Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La crise de l’euro
finira-t-elle un jour ?

Les chefs d'État et de gouvernement européens se sont retrouvés mercredi soir à Bruxelles pour un sommet informel. Reste le constat des précédentes réunions, où des mesures courageuses et décisives ont été arrêtées, mais rendues obsolètes en seulement quelques mois. Ne s'agit-il que de digues incapables d'enrayer la montée des flots ?

Sans fin ?

Publié le

A chaque sommet, les dirigeants européens prennent des mesures courageuses et décisives, et quelques mois plus tard, elles sont déjà obsolètes. Paquet fiscal, règle d'or, fond de stabilité financière européen, ne s'agit-il que de digues incapables d'enrayer la montée des flots ?

La récession de la zone euro en 2012 va ralentir l'économie mondiale et freiner la reprise.

Tous les regards se tournent vers l'Europe, en espérant qu'elle parvienne enfin à renouer avec la croissance. L'élection de François Hollande en France et l'arrivée de partis extrémistes au Parlement grec ont ravivé le débat entre les partisans de davantage d'austérité, et ceux qui prônent une politique économique de croissance. L'Europe se fissure en deux, et seule la synthèse de ces deux positions antagonistes apporteront les solutions à nos maux.

L'Europe est prise entre Charybde et Scylla, entre des dettes publiques qu'elle se doit de contrôler afin d'éviter un emballement incontrôlable et une grave crise bancaire, sans oublier un chômage aggravé par la récession économique qui fragilise les gouvernements en place et pousse les citoyens vers des solutions plus extrêmes, comme le protectionnisme ou la sortie de la zone euro. L'étroit passage entre les deux monstres nécessite un art du gouvernement digne du héros mythologique Ulysse : nos gouvernants y parviendront-ils ?

En toile de fonds se joue une révolution majeure. La crise des années 30 avait révélé l'inadéquation d'un État simplement libéral et le besoin d'un État-providence. Aujourd'hui, ce même État-providence est en crise. Bientôt, il n'aura plus les moyens de sa générosité, et c'est tout l'enjeu de la consolidation budgétaire : comment sauver notre modèle social.

Mais, plus inquiétant, il ne sait plus comment générer de la croissance. La politique économique de l'offre, visant à rendre l'économie plus innovante et compétitive et à compter sur le dynamisme de PME, ne paie plus. Le marché commun a démultiplié les échanges commerciaux en Europe, mais il a aussi créé de profonds déséquilibres entre les territoires, dont la crise actuelle est la conséquence directe. Et toutes les mesures de réformes structurelles menées tambour battant dans les pays en crise, comme en Espagne, sont bien loin d'avoir prouvé leur efficacité.

Pourtant, l'Europe a des atouts indéniables. Contrairement aux États-Unis, sa balance commerciale est équilibrée, elle est leader dans beaucoup de domaines d'avenir comme la biotechnologie, les nanomatériaux, les écotechnologies ou l'aéronautique. Elle dispose d'un excellent système de recherche, d'une diversité de cultures qui sont sources de créativité, et d'un immense réseau dans le reste du monde de par son histoire. Sa structure horizontale, dynamique et innovante en fait même un modèle pour l'industrie du 21e siècle.

Tout l'enjeu est de transformer l'essai. Et d'avoir une politique économique européenne digne de ce nom. Les pouvoirs publics doivent avoir deux rôles fondamentaux : garantir un environnement économique stable et simple pour les entreprises, et donner une vision de long terme. Il faut un État stratège qui n'hésite pas à prendre des risques, et à être le lieu où des citoyens construisent ensemble leur avenir.

Cette construction de long terme nécessite un travail patient impliquant l'ensemble des acteurs, partenaires sociaux et fédérations professionnelles. Eux seuls connaissent suffisamment les enjeux technologiques et humains pour donner les pistes d'avenir, mais les pouvoirs publics seuls ont la capacité de les transformer en chemins.

L'Union européenne pourrait se doter d'un Conseil stratégique, à l'image de ce qui existe déjà dans de nombreux pays, où des représentants de la société civile, aux côtés d'experts et de fonctionnaires, réfléchiraient à l'avenir de l'Europe. Ces propositions, si elles n'étaient que technocratiques, n'auraient aucune chance d'être jamais mises en œuvre, et il est fondamentale qu'elles émanent de ceux qui en assumeront la responsabilité.

L'Europe renouera avec la croissance quand elle saura surmonter ces problèmes de gouvernance, et se doter d'une véritable politique économique et industrielle. En donnant des perspectives de long terme, elle redonnera confiance aux investisseurs et aux entrepreneurs, même si cela implique d'augmenter certaines dépenses d'investissements ou de mettre en place des euro-obligations.

Il est clair aujourd'hui que ni l'Italie ni l'Espagne ne parviendront à s'en sortir seules. Même l'Irlande qui a été le meilleur élève de la classe reste déprimée. Ces pays ont besoin d'une véritable solidarité européenne, qui ne soit ni un apport de garantie qui leur laisserait la responsabilité de leur salut, ni des versements financiers sans fin ni fonds, et qui soit inscrite dans une approche géographique du développement économique. L'Europe doit apprendre enfin à penser sans frontière.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 24/05/2012 - 09:46 - Signaler un abus La crise de l’euro finira-t-elle un jour ?

