Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La croissance revient et la renaissance française arrive ? Euh... si on regarde les chiffres 2008-2018, ça ressemble plus à un effroyable gâchis

La situation économique française connait certes une amélioration notable, mais un problème structurel mine toujours la croissance. Pourtant, les leviers de croissance existent bel et bien.

Décennie perdue

Publié le

Quelles seraient les conditions permettant un tel rattrapage ?

La première condition serait déjà d'identifier qu'il existe un important potentiel de rattrapage de l'économie française. Il est régulièrement indiqué que le potentiel de l'économie française serait désormais de 1.25% (selon une note du Trésor- avec une capacité de rebond de 1.5 points pour l'année 2016) alors qu'elle était de 2% avant crise. Mais il suffit de regarder les chiffres concernant les autres économies mondiales, où les pays qui se donnent la peine de favoriser réellement la croissance parviennent à dépasser largement les chiffres de leur croissance potentielle, ce qui a été le cas, par exemple, du Japon tout au long de ces derniers trimestres. Si la faible croissance de cette dernière décennie a entrainé la croissance potentielle du pays vers le bas, c'est qu'un surplus de croissance peut également rétablir la situation en sens inverse.

L'enjeu est donc de soutenir la croissance par tous les canaux, par la voie monétaire principalement avec une capacité de soutien à l'économie qui est encore très importante au sein de la zone euro, mais également par le biais de dépenses d'infrastructures par exemple etc… Les leviers de la croissance sont disponibles et ne manquent pas, ce qu'il manque, c'est une prise en compte et un effort politique à mener au sein de la zone euro. Mais cette initiative n'existe toujours pas en Europe. Le statu quo domine, malgré les erreurs, malgré la décennie perdue, le problème demeure.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zen aztec - 03/01/2018 - 13:20 - Signaler un abus Faut se relire,merde quoi!!

    les États-Unis et le Royaume-Uni ont au moins essayé de "se refaire", et c'est ce qui explique que le niveau de chômage de la zone euro soit encore plus de deux fois supérieur à celui de la zone euro

  • Par vangog - 03/01/2018 - 13:47 - Signaler un abus Le croc-en-jambe de la BCE!

    À minima, et même en économie socialiste, on aurait pu avoir une croissance au moins égale à celle de la GB, si J.C.Trichet n’avait pas agi à contre-temps de la globalisation en remontant les taux d’intérêt (Alors que tout le monde les baissait...). es-t-on certain que l’erreur fatale ne se reproduira pas, alors que le fonctionnement de la BCE n’a pas été réformé? (Voir l’article de Mucherie: objectif déflationniste et anti-productif de la BCE)...mêmes causes, mêmes effets!

  • Par kelenborn - 03/01/2018 - 14:42 - Signaler un abus Oui

    On veut d'autant plus croire l'auteur sur parole que sur les moyens de retrouver la croissance, il ne dit rien, rien de chez rien!!!! Et ce ne sont pas les politiques monétaires ou budgétaires qui sont en cause mais bien les politiques structurelles! Quand, au nom du changement climatique, de la peur que le Glyphosate soit une création de Satan on a massacré l'économie: les nanotechnologies, les OGM etc...ont été rayés de la carte au nom du principe de précaution! L'industrie chimique est morte ( voir article récent de LFP) et l'agriculture va être la prochaine victime de la mafia verte! Alors, qu'en disent les marchés mR Sylvestre?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€