Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après la crise financière et de la dette, bientôt l'hyperinflation !

Si nos dirigeants continuent à faire tourner la planche à billets, d'une crise de la dette privée puis publique nous pourrions passer demain à une crise monétaire. L’impression monétaire conduit nécessairement à la destruction monétaire...

Crise monétaire en sommeil

Publié le
Après la crise financière et de la dette, bientôt l'hyperinflation !

L’impression monétaire conduit à la destruction monétaire... Crédit Reuters

Nous sommes passés d’une crise de la dette privée, à une crise de la dette publique et nous allons tout droit vers une crise monétaire. Comme le dit très bien le chercheur en finance du CNAM Philippe Herlin dans son dernier ouvrage [1] « Après la crise de la dette privée, nous sommes en plein dans la crise de la dette publique. L’étape suivante, si les États ne peuvent plus faire face aux échéances de leurs dettes, c’est la ‘planche à billets’, autrement dit la destruction de la monnaie par l’hyperinflation ».

Nous y sommes presque.

Depuis le début de la crise, le bilan de la Fed (réserve fédérale américaine) ne cesse de gonfler et atteint 17 % du PIB américain, celui de la Banque centrale européenne équivaut à 30 % du PIB de l’Eurozone.

Par bilan, vous devez comprendre « création monétaire ». Les banques centrales prêtent aux banques commerciales des liquidités surgies du néant [2] qui ne correspondent à aucune création de richesse (ou levées d’impôts). En échange, elles acceptent des créances plus que douteuses qui sont déposées en garanties. Tout ce micmac parce que les banques sont supposées « financer l’économie ».

Cependant, en parallèle, comme l’explique très bien mon collègue allemand Eberhard Unger qui a épluché le dernier rapport de la banque des règlements internationaux, la masse des produits dérivés augmentent. Ils pèsent désormais 708 000 milliards de dollars, soit + 107 000 milliards de dollars en six mois. Pour recadrer les choses, le PIB mondial est de 62 000 milliards de dollars. La planète finance manipule des chiffres astronomiques.

C’est amusant comme l’argent imprimé se reproduit vite ! Deux constats. D’abord, cet argent ne finance pas l’économie. Ensuite, si l’inflation n’est pas monstrueuse, c’est tout simplement parce que l’argent reste encore largement cantonné dans cette mystérieuse sphère de l’économie virtuelle de l’industrie financière (puisque l’autre c’est l’économie réelle). Cependant, nous voyons un peu de cet argent commencer à ressortir.

Deux titres de journaux du 21 mars 2012, premier jour de printemps :

  • La planète se mobilise contre le pétrole cher, Les Echos
  • Énergie : les Français peinent toujours plus à payer, Le Figaro

La planète aurait plutôt intérêt à faire attention à ce que font ses banquiers centraux. Voici un graphe du cours du pétrole sur lequel nous avons repéré les opérations d’émission monétaire.

Source : Publications Agora


Éloquent, n’est ce pas ? Voilà où va l’argent, dans la matière première la plus financiarisée, le pétrole …

L’embêtant, c’est que le pétrole est aussi la mère de toutes les autres matières premières : la mine et l’agriculture consomment de l’énergie. La hausse du pétrole va conduire au renchérissement du cuivre, du coton, du blé, du soja, de l’aluminium, …

Il semble que nos autorités soient convaincues qu’on peut résoudre les problèmes en imprimant de l’argent. Il nous semble que ce n’est pas une bonne idée… Toutes les bêtises ont déjà été faites, et il est très regrettable que les économistes aient en général peu de culture historique. L’impression monétaire conduit à la destruction monétaire et c’est pour cela que le Zimbabwe n’est pas le pays le plus riche du monde.

« Dans le cas d’une détérioration des anticipations d’inflation, l’autorité monétaire agirait immédiatement de manière préventive » L’Agefi du jeudi 22 mars citant Mario Draghi.

Et si c’était Jean-Claude Juncker qui avait raison ?  « Quand ça devient grave, vous devez mentir », déclarait le chef de l’Eurogroupe le 5 mai 2011.

Je laisse la conclusion à un mort, c’est plus sage et moins compromettant.

"La première panacée d’une nation mal gouvernée est l’inflation monétaire ; la seconde, c’est la guerre. Toutes deux apportent une prospérité temporaire ; toutes deux apportent une ruine permanente. Mais toutes deux sont le refuge des opportunistes politiques et économiques."

Ernest Hemingmay
 


Notes

[1] L’or un placement d’avenir

[2] Quantitative easing, twist, LTRO et autres contorsions d’assouplissement monétaire

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par laurentso - 04/04/2012 - 09:15 - Signaler un abus La fin du Monde approche, mais heureusement,

    il existe des placements miracles dans les biotechnologies qui nous sauverons de la faillite, si nous savons saisir cette opportunité. Ah pardon, je confondais avec la news-letter d'Agora.

