Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alerte au bio-terrorisme : le CRISPR/Cas, la technologie biologique que l'Union Européenne (et la France) veut déréguler et qui fait hurler tous les spécialistes

Le CRISPR/Cas9, technologie révolutionnaire découverte par un groupe de scientifiques occidentaux il y a un an, est sur le point d'être dérégulé par Bruxelles. Pourtant, les Etats-Unis ont déjà bien saisi le potentiel destructeur de cet outil. Facile d'usage, ce serait mettre sur le marché un véritable kit de bombe génétique pour les malfrats. Avec des conséquences dantesques...

Info Atlantico

Publié le - Mis à jour le 15 Avril 2016
Info Atlantico

Quelles sont les mesures à prendre pour répondre à ce genre de menaces ? Où en sont les négociations sur la régulation du CRISPR/Cas9 à l'Union Européenne et en France ?

Frédéric Jacquemart : Une des conséquences de cette déréglementation de cette technique serait de se priver de tout regard sur la biologie de garage notamment qui pourrait être faite en bas de chez nous, et donc aux bévues non intentionnelles et aussi au bioterrorisme ! On ne pourra pas lui interdire sa pratique ni même la surveiller, et ce qu'il fabrique ne sera pas évalué. C'est atterrant, d'autant plus qu'une nouvelle technique apparue récemment, qui peut aussi utiliser  CRISPR/Cas9, le forçage génétique et que tout le monde semble ignorer, vient rendre la chose encore plus dangereuse, quand bien même cette technique n'est pas réalisable sur toutes les espèces.

Le principe est que le gène modifié devient invasif : il suffit de modifier quelques individus, et le gène se répendra dans toute l'espèce. Des projets existent déjà concernant des moustiques, pour les modifier ou en éradiquer certaines espèces ! 

Ce type de technique ne pourrait plus être contrôlé par la société. On sait que des entreprises qui n'ont pour seul objectif que de faire de l'argent poussent à la dérégulation sans avoir le moindre regard éthique. On l'a vu avec le tabac, avec les pesticides et les médicaments : imaginons ce que cela pourrait donner avec cette « baguette magique » qu'ils prétendent brandir sur le monde ! C'est une bombe atomique que nous avons aujourd'hui entre les mains !

Au niveau de l'Union Européenne, l'opération visant à la régulation est reportée alors que la décision devait être donnée en 2015, car le but est de convaincre tous les états membres avant de rendre public le rapport de la Commission chargé du sujet. Ils savent que cette décision, qui est soutenue certainement par des lobbies, sera de toute façon attaquée juridiquement, et ils essayent de consolider leur position. 

La France est l’État le plus engagé sur le domaine des biotechnologies, du fait des très fortes réactions de la société civile jusque-là.  Mais le gouvernement français s’aligne maintenant systématiquement sur les revendications des lobbies.  Le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB), qui conseille l'État en la matière, a rendu un « vrai-faux avis » qui vise à justifier la dérégulation d'une grande partie de ces nouveaux OGM, comme le demandent les multinationales. Les manipulations qui ont eu lieu pour faire passer ce « vrai-faux avis » ont conduit à la démission d'un des experts du comité scientifique et à la démission de sept organisations membres du Comité Économique, Éthique et Social du HCB. C'est pourtant malheureusement là-dessus que Stéphane Le Foll et Manuel Valls s'appuient pour demander la dérégulation de ces techniques.

Cela pose le problème de l'expertise et de la technocratie qui sous-tendent le fonctionnement de notre pouvoir. Pourquoi ne pas nommer des scientifiques directement à la tête de l'Etat, cela irait plus vite !

Tout cela est extrêmement grave : .Beaucoup d'experts expriment leur idéologie scientiste et/ou sont sous l'influence des lobbies. Idéalement, il faudrait une commission d'enquête parlementaire sur le fonctionnement du HCB.

Olivier Lepick : La communauté internationale doit se préoccuper très sérieusement de l'échange et l'utilisation de ces technologie, avant de tomber des nues. Car malheureusement, on devrait avoir à faire à ce genre de terrorisme un de ces jours. Il existe déjà un groupe de surveillance qui s'appelle le Groupe Australien, qui a été constitué spécialement pour cela après la découverte du programme militaire chimique et biologique de l'Irak. Aujourd’hui, il contrôle l'échange des produits et technologies qui permettraient de fabriquer des armes chimiques et biologiques. Il faut éviter à tout prix que ces découvertes tombent dans de mauvaises mains ; au moins habiliter les personnes qui pourraient l'utiliser pour commencer. 

