Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crise en vue : qu'à cela ne tienne, François Hollande ne remanie que pour sa propre candidature

Patrons et syndicats sont découragés. Avec ce remaniement, le président a préféré les petits bricolages plutôt que la constitution d’un gouvernement de combat contre la crise.

Petits calculs politiques

Publié le
Crise en vue : qu'à cela ne tienne, François Hollande ne remanie que pour sa propre candidature

Le Premier ministre Manuel Valls a invité aujourd’hui, patrons et syndicats pour faire avec eux un bilan d'étape du CICE : le fameux pacte de compétitivité qui avait marqué le début d’un changement de politique économique. Tout ce beau monde va se retrouver un peu désabusé, parce que rien dans les décisions récentes du président de la République montre qu’il véritablement le projet de s‘attaquer à la situation économique.

Depuis le premier janvier, la direction du Trésor et les grands laboratoires d'analyse économiques ont prévenu les services du gouvernement des menaces que la crise financière internationale faisait peser sur les perspectives de croissance en Europe. L’Europe va être impactée dans son activité, les banques européennes vont souffrir et certains pays du sud (l’Espagne), risquent de se retrouver dans un état proche de celui de la Grèce avec cette fois-ci des conséquences systémiques beaucoup plus lourdes.

A priori, Matignon et Bercy se sont sincèrement inquiétés et aurait pris la décision de participer activement à la prochaine réunion du G7 pour réclamer une coordination internationale afin d’éviter si possible une guerre des monnaies qui aurait sur l’Europe des effets désastreux … Mais à l’Elysée, on est resté le nez sur la cuisine politique.

Alors que les milieux patronaux et les syndicats demandaient à ce que le remaniement du gouvernement débouche sur la formation d'une équipe de combat très cohérente, le président de la République a donné le spectacle d’un aimable bricolage politicien qui ne peut pas accoucher d’une ligne politique très forte. Trop de flou, trop d'incertitudes.

Les milieux d’affaires considèrent que ce nouveau gouvernement ne règle aucun des trois problèmes qui paralysent complètement l'action de l'exécutif.

Premier problème, la ligne politique. On ne sait toujours pas quelle est la stratégie de politique économique de la France. Hormis quelques déclarations d’intention, qui ne viennent d'ailleurs pas de l'Elysée, la France n’a aucunement l'intention de s’engager dans un effort de rigueur dans la gestion. On ne connaît pas ses projets face à la nouvelle économie, ni face à l’Europe. En bref, la gouvernance française en reste à défendre les rentes de situations, et des petits privilèges corporatistes. Elle va continuer d'ignorer les contraintes de la concurrence internationale, le rôle du risque, et du progrès technologique.

Pour Manuel Valls, ce remaniement est un échec, et même une humiliation.  Ses recommandations n’ont pas été entendues. La nomination d’Emmanuel Cosse au logement est une insulte aux professionnels du logement qui se remettent à peine du traumatisme infligé par Cécile Duflot qui a détruit la politique du logement.

La nomination de Jean-Vincent Placé est sympathique (il voulait tellement être ministre) mais ne dit rien de très intéressant sur la réforme de l’Etat dont il aura la charge. Or de cette réforme de l'Etat dépend la compétitive de l’administration et par conséquent de la maison France. Plus d’efficacité pour moins de dépenses publique. Placé n’est pas magicien.

Le retour de Jean Marc Ayrault n'indique rien sur la politique étrangère. Avec une question : que la politique étrangère défende les valeurs de la France, c’est bien, mais sera-t-elle, enfin capable de défendre les intérêts de la maison France ? Et notamment les intérêts économiques, Jean-Marc Ayrault est surtout entré au gouvernement parce qu’il menaçait de rejoindre les frondeurs de la gauche. Il n’a rien d'un voyageur de commerce que, sont souvent les ministres des affaires étrangères modernes.

