Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vous croyez que le délit de blasphème n’existe pas en France ? Vous vous trompez !

Non, il n’est pas question ici de ceux de Charlie Hebdo, assassinés pour avoir caricaturé le Prophète. Il y a d’autres blasphémateurs. Mais, heureusement, ils n’encourent pas la même peine.

Au bûcher !

Publié le
Vous croyez que le délit de blasphème n’existe pas en France ? Vous vous trompez !

Toute religion dominante est nécessairement oppressive. Ce fut vrai du catholicisme au temps de l’Inquisition. C’est vrai aujourd’hui dans les pays où l’Islam est religion d’Etat. C’est vrai en France où une toute autre religion, dominante elle aussi, a édicté des codes de pensée auxquels on serait tenu de se conformer. A ceux qui dérogent à ces règles de bonne conduite, il n’arrive quand même pas trop de mal. Ils sont juste tenus de porter une crécelle comme les lépreux au Moyen-Age.

Cette religion-là a ses inquisiteurs, ses prêtres, ses bedeaux, ses enfants de chœur. Elle a bâti des églises qui sont autant de places fortes : le CNRS avec ses sociologues et ses démographes, les médias avec des journalistes parfois soumis et toujours consensuels, d’innombrables think tanks chargés de diffuser la bonne parole.

Cette religion n’a pas de nom : elle se dit, ou plutôt se proclame, de gauche. Elle a la possibilité, et en use jusqu’à en abuser, de jeter l’anathème sur les mécréants et les hérétiques qui persistent à ne pas psalmodier ses prières.

Les servants, serviteurs, prêtres et adorateurs de cette religion ont une caractéristique assez singulière. Ils ne s’intéressent pas à la réalité mais seulement à l’utilisation qui peut être faite de cette réalité. Ils n’ont que dédain pour les faits : ils cherchent juste à débusquer ce qu’il y a dans les reins et le cœur de celui qui énonce les faits. La maison brûle ? Peu importe. Le coupable n’est pas l’incendiaire mais les infidèles, forcément animés de mauvaises pensées, qui disent que la maison brûle.

Avec les hérétiques, il n’y aura ni controverse, ni discussion argumentée. On exigera d’eux de prouver leur « limpienza di sangre », comme au temps de l’Inquisition espagnole. Faute de ce certificat de virginité, le coupable sera décrété de « droite », « réac’ », « fasciste » ou « décliniste rétrograde ». Pour qu’il soit mieux identifié, on affublera l’hérétique d’une chemise noire mussolinienne ou d’une chemise brune hitlérienne (selon le degré de gravité de son blasphème).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 27/01/2015 - 09:46 - Signaler un abus L'hypothèse religieuse du socialisme

    Je trouve l'hypothèse intéressante. Effectivement, il y a du religieux dans le socialo-progressisme français, une utopie auto-proclamée. Sans même parler de leur moralisme cul-béni (pour les autres, pas pour eux), il est clair que ce qu'ils recherchent est de moins en moins d'essence terrestre. Il s'en suit un déni de réalité que l'on constate tous les jours. En gros, ils nous infligent "ici et maintenant" (un bouquin de Mitterrand) un enfer en construisant leur futur hypothétique paradis. Si la religion est l'opium du peuple, le socialisme est la beuh du prolo. De fait, cet affrontement du XXe siècle se ramène à un combat de dealer. Et les innombrables courants de pensée de la gauche à des querelles de chapelle. Finalement le PS au pouvoir est une sérieuse entorse à la laïcité et leur nomenklatura serait mieux dans un monastère.

  • Par lexxis - 27/01/2015 - 10:12 - Signaler un abus LA DOXA SOCIALISTE

    Article utile et bienvenu qui montre que le blasphème, s'il n'est plus un délit au sens juridique du terme, est devenu le moyen de toute la gauche ou presque d'empêcher en réalité tout débat démocratique, en diabolisant par avance toute contradiction.Pratique avilissante issue de traditions qui ne sont pas les nôtres et qui rappellent furieusement la conception stalinienne de la démocratie, les liquidations en moins. Et puisque nous commémorons si justement la shoah aujourd'hui et ses crimes noirs, comment expliquer que notre mémoire nationale soit si défaillante, pire même aveugle et sans doute coupable vis-à-vis des crimes rouges qui n'ont guère été moindres (les Polonais, mais ils ne sont pas les seuls, en savent quelque chose!). En fait comme à chaque fois que l'on s'éloigne de la démocratie, on a à faire à des gens qui fonctionnent avec la moitié de leur cerveau, en prétendant que c'est uniquement comme cela qu'on voit mieux les choses.

