Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le livre qui révèle les coulisses de la cyber-guerre secrète menée par Obama contre l'Iran

Dans un livre publié en juin aux Etats-Unis, le journaliste David Sanger évoque longuement le programme secret de cyber-attaques du gouvernement américain, "Olympic Games".

Secret d'Etat

Publié le

Les secrets d'Etat à la vue de tous. Quelques-uns en tout cas. Un livre publiée aux Etats-Unis par le correspondant à Washington du New York Times, David Sanger, évoque en effet la politique de guerre secrète menée par le gouvernement américain à l'encontre de l'Iran. Une guerre sans missiles, armes à feu et G.I. surentraînés mais pleine de virus informatiques, et cyber-attaques très ciblées; une guerre commencée sous la présidence de George W. Bush et accélérée avec Barack Obama.

Tout commence en 2009. Quelques jours avant son intronisation, Barack Obama s'entretient avec son prédécesseur George W. Bush qui lui explique alors l'importance de préserver deux actions en cours : l'utilisation de drones au Pakistan dans la lutte contre al-Qaida, et surtout la cyber-guerre contre l'Iran, qui pourrait "décider de la guerre ou de la paix", comme il n'hésite pas à lui assurer.

Le nouveau président américain ne va pas se le faire répéter deux fois, et va prendre très au sérieux le conseil du président sortant. David Sanger explique notamment dans son livre que "jamais depuis Lyndon Johnson et le choix des cibles à bombarder au Nord-Vietnam, un président n'avait été impliqué d'aussi près dans l'escalade pas à pas d'une attaque contre les infrastructures d'une nation étrangère". Le journaliste révèle en effet qu'Obama a même accéléré les cyber-attaques contre l'Iran, et ce même après les fuites du virus Stuxnet.

En 2010, un élément du programme secret "Olympic Games" impulsé par le prédécesseur de Barack Obama fuite durant l'été à cause d'une erreur de programmation. Le virus, surnommé Stuxnet par les spécialistes, avait infecté l'usine d'enrichissement d'uranium iranienne de Natanz avant d'être fuité sur Internet et d'apparaître dans les systèmes informatiques de plusieurs autres pays.

Et le monde de découvrir alors que les Etats-Unis et Israël ont développé ensemble un ver informatique pour s'attaquer à des systèmes iraniens.

Des programmateurs de la National Security Agency (NSA), l'agence de sécurité nationale américaine, collaborent en effet avec une unité spéciale de guerre électronique de Tsahal, connue sous le nom d'Unité 8200, pour mettre au point ce virus, que plusieurs experts décrivent comme une cyber arme censée détruire une cible industrielle déterminée. Stuxnet est en effet une réussite puisqu'avant de fuiter dans d'autres pays, il provoque l'autodestruction d'un cinquième des centrifugeuses iraniennes, 1000 sur 5000 plus précisément, destinées à enrichir l'uranium. L'administration interne du président Obama a estimé que Stuxnet avait entraîné un retard compris entre 18 et 24 mois pour le programme d'enrichissement d'uranium iranien.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par DEL - 14/06/2012 - 23:24 - Signaler un abus Double tranchant...

    J'en connais qui vont faire la gueule quand les virus se retourneront contre eux...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€