Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crises de folie meurtrière : ces antipsychotiques dangereux et insuffisamment contrôlés

Si la fusillade de Newtown a relancé le débat sur les armes à feu, elle a aussi soulevé le problème des antipsychotiques. Le meurtrier, Adam Lanza, était sous Fanapt, un médicament controversé aux effets secondaires particulièrement lourds : agressivité, paranoïa, délire ou encore crises de panique.

Oublie pas tes médocs

Publié le

La Ritaline est une drogue et conditionne les enfants qui en absorbent à se droguer leur vie durant. Le méthylphénidate (Ritaline), stimulant du système nerveux central est pharmacologiquement proche des amphétamines, a de graves effets secondaires (insomnie, dépendance, dépression…) qui incitent à prendre de nouveaux traitements tels les somnifères. Les effets secondaires peuvent aller jusqu’à des phénomènes d’accoutumance. Ils  provoquent parfois des lésions graves, notamment des accidents cardiaques, ou bien aboutissent à des automutilations, des décès, des tentatives de suicide et des passages à l’acte suicidaire.

Le méthylphénidate, molécule de la Ritaline, figure dans la liste officielle des substances prohibées du Code mondial antidopage. Certains psychiatres ont particulièrement attiré l’attention sur les dangers de ces médicaments modificateurs du comportement de l’enfant. Sans succès. Citons Pr Vican et les médecins qu’il évoque dans son livre "Nos enfants cobayes de la psychiatrie" : "Les enfants dont je vais vous parler ne sont plus hyperactifs ou ne sont plus inattentifs, ils sont morts […]" Morts du traitement par la Ritaline que leurs parents étaient contraints, par les services sanitaires des écoles, de faire suivre à leurs enfants, sous prétexte qu’ils étaient "hyperactifs"[5].

D’autres antidépresseurs largement prescrits sont dangereux potentiellement. Certes si les effets secondaires sont fréquents, les drames sont rares mais le jour où ils arrivent, il est trop tard. Le risque est établi. Par exemple le prozac ou fluoxétine a des effets similaires à la cocaïne sur la sérotonine de notre cerveau chez certaines personnes. Dans son dossier d’AMM  à la FDA le responsable de l’évaluation des effets secondaires du prozac notait un profil similaire aux amphétamines. Le résultat d’une étude parue dans une grande revue de pédiatrie américaine montre l’augmentation du risque de suicide ou de tentative chez les patients sous antidépresseurs : ce travail a répertorié les suicides et tentatives pendant 9 ans sur une cohorte de plus de 20 000 enfants et adolescents traités pour dépression (10 -18 ans). Ils n’ont pas vu de différences significatives entre la fluoxetine[6] (Prozac), le citalopram (Seropram), la fluvoxamine (Floxyfral), la paroxetine (Deroxat) ou la sertraline (Zoloft) qui sont tous à risque de favoriser les tentatives de suicide.

Ils ont conclu à la nécessité que la FDA inclue tous les antidépresseurs dans la boite noire d’avertissement "black box warning" qui signale les boites de médicaments dangereux en vente aux Etats-Unis concernant l’augmentation d’incidence du risque suicidaire chez les enfants et adolescents en début de traitement (la première année).[7]

A la suite de l’épisode médiator l’agence du médicament avait publié une liste de 77 médicaments placés sous surveillance renforcée dans le cadre "d’un plan de gestion des risques" mais toujours autorisés. Parmi eux se trouvent des psychotropes utilisés pour le traitement de la dépression, de l'insomnie, de la schizophrénie, du trouble bipolaire, de la baisse de libido et de la dépendance au tabac ou à l'alcool. La revue Prescrire relayée par "Que choisir" en avril 2012 insistait sur certains à retirer de suite, mais toujours sur le marché. 

L'encadrement français autour de ces médicaments est-il le même qu'aux Etats-Unis ? Selon vous, est-il pleinement efficace ?