  • Par ISABLEUE - 27/01/2015 - 10:15 - Signaler un abus Il existe encore en France le délit de blasphème.

    En Moselle et dans les deux départements Alsaciens. Et les représentants des cultes ont demandé à ce que ce délit disparaisse du droit.. C'est dire .... Le niveau intello de nos "humanistes" de service ne vaut pas tripette.

  • Par Mario - 27/01/2015 - 10:23 - Signaler un abus des constats ...

    des constats, des constats toujours des constats. j'ai 45 ans et depuis que je suis ados , je constate l' hégémonie de l'ideologie de gauche , nouvelle morale corsetante de notre société. des constats et toujours pas de solutions. ils ont même réussi à faire détester notre Marseillaise à une partie de notre pays. Alors des idées?

  • Par grou14 - 27/01/2015 - 10:44 - Signaler un abus bien dit

    bien vu, bien dit, bravo Monsieur Rayski, continuez et faites juste attention à ne pas devoir en arriver à être protégé par la police française qui obéit à son ministre, et aujourd'hui ce Ministre c'est celui qui a fait ses études et ses classes au milieu de cette secte - la nouvelle religion - que vous décrivez : les descendants de l'Être Suprême de 1790.

  • Par Texas - 27/01/2015 - 10:51 - Signaler un abus Torquemada

    L' Internationale Socialiste a ceci de commun avec le fondamentalisme Islamique qu' elle possède en germe de devenir universelle , Projections qui passent par des formes de Totalitarisme progressivement aggravées . Des solutions ? aucunes qui ne soient démocratiques , en dehors d' un embargo intellectuel sur ces schémas de pensée .

  • Par zouk - 27/01/2015 - 12:34 - Signaler un abus Blasphème?

    Oui, il existe et en toute approbation quand il s'exerce contre l'Eglise catholique (la une de Charlie Hebdo de décembre 2014) Où est le respect des convictions de l'autre? On t'insulte? tais-toi, tu penses mal!

  • Par Leucate - 27/01/2015 - 12:41 - Signaler un abus Le Jacobin de Taine

    Hippolyte Taine avait très bien décrit cette pathologie dans son livre monumental "Les origines de la France contemporaine - la Révolution" ***L'homme en général, les droits de l'homme, le contrat social, la liberté, l'égalité, la raison, la nature, le peuple, les tyrans, voilà ces notions élémentaires: précises ou non, elles remplissent l'esprit du nouveau sectaire; souvent elles n'y sont que des notions grandioses et vagues, mais il n'importe. Des hommes réels, nul souci, il ne les voit pas. Rien de tout cela ne peut entrer ni se loger dans son esprit. Si par le canal des yeux et des oreilles, l'expérience présente y enfonce de force quelque vérité inopportune, elle ne peut y subsister; toute criante et saignante qu'elle soit, il l'expulse; au besoin il la tord et l'étrangle à titre de calomniatrice parce qu'elle dément un principe indiscutable et vrai par soi. Manifestement, un tel esprit n'est pas sain ! le contrepoids des faits manque pour balancer le poids des formules. Tout chargé d'un côté et tout vide de l'autre, il verse violemment du côté ou il penche, et telle est bien l'incurable infirmité de l'esprit jacobin.***

  • Par bergavi - 27/01/2015 - 12:44 - Signaler un abus C' est pourtant simple .

    Le dogme socialiste est trés simple : NOUS SOMMES LES GENTILS ET TOUS LES AUTRES SONT LES MECHANTS . Ca fonctionne trés bien depuis plus de 30 ans , Ils auraient tort d'en changer .