Je pense que les scientifiques ont parfaitement compris les enjeux, et qu'ils leur appartient donc d'alerter les autorités politiques sur les problématiques posées par ces technologies émergentes. 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 14/04/2016 - 08:12 - Signaler un abus C'est évident

    Fallait pas commencer messieurs les progressistes !

  • Par Deudeuche - 14/04/2016 - 09:21 - Signaler un abus la "communauté" scientifique

    est comme toutes les communautés; clanique, égocentrique et consacrée à la promotion de ses membres, en dehors de l'intérêt général.

  • Par zouk - 14/04/2016 - 10:04 - Signaler un abus CISPR

    Menace dramatique. Nous devons absolument tout faire pour empêcher la dérégulation: à commencer par la communauté scientifique, beaucoup plus honnête et réaliste que ne l'écrit Deudeuche, et l'Académie de Médecine certainement la plus capable d'informer sur l'immense danger que serait la dérégulation.

  • Par jpplaton - 14/04/2016 - 10:39 - Signaler un abus Régulation inefficace

    Je ne vois pas comment réguler l'utilisation de cette technique. L'information est disponible. Les moyens sont disponibles et peu onéreux. Une habilitation n'empêchera pas un malveillant de bricoler dans son garage. Y a-il une piste?

  • Par superliberal - 14/04/2016 - 11:22 - Signaler un abus Armageddon pour les nuls

    J'en connais qui vont s'intéresser à la Biologie pour le coup...

  • Par superliberal - 14/04/2016 - 11:32 - Signaler un abus Retour de la peste noire...

    en plus virulent et uniquement pour "la race blanche"...RIP On a quand même à faire à une belle brochette de malades mentaux...(chercheurs, politicards, terroristes...)

  • Par Karg se - 14/04/2016 - 11:51 - Signaler un abus Ridicule

    "Jusqu'à présent, le n'importe quoi était confiné à cinquante OGM qui certes avaient un impact négatifs mais pour l'instant assez restreint." Pourquoi inviter un militant antiOGM qui raconte ce genre de connerie?

  • Par Eléonore Solé - 14/04/2016 - 17:14 - Signaler un abus Aspects positifs

    Est-ce que Frédéric Jacquemart a idée du nombre de pathologies extrêmement graves qui sont dues à la mutation d'un seul et unique gène ? Qui sont dues à une seule protéine défaillante ? Au nombre de cancers qui sont dus à une mutation du gène p53 ou du gène Rb ? Sachant que le gène p53 se transmet de génération en génération, et induit des cancers systématiques dans la descendance. Est-ce qu'il sait que la neurofibromatose est due à la mutation du gène de la merline ? Une seule protéine donc, qui cause une maladie épouvantable. Sait-il que chaque jour des gens souffrent et meurent à cause d'une seule foutue mutation génétique et de la faute à "pas de chance" ? Cette technique, bien qu'elle puisse faire peur et doit évidemment être réglementée, peut permettre de viser précisément le génome, afin de modifier uniquement le gène ciblé. On pourrait remplacer le gène muté de toutes ces personnes. On pourrait toutes les aider. Alors oui, le bioterrorisme fout la trouille. Et il faut une réglementation stricte. Mais est-ce qu'on va vraiment laisser des gens souffrir et mourir, en fermant les yeux, parce qu'on a peur ? Assis bien confortablement et en bonne santé dans notre canapé ?

  • Par Gré - 14/04/2016 - 18:07 - Signaler un abus à Eléonore Solé

    C'est exactement ce que dit l'article : il ne faut pas que cette technologie se retrouve entre toutes les mains. C'est le fond de l'article. Il ne prône pas l'interdiction de cette technique. Relisez