Deuxième problème, le cas Macron. Emmanuel Macron n’a rien obtenu. Ni périmètre plus grand, ni engagement de faire passer des reformes de dopages de l'économie française. Le ministre français le plus populaire va se retrouver en totale liberté. Aucune raison qu’il arrête de faire la pédagogie de la modernité et de l’efficacité. Au contraire. François Hollande est resté sourd à ses demandes d'élargissement de compétence ; ce n’est pas lui qui défendra la loi qui aurait dû s'appeler Macron 2, il est probable qu’on ne reprendra pas la loi sur le travail le dimanche. Emmanuel Macron a toutes les raisons d’être vexé. Le président de la République ne l’a même pas remercié pour avoir été là quand il s’est agi de prendre de l'oxygène à Manuel Valls.

Très logiquement, il n’a aucune raison de ne pas se mettre à son compte si la politique continue de la passionner comme c’est probable. Macron a donc deux solutions. La première, se rapprocher de Valls et l'aider dans son entreprise de modernisation. Difficile parce que Valls va se méfier. La deuxième solution est de parier sur l’impossibilité qu’aurait François Hollande à se représenter et se lancer dans l’aventure présidentielle. Dans ce cas, il va se retrouver très vite à challenger Manuel Valls. François Hollande est assez formidable. Il avait un technicien hyper compètent, il a réussi à le transformer en politicien.

Troisième problème, le cas de la gauche de la gauche. Le remaniement a explosé le mouvement des écologistes et Cécile Duflot, Jean Luc Mélenchon n’est pas en super forme, mais les députés frondeurs restent frondeurs et députes. Plus graves, la gauche de la gauche va se mobiliser pour les présidentielles autour d'Arnaud Montebourg, ou Christine Taubira. Le résultat de cette effervescence, c’est qu’elle va brouiller à nouveau tous les débats parlementaires et paralyser une fois de plus l’action législative. Le gouvernement a peu de temps pour faire passer des reformes qu’on attend, il va avoir encore moins de liberté d’action.

L’addition de tous ces problèmes est d’autant plus grave que la situation économique n’a aucune raison technique de s’améliorer. La crise boursière va plomber à nouveau tous les ressorts de la reprise. Les milieux économiques sont plutôt découragés. Faut dire que le président est de plus en plus décourageant.   

 

L

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Carlsag - 15/02/2016 - 07:41 - Signaler un abus abc

    Les problèmes posés à la France sont plus complexes qu'auparavant La classe politique appelée à diriger la France est de moins brillante et compétente (il suffit de regarder les différents présidents de la république depuis 1959) Alors comment peut imaginer en conjuguant ces deux facteurs que la France va s'en sortir grâce à ses politiques

  • Par Deneziere - 15/02/2016 - 08:18 - Signaler un abus J'aime l'expression "Macron va se mettre à son compte"

    Les milieux d’affaire feraient bien de se mettre aussi à leur compte au lieu d'attendre leur dose de capitalisme de connivence. Bilan à mi-parcours du CICE ? Le bilan à tirer est que jamais les entrepreneurs n'auraient du se prêter à cette mascarade.

  • Par vangog - 15/02/2016 - 08:55 - Signaler un abus Les pays anglo-saxons avancent à pas de géants dans la

    globalisation. La GB est hyper-reactive, face à l'invasion musulmane. Les USA commencent à comprendre les erreurs communautaristes et immigrationnistes des gouvernements Obama-Clinton. Et les pays nordiques hors zone Euro sont prospères et capables de réagir face à la crise qui gronde...seule la zone Euro, plombée par les ecolo-reacs et les immigrationnistes financés par Bilderberg, est engluée dans ses difficultés et incapable d'anticiper cette nouvelle crise prévisible. La France gauchiste, qui a décliné sur tous les plans est en fin de course de la globalisation...

  • Par lasenorita - 15/02/2016 - 09:47 - Signaler un abus Le nouveau gouvernement.

    Le Z'Ayrault et les écolos ont craché dans la soupe qu'ils vont manger!.....bon appétit...Ils ont pensé aux avantages d'un ministère: Traitement mensuel:9.940,20€ brut+ indemnité de base(7720,55)+indemnité de résidence non imposable(1988,03)+logement de fonction ou prise en charge par l'Etat d'une superficie maximale de 80 m2 plus 20 m2par enfant à charge,etc...etc...et ce sont les con...tribuables français qui paieront pour ces 6 postes de ministres supplémentaires...Hollande ''n'aime pas les riches'' mais ils en fait...tout comme il crée des ''sans-dents''...