  • Par Leucate - 27/01/2015 - 13:38 - Signaler un abus @bergavi

    ***Le dogme socialiste est trés simple : NOUS SOMMES LES GENTILS ET TOUS LES AUTRES SONT LES MECHANTS .**** Je poursuis votre raisonnement: Et puisque nous voulons assurer le Bonheur du Genre Humain et construire une société de gentils, il nous faut combattre les méchants, éliminer ceux qui sont irrécupérables et rééduquer (nous sommes des gentils ..) ceux qui peuvent l'être. C'est pour cela que certains ont pu affirmer que notre Révolution Française fut la matrice des totalitarismes du XX° siècle.

  • Par brennec - 27/01/2015 - 14:21 - Signaler un abus Ce n’est pas par hasard que

    Ce n’est pas par hasard que la notion de corpus mysticum Christi se trouve faire l’objet d’une attention particulière à l’époque des totalitarismes — période s’il en est où la modernité se voit acculée à cette réflexion sur la légitimité de ses fondements. L’évolution sémantique de cette notion de corps mystique se rapporte à cette réflexion en deux sens. On peut tout d’abord considérer la perte de la signification originelle du corpus mysticum Christi, la décapitation et le démembrement de l’Église qui en résulte, bref, la trivialisation du concept théologique originaire. On pensera sur ce point au combat dans les années 1920 de Karl Barth contre le protestantisme socio-libéral. On peut aussi considérer le transfert, ou la réappropriation de l’expression pour désigner des communautés profanes, et en particulier totalitaires. On pensera par exemple ici à la formulation par Carl Schmitt de ce que Hans Blumenberg a nommé le « théorème de sécularisation », selon lequel « tous les concepts prégnants de la théorie moderne de l’État sont des concepts théologiques sécularisés » ·Thierry Gontier in Corps mystique et société politique chez Eric Voegelin

  • Par COUDY-MENARDEAU - 27/01/2015 - 14:39 - Signaler un abus Plenel

    Plenel continue le travail du trotskyste Joseph Krasny, membre de la Ligue Communiste Révolutionnaire, section française de la Quatrième Internationale, parti mondial de la révolution socialiste. Et du " trotskyste culturel" qui fut rédacteur en chef du Monde qui s'en remit assez mal.

  • Par ELLENEUQ - 27/01/2015 - 15:23 - Signaler un abus Le blasphème de la laïcité vous vaudra plein d'ennuis

    C'est la religion la plus oppressive qui soit, pire que la scientologie !

  • Par Ganesha - 27/01/2015 - 15:27 - Signaler un abus Fertilisant

    La ''Politique de Droite'', c'est depuis quarante ans la ''Doctrine Reagan-Thatcher-Merkel'' ! Elle est morte et enterrée en pleine terre. Chacun est invité à venir chier sur cet emplacement : cela fertilisera le sol et favorisera le développement de la végétation !

  • Par jurgio - 27/01/2015 - 15:28 - Signaler un abus La Gauche a toujours eu un problème fondamental avec la religion

    On s'est récemment aperçu des dérives anti-théistes des gauchistes de Charlie-Hebdo qui allaient jusqu'à l'acharnement et la haine recuite. Le mot d'ordre de Charbonnier : quant aux cathos, feu à volonté. On est loin des martyrs de la liberté et de la critique positive. Un dieu qui n'est pas de gauche doit s'effacer dans les consciences. Quand, en effet, des partisans se fanatisent sur des idées abstraites, on constate toujours une sacralisation, une cristallisation... Pas étonnant, la gauche est issue de l'ancien protestantisme qui faillit autrefois couper la France en deux (cet État dans l'État qui hantait encore le roi Soleil) Il en est resté des esprits revanchards, passés par la Franc-maçonnerie, la déesse Raison, les sectes libertaires du XIXe siècle, etc. Ces guerres civiles que l'Instruction laïque a renommé par propagande anti-catholique et hypocrisie : Guerres de religion dont on a du mal à nommer un seul martyr de la foi...

  • Par 2bout - 27/01/2015 - 16:55 - Signaler un abus Aucun complexe à faire face la bien-pensance,

    mais bien sur, il ne faut pas le formuler ainsi. Rappelez-vous Benoît, le bien-pensant ne raisonne qu'avec une partie de sa tête, ce qui parfois, est déjà deux fois moins que celui qu'il soumet à son jugement.

  • Par Gré - 27/01/2015 - 23:49 - Signaler un abus Problème d'image

    Quelle bête illustration par rapport à l'article

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoit Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€