L’autorisation de mise sur le marché des médicaments est donnée par l’agence du médicament nommée récemment l'Agence nationale de la sécurité des médicaments (ANSM, ex-Afssaps). Elle est censée comme la FDA surveiller l’absence de danger du médicament initialement et de surveiller le moyen et long terme, le retirer du marché en cas de problème éventuel. Le récent drame du médiator est dans toutes les mémoires comme la grande difficulté aux donneurs d’alerte sur les dangers de ce médicament, à se faire entendre. Le changement de nom de l’agence et de direction a conduit à une charte et de bonnes intentions mais on se demande comment celles-ci pourront être tenues si le problème des conflits d’intérêt n’est pas réglé tout au long de la chaine du médicament.

Le nouveau directeur général de l'ANSM soutient également l'idée d'une évaluation permanente des bénéfices et des risques des produits sur le marché. Celle-ci est, selon lui, beaucoup plus active depuis la réforme du système du médicament fin 2011 et "la directive européenne de pharmacovigilance [qui] donne, depuis juillet 2012, le pouvoir juridique à l'ANSM d'exercer cette pharmacovigilance en vie réelle". "On fait du réactif mais surtout on a une démarche proactive qui consiste à aller évaluer les bénéfices et les risques d'un médicament sans consulter les firmes", grâce à des moyens autonomes et une expertise interne indépendante, assure Dominique Maraninchi. Mais les obstacles sont nombreux face à la détermination du Pr Maraninchi.

La loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé organise la transparence comme prévention des conflits d’intérêts dans le domaine des produits de santé. Cela avait fait espérer une amélioration réelle du système. Elle réaffirme une obligation de rendre publics les liens d’intérêts détenus par les experts qui participent aux travaux de l’Agence. Le décret du 9 mai 2012, généralise à l’ensemble des acteurs publics du secteur de la santé cette obligation de déclaration publique d’intérêts.

Malheureusement le ministère de la Santé actuel est en train de détricoter cette loi avant même son application. Le projet de décret sur le Sunshine Act français en miroir de celui des Etats-Unis semble contraire à la volonté de transparence affichée par le législateur dit Dr François Rousselot, conseiller national, président de la commission des relations médecins-industrie à propos du décret d'application du Sunshine Act dans son papier du 23 octobre 2012 sur la "publication des liens d’intérêt, de la lumière à l’obscurité".

Contrairement à la volonté du législateur et au texte même de la loi du 29 décembre 2011, les usagers du système de santé n’auront qu’une vision fausse, confuse et tronquée des liens d’intérêts entre professionnels de santé et industriels du médicament et du matériel médical.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mariecl29 - 02/01/2013 - 10:43 - Signaler un abus Effets secondaires et passage à l'acte

    Il est grand temps de dénoncer les effets secondaires de ces antipsychotiques quand on constate que les auteurs de ces tueries sont souvent pour ne pas dire toujours sous l'emprise de drogues psychiatriques qui font la fortune de l'industrie pharmaceutique ou ont un passé psychiatrique,ce qui non seulement n'a rien empêché mais a pu favoriser le passage à l'acte.

  • Par Cruchot - 02/01/2013 - 11:10 - Signaler un abus Contrepoints a également

    Contrepoints a également évoqué cette piste il y a deux semaines : http://www.contrepoints.org/2012/12/19/108575-tuerie-a-lecole-la-piste-pharmaceutique

  • Par Ravidelacreche - 02/01/2013 - 11:33 - Signaler un abus ces antipsychotiques dangereux

    Sont ils plus dangereux que les psychotiques eux mêmes ? S'il n'y a pas d'effets "secondaires" quid des effets primaires ?