  • Par Ganesha - 15/02/2016 - 10:19 - Signaler un abus Coups de marteau

    Mr Sylvestre n' aucun espoir que ses idées politiques, qui consistent à pousser jusqu'à leurs plus extrêmes limites ses théories ultra-libérales, plongeant ainsi la population française dans les plus profondes inégalités et une misère insupportable, ne soient un jour mises en œuvre ! Évidemment, pour cela, Valls serait un excellent ''tueur à gage'', mais la cruauté et la malhonnêteté transparaissent tellement de sa physionomie que sa venue au vrai pouvoir (présidence) reste malgré tout fort peu probable. Quel serait le meilleur Ripoublicain ? L'orgueil et la soif inextinguible de l'argent sont tellement évidents chez Sarko que l'on peut certainement en obtenir beaucoup. Ou sinon, il y a les ''lavettes'' du style Juppé ou Fillon ! Un seul vrai combat : empêcher l'arrivée de Marine Le Pen, qui vous détruirait tout ce beau système de quelques coups de marteau bien placés !

  • Par cloette - 15/02/2016 - 10:31 - Signaler un abus mais.......

    Ça va mal ! même JM Sylvestre le dit de façon plus élégante que " ça va péter " mais c'est ce qu'il dit !

  • Par schangi - 15/02/2016 - 10:36 - Signaler un abus L'homme en gris

    J.M.Ayrault laissera comme traces dans l'histoire : - Il a été notre 1er ministre maîtrisant le mieux la langue allemande - Il a été notre 1er ministre le plus silencieux... a-t-il a existé ??? - Il a été notre 1er ministre le plus incolore, au point d'être transparent - Il a été le maire de Nantes qui a abandonné sa ville aux casseurs - Il est maintenant le seul ministre ne dépendant pas du 1er ministre - Il est le seul ministre accompagné toujours et partout par Madame - En les voyant ensemble, lui toujours gris, incolore, on se pose la question :"Qui est le ministre ? - A mon avis, il sera aussi nul que Fabius, voire plus...

  • Par l'enclume - 15/02/2016 - 10:46 - Signaler un abus Il y a ce que les politiques disent, et la réalité.

    van gogo - 15/02/2016 - 08:55 - Comme souvent, raisonnement simpliste et ridicule. S'il n'y avait plus d'immigration en Californie, les USA seraient privés d'agrumes et de légumes. Parce que seuls les immigrés clandestins acceptent de cueillir les fruits alors qu'il fait 40°, voir plus, pour une poignée de dollars. PS : N'essayez pas de me contredire, ma fille a vécu 5 ans en Californie, à proximité de ces champs à perte de vue, elle a pu constater l'esclavage organisé par les grands propriétaires.

  • Par cloette - 15/02/2016 - 11:09 - Signaler un abus L'enclume

    Les US n'ont pas le même taux de chômage que nous , des Français au chômage ou des étudiants ou des " seniors " sans retraite suffisante seraient contents de faire certains emplois .d'autre part des filières quasi officielles en procurent aux débours du droit d'asile devenant clandestins qui sont embauchés à moindre coup par des firmes , est ce normal ?

  • Par cloette - 15/02/2016 - 11:17 - Signaler un abus Au bout de peu de temps

    Ces clandestins réclament d'être régularisés et ils le sont . Ça veut dire logements sociaux et toutes sortes d'avantages , ça crée des frustrations chez des Français pauvres qui n'ont pas l'équivalent .... le paysage de certains quartier se modifie et de fil en aiguille le changement devient énorme ....,

  • Par Ganesha - 15/02/2016 - 19:42 - Signaler un abus Esclavage

    Dites-moi si je me trompe : il me semble que le monsieur qui a pris comme pseudo ''L'Enclume'', nous affirme que l'Esclavage est un excellent système, tout à fait recommandable ?

  • Par vangog - 16/02/2016 - 00:42 - Signaler un abus @Ganesha oui, mais n'essayez pas de le contredire...

    car sa fifille a vécu cinq ans aux USA...il est devenu spécialiste de l'esclavage, grâce à la formation accélérée!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaine BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€