  • Par Eléonore Solé - 14/04/2016 - 20:23 - Signaler un abus A Gré

    Vous pensez ? "On balance donc dans la nature des technologies aussi universelles : je comprends que la créatrice de cette technologie en fasse des cauchemars. A sa place, je n'aurai pas publié des choses pareilles. En tant qu'ancien chercheur en biologie, si j'avais découvert une chose de la sorte, nul doute que je j'aurai tout brûlé ! Car on est plus dans l'organisation avec le CRISPR/Cas9, mais bien en face de n'importe quoi ! Et du n'importe quoi dans un monde qui est organisé, c'est préparer le chaos. Jusqu'à présent, le n'importe quoi était confiné à cinquante OGM qui certes avaient un impact négatifs mais pour l'instant assez restreint." "C'est une bombe atomique que nous avons entre les mains !" Cela vous paraît donner les aspects positifs de cette technologie ? "Si j'avais découvert une chose de la sorte, nul doute que je j'aurais tout brûlé" ? Cet article donne l'impression que nous sommes face à une menace sans précédent, puisque tout le monde pourrait le faire dans son garage, sans même prendre la peine de faire intervenir de vrais spécialistes : M.Jacquemart est un militant clairement anti-OGM donc absolument pas objectif vis à vis de CRISPR/Cas9.

  • Par kaprate - 14/04/2016 - 20:47 - Signaler un abus Progrès et extinction de l'espèce

    Nos découvertes scientifiques et la dynamique du progrès poussent toujours plus loin la connaissance et le contrôle de la "Nature" en démultipliant simultanément les risques pour la survie de l'environnement et des espèces, y compris de la notre qui, si l'on en croit les scientifique, est probablement entrée dans sa phase d'extinction. Les découvertes ont été et seront encore sources de progrès, de guérisons, d'amélioration des conditions d'existence, de recul de la mort mais l'histoire nous montre que l'homme fait aussi toujours un usage abusif et potentiellement destructeur de ces nouvelles connaissances : usage militaire, terroriste, pour servir des intérêts financiers, sa soif de pouvoir, son désir et ses perversions... Et cette découvetre n'échappera pas à la règle.

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 01/05/2016 - 18:04 - Signaler un abus Quelques contre vérités flagrantes et un fatal renoncement

    "En revanche, les mêmes experts qui défendent cette technologie affirment que cette technologie reproduit ce que fait la nature (je crois qu'il est difficile d'être plus stupide et malhonnête !) Et bien c'est le premier qui l'a dit qui l'est... C'est en effet exactement ce que font les bactéries (la nature est en effet un concept humain) et depuis vous l'imaginez très très longtemps. D'ailleurs cette technique a été découverte et non pas inventée. Les mots ont un sens. "je comprends que la créatrice de cette technologie en fasse des cauchemars." Non elle l'a découverte et elle n'est pas la seule Emmanuelle Charpentier et d'autres donc dire qu'elle n'aurait pas du la publier est soit de la jalousie soit d'un puérilité stupide. Ensuite mélanger le bioterrorisme et les applications phénotypiques comme la couleur des yeux c'est un procédé pas très honnête même s'il marche sur les dociles à connaissance limitée. En clair vous voulez interdire CRIPR mais aussi les centrales nucléaires mais aussi au final toute recherche au motif que le terrorisme pourrait s'en emparer? Vous êtes comme Valls, puisque je ne peux rien vivons avec. C'est un renoncement votre idée.

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 01/05/2016 - 18:18 - Signaler un abus CRISPR et les maladies génétiques humaines

    Il existe de nombreuses maladies monogéniques qui pour l'instant ne peuvent être traité autrement que symptomatiquement. CRISPR va permettre de changer la vie de ces personnes. Vous n'en parlez pas et c'est plus qu'un manque d'empathie pour tous ces patients qui attendent que la science les délivre d'un fardeau parfois douloureux parfois mortel. Vous leur laissez une seule chance: allez à l'étranger chez les américains ou les chinois car ils controlent leurs terroristes sans empecher de soigner les gens avec des thérapies géniques. C'est encore une fois scandaleux. Le problème du terrorisme n'a rien à voir avec les découvertes scientifiques. Il a à voir avec la politique la police et l'armée. La lâcheté et le laxisme (tout le monde en convient) des 40 dernières années ne doit pas faire arrêter la recherche sur les applications de CRISPR.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Lepick

Olivier Lepick est docteur en Histoire et Politiques Internationales de l’Institut des Hautes Etudes Internationales de Genève (Université de Genève). Il est chercheur associé à la Fondation pour la Recherche Stratégique (Paris) et consacre ses travaux à la question des armes chimiques et biologiques.

Voir la bio en entier

Frédéric Jacquemart

Président du GIET (Groupe International d'Études Transdisciplinaires). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€