  • Par gabbrielle - 02/01/2013 - 11:42 - Signaler un abus Il faut (re)lire Prescrire

    la seule revue médicale critique et indépendante de l'industrie pharmaceutique. Ou vérifier que votre médecin y est bien abonné. "L’influence des lobbies pharmaceutiques doit être combattue, condition indispensable pour une prescription juste des médicaments. Celle-ci protégera la santé des français en même temps que celle de la Sécurité sociale." Oui, et ensuite, Mme Delepine?? Prescrire est la seule revue qui alertait depuis des années sur le Médiator, les statines, les principaux neuroleptiques et autres molécules qui font la fortune de l'industrie pharmaceutique et des prescripteurs encouragés -et récompensés- par une visite médicale agressive.

  • Par gabbrielle - 02/01/2013 - 11:46 - Signaler un abus "Prescrire", c'est là

    Même si une grande partie des articles est réservé aux abonnés. Dîtes-moi, il y a combien de journalistes dit médicaux ou scientifiques abonnés à Presrcrire? http://www.prescrire.org/fr/

  • Par carredas - 02/01/2013 - 16:07 - Signaler un abus Madame Delépine

    A lire Madame Delépine qui se présente comme "thérapeute engagée" tout est de la faute aux lobbies pharmaceutiques et à la judiciarisation de la médecine psychiatrique. Alors que certains sujets sont commentés par deux ou trois contributeurs, pourquoi ne pas demander l'analyse d'un psychiatre sur le sujet plutôt que de laisser la parole à une spécialiste en oncologie pédiatrique et à elle seule ?

  • Par robert - 02/01/2013 - 18:30 - Signaler un abus Complétement d'accord

    J'ai mon petit dernier de 4 ans et 3 mois, lors de la visite médicale des 4 ans le verdict est tombé : mon fiston a des problèmes de motricité (avec des tests bidon du genre se mettre sur un pied) et de relation avec les autres enfants !! Il fallait voir une psychomotricienne et un pédopsychiatre. J'ai piqué une colère et je crois que le médecin a vraiment eu peur. Depuis cette visite mon fils se met sur 1 pied (il m'a simplement dit qu'il n'aimait pas le docteur de l'école) et les relations avec ses copins se sont amélioré car maintenant comme il dit "il n'est plus le plus fort de l'école", pour lui il n'arrivait pas a se faire des amis car il se bagarrait !! Nous sommes ds une société du zéro risque voila le problème. Quand a hyperactivité c'est une "maladie" inventé par les labos et le système. Faisons attention car les labos en veulent a notre santé et a notre fric sans oublier les drogues (ritaline) données a nos enfants

  • Par nonoche - 02/01/2013 - 22:18 - Signaler un abus La ritaline, le rêve selon France Television

    C'est l'impression que j'avais après avoir vu l'émission "Les maternelles" sur France 5, le 8 novembre: http://les-maternelles.france5.fr/?page=emission&id_rubrique=4572 Notez que dans cette émission on ne parle pas de ritaline mais de méthylphénidate. Pour celles et ceux parents et maitresses qui rêvent de l'enfant parfait.

  • Par mariecl29 - 02/01/2013 - 22:31 - Signaler un abus Plutôt un cauchemar

    Quand on apprend,il y a quelques jours,qu'un enfant de 9 ans s'est pendu,il y a de quoi se poser des questions: était-il sous l'effet de la ritaline ou d'une autre substance? Malheureusement,tous les parents ne réagissent pas comme Robert !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicole Delépine

Nicole Delépine ancienne responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des médicaments, Le cancer, un fléau qui rapporte et Neuf petits lits sur le trottoir, qui relate la fermeture musclée du dernier service indépendant de cancérologie pédiatrique. Retraitée, elle poursuit son combat pour la liberté de soigner et d’être soigné, le respect du serment d’Hippocrate et du code de Nuremberg en défendant le caractère absolu du consentement éclairé du patient.

Elle publiera le 4 mai 2016  un ouvrage coécrit avec le DR Gérard Delépine chirurgien oncologue et statisticien « Cancer, les bonnes questions à poser à mon médecin » chez Michalon Ed. Egalement publié en 2016, "Soigner ou guérir" paru chez Fauves Editions.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€