Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La crise du Qatar ou le calcul bien hasardeux de l’Arabie Saoudite

Aujourd’hui, mardi, était censé être la date butoire de l’ultimatum de l’Arabie Saoudite eu égard à l’offre en 13 points faite au Qatar pour mettre fin au quasi blocus dont ce pays fait l’objet depuis deux semaines. Or ce délai vient d’être prorogé de 48 heures...

Ultimatum

Publié le
La crise du Qatar ou le calcul bien hasardeux de l’Arabie Saoudite

Cette liste de treize demandes extravagantes élaborée par les saoudiens exigeait en particulier la fermeture d’une base militaire concédée à la Turquie, perçue comme un bastion des Frères musulmans, la fermeture de la chaine Al-Jazeera, appréhendée par les saoudiens comme un outil de propagande au service de ces mêmes frères musulmans et l’arrêt des relations diplomatiques avec l’Iran, l’ennemi perse chiite, ainsi que le paiement d’une somme indéterminée à titre de dommages et intérêts pour le soutien allégué du petit émirat au terrorisme islamique.

Cette liste contenait également une demande d’audit régulier de ce pays par l’Arabie Saoudite afin de vérifier le respect par le Qatar des demandes adressées par ces autres pétromonarchies du golfe persique que sont, outre l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unies et l’Egypte. La conséquence du non-respect par le Qatar de ses demandes saoudiennes serai,t en particulier, celle de perdre ses partenaires commerciaux qui seraient placés devant le choix de traiter soit avec le Qatar soit avec l’Arabie Saoudite. Choix vite fait compte tenu de l’importance de ce dernier. Le tout sur fond de rumeur d’annexion du Qatar par Ryad ou de coup d’Etat de palais, fomenté par les saoudiens à Doha, au profit d’autres membres de la famille régnante qatari.

Cette tentative de mise sous tutelle du Qatar est le dernier accès de colère violent de l’homme fort de l’Arabe Saoudite, le jeune prince Mohammad bin Salman promu Prince héritier en titre la semaine dernière, par son père le roi Salman. Le dernier et pas l’unique accès de colère car il est coutumier des décisions hâtives, qu’il a tendance à baptiser de grands noms pompeux tel que « tempête décisive », désignant la guerre lancée au Yémen contre les Houties, ce mouvement rebelle chiite qui contrôle la capitale Sana et représente à peu près 50% de la population yéménite qui en compte plus de 28 millions. Or la seule chose de « décisive » qu’a eu cette « tempête » était d’entrainer la mort de 35,000 civils au Yémen par des bombardements inconsidérés de l‘aviation saoudienne et de pousser sa population, déjà la plus pauvre du monde arabe, dans la famine et le choléra. L’armée saoudienne étant elle obligée de se battre dans son propre territoire, dans le sud du pays contre les incursions Houties à Jayzan, ville saoudienne située à l'extrême sud-ouest du pays à une soixantaine de kilomètres de la frontière avec le Yémen. De même, la seconde ville libérée du Yémen, Aden, a été livrée à des groupuscules terroristes affiliés à Al-Qaeda et autres mouvements salafistes. Sana, la capitale Houtie étant bien loin encore des visées saoudiennes.

Or, la conséquence la plus vraisemblable de cette mise au ban du Qatar est celui de l’avoir projeté dans les bras de l’Iran, situation que voulait précisément éviter cet ostracisme imposé. En effet, au lendemain de la fermeture de l’unique frontière terrestre du Qatar, celle avec l’Arabie Saoudite, les iraniens, assistés des Turcs, se sont précipités afin de remédier au manque de nourritures et autres biens nécessaires, par un pont aérien reliant Téhéran et Istanbul à Doha. Le Qatar poussé dans les bras de Téhéran permet à ce dernier d’étendre sa zone d’influence directement au nord de la péninsule arabique. Le Qatar n’avait guère d’autres choix, ne serait-ce que du fait du partage à 50/50 de la plus grande poche gazière au monde, qualifiée de Pars Sud par les iraniens et de Dôme du Nord par les Qataris. Poche gazière qui représente son unique source de revenu !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 04/07/2017 - 12:01 - Signaler un abus Une base militaire turque, bastion des frères musulmans (UOIF)?

    ça se précise pour le néo-fasciste Erdogan... Comme pour le socialiste Hitler, en 1936, va-t-il profiter de la mansuétude gauchiste pour croître et se répandre, ou des résistants lucides arrêteront-ils la dictature islamiste, avant qu'elle n'envahisse ses voisins? tic-tac, tic-tac...

  • Par Shebear88 - 05/07/2017 - 08:08 - Signaler un abus Le poker joué par les Saoudiens

    reflète leur inquiétude quant à l'issue d'une partie de grande ampleur qu'ils avaient crue gagnée en 2013. 1/ Ce qui se passe au Yemen avec la complicité tacite mais active des USA (multiples livraisons d'armes depuis 2013) est une honte, une de plus, pour la communauté internationale, mais n'est pas concluant sur le terrain comme vous le soulignez à juste raison. 2/ L'Iran et la Turquie ont commencé à coopérer début 2016 pour trouver une solution à la crise syrienne, en partenariat diplomatique avec la Russie, c'est le format d'Astana qui en est à sa 5e rencontre et qui alarme grandement les Saoudiens. Tant le progrès de ces négociations que la défaite annoncée sur le terrain du terrorisme islamique en Syrie (Daesh et autres) soulève leur fureur et alimente leur fantasme d'encerclement par une coalition des Shiites et des Frères. D'où cet ultimatum visant à forcer Doha à s'aligner. C'est une menace directe à prendre au sérieux selon moi, même s'il n'en résulte rien dans l'immédiat.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€