  • Par yt75 - 04/04/2012 - 09:21 - Signaler un abus pétrole, pic de production

    "Voilà où va l’argent, dans la matière première la plus financiarisée, le pétrole …" Certes il y a le marché des futures, mais dire "c'est la faute aux spéculateurs", "la hausse du prix du pétrole est une bulle", est non seulement faux, mais extrêmement dangereux. Faux du fait que les bulles cela fonctionnent avant tout sur les actifs (actions, immobiliers), et non sur les matières premières difficilement stockable, et extrêmement dangereux dans le sens ou cela tendrait à occulter le fait que l'on a un véritable probléme anthropologique avec le pétrole (et pas uniquement), du fait que l'on est aujourd'hui autour de son pic de production. A ce sujet une tribune/"appel aux candidats" publiée jeudi 22 mars sur lemonde.fr 'mobiliser la société face au pic pétrolier" Signée par : Pierre René Bauquis – Ancien Directeur Stratégie et Planification du groupe Total Yves Cochet Jean-Marc Jancovici Jean Laherrère ancien patron des techniques d’exploration du groupe Total Yves Mathieu – Ancien chef du projet Ressources pétrolières mondiales à l’Institut Texte et se joindre à l'appel : http://tribune-pic-petrolier.org/ Sujet important s'il en est un.

  • Par flogo - 04/04/2012 - 11:53 - Signaler un abus Cherchez bien...

    Vous allez bien nous trouver autre chose après l'hyperinflation ! si, si, ne vous découragez pas

  • Par Harmaggedon - 04/04/2012 - 11:55 - Signaler un abus @yt

    voici deux fois que je lis votre article copié/collé... comme si "Le Monde" avait pour vous valeur d'évangile !.... bien sûr que chez Total, on ne reconnaitra pas qu'il y a une bulle sur le pétrole....

  • Par letroll - 04/04/2012 - 13:12 - Signaler un abus opportunistes politiques et économiques ?? aie!! aie!!

    c'est pas ce qui manque en ce moment !!! on est mal !!

  • Par letroll - 04/04/2012 - 13:12 - Signaler un abus opportunistes politiques et économiques ?? aie!! aie!!

    c'est pas ce qui manque en ce moment !!! on est mal !!

  • Par yt75 - 04/04/2012 - 14:56 - Signaler un abus @ Harmaggedon

    Pour info je fais partie des initiateurs de cette tribune, et les signataires du Monde ne sont pas ceux qui l'on écrit, mais les chiffres sont les chiffres et commun à tout le monde, allez donc les regarder un peu vous même (pas les prix, les vrais chiffres d'évolution de la production par exemple, bien sûr). Sinon une bulle sur le pétrole non pas du tout, encore une fois les bulles à travers les futures sur des matières premières difficilement stockables sont tout simplement une légende (bien pratique pour occulter les vrais problèmes cependant il est vrai).

  • Par Philippe1968 - 04/04/2012 - 21:00 - Signaler un abus il y a 2 types de créations monétaires qui n'ont pas les mêmes e

    Le premier type est la création monétaire actuelle qui boucle sur elle même en retournant directement dans le circuit financier. Celle-ci est déstabilisante. Il y a la création monétaire qui permet de financer la construction d'actifs réels, rentables, ayant une utilité : dans ce cas, l'argent créé vient en face d'actifs réels et il n'y a pas d'inflation. Cette création de monnaie est vertueuse car elle transforme la monnaie en biens qui seronjt utilisés par les citoyens et les entreprises par exemple les centrales nucléaires financés par De Gaulle. C'est pour cela qu'après 1945, malgré une dette de 200% du PIB et avec des liquidités ultra abondantes, la France s'est reconstruite avec une inflation limitée au vue des pénuries et de la destruction de l'appareil productif. www.forumdemocratique.fr

  • Par brennec - 05/04/2012 - 09:29 - Signaler un abus Encore trop de politique dans l'économie.

    Politiquement les mesures actuelles sont rentables: a part ceux qui s'intéressent a l'économie, qui fait le rapport entre la planche a billets et l'augmentation des matières premières? certainement pas l'électeur lambda. Qui fait le rapport entre la planche a billets et l'illusion de reprise que procure la progression du marché des actions? (qui voit la contradiction entre la contraction de l'activité des entreprises et l'expansion de la valeur de leurs actions?). Politiquement la planche a billets permet de délocaliser les responsabilités.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Simone Wapler

Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).

Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en mars 2013.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€