Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crise agricole : y'en a marre ! Que chacun prenne ses responsabilités ! L'Etat, l'Europe mais aussi les agriculteurs français

Crise agricole, la stratégie du bouc-émissaire empruntée par les agriculteurs ne débouchera sur rien. Il faut que chacun prenne ses responsabilités.

Atlantico Business

Publié le
Crise agricole : y'en a marre ! Que chacun prenne ses responsabilités ! L'Etat, l'Europe mais aussi les agriculteurs français

La multiplication des manifestations agricoles fatigue tout le monde. Les agriculteurs eux-mêmes qui sont dans une situation difficile et qui commencent à se rendre compte que cette forme de violence ne débouchera sur rien.

Les syndicats agricoles, la FNSEA en tête qui fait de son mieux pour limiter les débordements mais dont tous les arguments rationnels qu’elle peut avancer pour se remettre au travail le monde agricole, ne sont pas écoutés. Quant à l'Etat, il n’a visiblement pas de recettes miracle. Il est impuissant et pas très courageux.

Ce qui est désolant dans ce type de crise, c’est que le problème des agriculteurs est archi classique. Les économistes ont tous les outils nécessaires pour analyser et régler la crise. Encore faut-il accepter de regarder les problèmes en face et vouloir trouver des solutions.

La crise agricole française qui touche principalement les éleveurs et les producteurs de lait s’explique principalement par la surproduction, ou l'excédent d'offre sur la demande. Cette surproduction a tendance à tirer les prix vers le bas. Du coup, beaucoup d'exploitations ne sont pas assez rentables, pour investir et même survivre. CQFD.

Ce type de crise est archi classique dans l’histoire économique. Si les entreprises agricoles étaient des entreprises comme les autres, on les laisserait gérer leur problème de surproduction selon les lois du marché.

Ce qui dans le contexte actuel est insupportable au pouvoir politique. On prête au monde agricole beaucoup trop d'influence politique pour ne pas s'en préoccuper, sauf que l'Etat qui l'a fait, trop longtemps, n'en a plus les moyens. On prête aussi au monde agricole quantité de missions autres que de produire des biens alimentaires, et pour lesquelles il n'est pas forcement rémunéré. Quand on explique que le paysan est aussi le gardien de la nature, on fait frémir les écolos, mais on ne fait pas l'addition de ce que ça représenterait. Quand on explique que l'agriculture a pour devoir de nourrir la planète, on souhaite au même moment qu'elle produise bio et surtout pas cher… Tout cela est vaguement contradictoire.

Le mieux serait de considérer l'entreprise agricole comme une entreprise comme les autres. C'est-à-dire une entreprise qui avec du travail et du capital doit produire des biens et des services pour satisfaire des consommateurs à un juste prix de marché. Dans ce cas, les choses seraient beaucoup plus simples. A une condition, que chacun assume ses responsabilités. L'Etat et les agriculteurs. Parce qu'on ne peut pas tout attendre de l'Etat ou de la FNSEA. Il va falloir que les agriculteurs eux-mêmes se prennent en charge et en finissent avec ces prises d'otage de l'opinion en permanence.

La responsabilité de l'Etat est considérable, mais ça n est pas la seule. Beaucoup de disfonctionnements du marché de la viande et du lait viennent des décisions très contradictoires de l'administration.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 16/02/2016 - 09:07 - Signaler un abus Quand va t on enfin dire la vérité aux agriculteurs ?

    Les fermes françaises sont trop petites ( 4 fois plus petites qu'à l'étranger) et non rentables. Il y a donc deux solutions fiables pour sortir du problème. Ou les agriculteurs se regroupent, économisent donc sur le matériel et investissent, où ils investissent dans de très grandes fermes comme les allemands, le hollandais, etc.

