »

Cependant, elle-même avait certainement pris conscience de la portée de son geste spectaculaire, surtout aux États-Unis, où son homologue, la First Lady Hillary Clinton, l’humilia personnellement, l’obligeant à passer tous les contrôles de sécurité avant de la laisser entrer à l’intérieur de la Maison Blanche.

C’est pourquoi elle prit contact, à travers son bras droit Raphaël Doueb, le responsable de France Libertés, avec des exilés cubains en France (parmi lesquels l’auteur de ces lignes), pour demander une liste de prisonniers politiques cubains en faveur desquels elle pourrait intervenir. Quelques années auparavant, nous avions déjà eu une réunion avec elle, au cours de laquelle nous lui avions demandé de faire pression auprès de son ami Fidel pour ce faire. Elle nous avait alors écoutés discrètement, nous parlant de « François », tout en caressant son chien « Baltique », pour détourner l’objet de notre conversation. Sa réponse arriva par le biais d’un entretien concédé à Daniel Schneidermann, dans Le Monde : « Il y a des prisonniers à Cuba. Politiques ? Je ne sais pas. »

Contre toute évidence, elle continuait à défendre cette l’ « humanisme » de la révolution castriste. Fidel Castro lui en sut gré : après sa visite en France, il lui offrit comme « cadeau » la libération de trois (pas plus) prisonniers politiques (d’autres en avaient obtenu beaucoup plus, par exemple le révérend Jesse Jackson ou le commandant Cousteau), qui partirent rapidement vers les États-Unis. L’un d’entre eux mourut rapidement d’un cancer contracté en prison.

C’est ainsi que Danielle Mitterrand entendait la défense de ses causes « humanitaires » : par le soutien jamais démenti à l’un des plus longs régimes totalitaires de la planète. Elle aurait pu dire, comme son cher Fidel : « L’Histoire m’acquittera ». Ça m’étonnerait. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Demystificateur - 27/11/2011 - 09:22 - Signaler un abus C'est avec Régis Debré qu'elle flirtait surtout !!

    Un grand spécialiste de Cuba...

  • Par bacal - 27/11/2011 - 10:12 - Signaler un abus Bravo

    Que cet article qui rétablit une vérité évidente que tous les bobos des beaux quartiers et autres amuseurs gauchos refusent de voir est le bienvenu. Dans ce pays gangréné par le "politiquement correct", il est salutaire de lire autant de réalisme. Continuez et tenez bon.

  • Par de Winecki - 27/11/2011 - 13:42 - Signaler un abus Un jet de lumière après le jet de sottise de Patrick Périn

    Je constate que M. Machover, bien que cubain, a une orthographe bien plus exacte que Patrick Périn, dont il semble que, pour le nommer au poste qu'il occupe, on ait surtout voulu récompenser ses opinions politiquement correctes. En tout cas, j'espère que les vrais amis de la liberté transmettront vite cet article à toutes leurs connaissances : il le mérite.

  • Par ciceron - 27/11/2011 - 14:01 - Signaler un abus Bravo à vous et merci

    Oui merci d'écrire ces vérités et d'aimer Cuba sans aimer le castrisme. Courage, vous rentrerez bientôt ! En tout cas je vous le souhaite ! De la part d'un ancien élève !

  • Par sam84 - 27/11/2011 - 19:16 - Signaler un abus Vivre sur une réputation usurpée

    C'est le lot de beaucoup de socialiste mais les champions toutes catégories c'est les Miterrand et dire que certains parlent de cette personne comme d'une grande humaniste par le seul fait qu'elle se soit opposé a la droite Peu importe qu'elle se soit assis a la table du diable pour les socialiste ,le but justifie les moyens y compris les plus glauques

  • Par le Gône - 28/11/2011 - 00:23 - Signaler un abus Heureusement...

    Staline était mort et Chavez seulement tortionaire a l'époque, sinon ils seraient tous venue en vanance a Cluny!! (pauvres Bourgignons y meritent pas "ca")

  • Par porticcio - 28/11/2011 - 07:07 - Signaler un abus Étonnement

    On croyait que c’était avec un prof de gym ? Au passage, si Madame DSK voulait comme Madame Mitrand rendre la pareille à son mari, c’est l’équivalent de la brigade entière des Sapeurs-pompiers de Paris, au minimum pour commencer, qu'elle devrait accueillir à l’étage au-dessus de la place des Vosges.

  • Par Septentrionale - 28/11/2011 - 10:50 - Signaler un abus prérogatives d'Ancien Régime

    le fondement de la gauche est dans le clientélisme et les privilèges avec l'assistanat pour asservir la dame "humaniste" appréciait particulièrement de manger la langouste cubaine avec Castro et les apparatchiks

  • Par onnissoit - 28/11/2011 - 15:36 - Signaler un abus Les oeilleres du socialisme

    Curieux que cette femme qui avait connu "les heures les plus sombres de notre histoire" et qui avait vécu la disparition de ses camarades de Résistance dans les geoles nazies, ne se soit pas inquiétée de l' existence et de l' état des prisons à Cuba où ont sévi le Ché : surnommé "le boucher de La Havane" et son patron Fidèl!

  • Par Ann O'nymous - 28/11/2011 - 16:13 - Signaler un abus Je n'arrive pas à détester Castro autant que l'auteur

    La question des prisonniers politiques est une question importante, mais ce n'est pas la seule qui puisse servir à caractériser un régime. En regardant plus globalement la situation sur la période concernée, je ne suis pas sure que Cuba s'en sorte plus mal que des pays équivalents.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacobo Machover

Jacobo Machover est écrivain cubain et universitaire. Il vit en exil à Paris. Dernier ouvrage publié : Raúl et Fidel. La tyrannie des frères ennemis (Éditions François Bourin, collection Les moutons noirs - 2011).  

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€