    Yaka supprimer l'Euro et yapu de crise de l'euro :o)

  • Par Seb Per - 24/05/2012 - 10:14 - Signaler un abus @ ravi

    hé, Staline avait dit la.même.chose à propos des hommes. Et si on supprimait les Grecs? Une dizaine de missiles nucléaires et pouf pouf, plus personne. Bon, plus sérieusement, la crise de l'euro s'arrêtera quand la crise de l'endettement s'arrêtera.

  • Par Cap2006 - 24/05/2012 - 10:34 - Signaler un abus Il n'y a pas de crise de l'Euro...

    il y a une crise de la démocratie politique en Europe... et de cette faiblesse, les banquiers et spéculateurs se gavent... et de cette faiblesse, les technocrates facilement corrompus enfoncent les petits pays dans un cercle vicieux de l'ultra dépendance... OUI, nous redeviendrons libre, le jours où nous aurons moins de dette.... OUI, il faut mettre un terme aux gaspillages, aux évasions fiscales... OUI, il faut mettre un peu de bon sens et de simplicité... Comme supprimer l'Euro renforcerait encore la mainmise de la spéculation... mieux vaudrait un projet démocratique ambitieux et un moratoire sur les interêts de 10 ans...

  • Par Maxim - 24/05/2012 - 10:35 - Signaler un abus Bla, bla ,bla.......

    L'Euro est victime du péché originel dû à sa mauvaise conception. faire une monnaie fédérale dans une Europe des nations est une faute dont nous n'avons pas fini de payer les conséquences.

  • Par Ravidelacreche - 24/05/2012 - 11:14 - Signaler un abus @sebper

    Exact pour la crise ! Le comble de l'optimisme, c'est de rentrer dans un grand restaurant et compter sur la perle qu'on trouvera dans une huître pour payer la note. Tristan Bernard nb: dix ça fait beaucoup !

  • Par Seb Per - 24/05/2012 - 12:12 - Signaler un abus @ ravi

    Tristan Bernard aurait pu rajouter : et le comble du socialisme, c'est, lorsqu'on voit que l'huitre est vide, d'instituer un impot sur les colliers de perle au cou des convives dans le restaurant afin de payer son gueuleton et d'inviter les gens dans la rue `a venir se régaler. Car en vérité, Saint Francois l'a dit : c'est plus juste ainsi. 10 millions d'habitants = 10 missiles. Les plages de sable seront vitrifiées mais on pourra y patiner dans quelques millénaires. Plus serieusement, il faudra hélas de toute facon les aider afin qu'une dictature ne les lance dans une guerre populiste contre la Turquie ou la Macedoine ( coupable d'usurper le nom d'une de leurs regions. Ca fait longtemps qu'on n'a pas eu de conflit armé sur notre continent ( ok j'oublie le blitzkrieg entre la Russie et la Georgie, affaire interne )

  • Par Gilles - 24/05/2012 - 13:52 - Signaler un abus Utopie

    Il y a trop de disparités en Europe. Si on voulait sortir par le haut de la crise il faudrait par exemple supprimer l'ISF en France, mettre en place le paiement de l'impôt sur le revenu à la source et surtout unifier tous les taux de TVA. On en est bien loin. L'UE est en train de se défaire sous nos yeux. Ses protagonistes ont voulu mettre la charrue avant les bœufs.

  • Par Racletteauski - 24/05/2012 - 18:56 - Signaler un abus Annulation des intérêts de la dette-Remboursement au taux légal

    Le plus gros scandale, Mélenchon a raison sur ce point, c'est que les banques empruntent des milliards à 1% à la BCE pour nous les refourguer à nous à 2.8% et à 33% aux grecs. C'est ça qui nous fout dans le pétrin. Donc on tape du poing sur la table, on rembourse à un taux un peu supérieur à 1% pour compenser les frais administratifs des banques et basta! En deuxième partie, par contre, on se dépêche de mettre en place une gestion saine et pérenne.

  • Par cloberval - 25/05/2012 - 15:35 - Signaler un abus Ce n'est pas une crise du financement

    c'est une crise de la dette et cette dette qui reste c'est ce qui nous reste des anciennes politiques de"relance" à crédit. Le financement sde fera tout seul dès que les structures adéquates seront restaurées au niveau des états qui sont les entités réelles qui existent et la base des structures européennes. En toute logique ce sont bien les structures locales de la compétitivité qui doivent être restaurées et cela ne demande pas d'argent mais du courage de l'énergie et du savoir-faire.Ce qui est le plus rare finalement dans les pays concernés.

  • Par cloberval - 25/05/2012 - 15:38 - Signaler un abus c'est une crise de la dette

    c'est une crise de la dette et cette dette c'est ce qui nous reste des anciennes politiques de "relance" à crédit. Le financement se fera tout seul dès que les structures adéquates seront restaurées au niveau des états qui sont les entités juridiques et opérationnelles réelles à base des structures européennes. En toute logique ce sont donc bien les structures locales de la compétitivité qui doivent être restaurées et cela ne demande pas d'argent mais du courage de l'énergie et du savoir-faire.Ce qui est le plus rare finalement dans les pays concernés.Au contraire stopper une pompe à vide financier cela rend même de l'argent et des revenus.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck Lirzin

Franck Lirzin est économiste, membre du comité d'orientation d'Europa Nova, le réseau de conférenciers de la Commission européenne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€