  • Par de20 - 16/02/2016 - 09:10 - Signaler un abus L analyste tient le sillon en

    L analyste tient le sillon en revanche le prisme mercantile a cependant occulté la stratégie de la securité alimentaire, or cette derniere coute et doit être intégrée. Car demain si les producteurs font vraiment la grève des 4 saisons bien des Français se retrouveront au regime.

  • Par ALAIN B - 16/02/2016 - 09:13 - Signaler un abus ANGUERRAND très bonne analyse !!!

    Rien à rajouter ............

  • Par langue de pivert - 16/02/2016 - 09:34 - Signaler un abus

    Nous ne pourrons pas faire éternellement l'économie d'une réflexion sur la bouffe ! Les bouffes plutôt ! On ne peut pas mettre de la viande de qualité dans les saloperies transformées et vendues sous plastique par l'industrie agro-alimentaire ! Du "minerai" ne peut être payé au prix de la viande d'une bête élevée dans la tradition ! Les éleveurs se mettent-ils de côté pour leur consommation des broutards élevés lentement en plein air à l'herbe et au foin ou mangent-ils des vaches laitières de réforme seringuées d'anti-biotique et "finies" au maïs et aux tourteaux de soja ? (quand ce n'est plus de farines de viandes pourries pour ceux qui l'ont oublié !) Poser la question c'est y répondre ! Moi je préfère manger de la viande de qualité ! Je regarde la qualité et la provenance. Le prix : qu'elle importance ? En manger moins, moins souvent, si on a pas les moyens ! Mais du bon ! Voila mon avis ! Mais chacun fait ce qu'il veut ! La merde au prix de la merde, la qualité au prix de la qualité ! Définir les besoins de chaque catégorie, donner un prix à chacune d'elle ! Après il y aura les broutards et les fermes-aux-1000-vaches. Qualité de vie à 2 vitesses ? OUI !

  • Par langue de pivert - 16/02/2016 - 09:52 - Signaler un abus

    Que les éleveurs fassent savoir, pour chaque région, en circuit le plus court possible, où acheter la viande des broutards (ou des cochons, produits dérivés, volailles etc !) qu'ils consomment eux mêmes. Qu'ils en fixent le prix de revient et qu'ils y ajoutent leur marges pour qu'ils puissent vivre correctement, sans subvention, de leur travail. Une plateforme internet avec toutes ces adresses court-circuitera ceux qui se gavent sur leur dos (abattoirs, industries agroalimentaires, grandes-surfaces...) Qu'ils labellisent cette filière avec des gens sérieux ! Ceux qui savent que la qualité a un prix le paieront sans problème !

  • Par Ganesha - 16/02/2016 - 10:33 - Signaler un abus Langue de Pivert

    Merci d'avoir pris le temps de répondre aux crapules qui viennent ici nous dire que la population française est constituée de sous-hommes, tout juste bons à manger de la me.de…

  • Par Ganesha - 16/02/2016 - 11:12 - Signaler un abus Bon Appetit

    Ceci dit, pour une fois, mr. Sylvestre nous dit beaucoup d'arguments raisonnables. Sauf quand il nous propose d’être un peu moins regardants sur les antibiotiques dans la viande et les pesticides dans les fruits et légumes… Quant aux ouvriers sénégalais en Italie, et marocains en Espagne, qui vivent au milieu des champs, sous des tentes, sans eau ni électricité, qui s'en soucie ? Pour le versement de leur salaire (au mieux 2 ou 3 euros de l'heure) les mafias recrutent des capo de même nationalité. A Buchenwald, cela a donné le mot ''kapo''. Au moins, comme il fait plus froid, les roumains et les polonais qui travaillent dans les abattoirs allemands sont logés par dix dans des containers. Évitez de trop réfléchir, cela vous couperait l’appétit ! Et, bien sûr, ''Heil Hitler'' ! Non, je voulais dire : ''Vive le Libéralisme'' ! Vous êtes vraiment convaincus que ''j'exagère'' ?

  • Par vangog - 16/02/2016 - 14:04 - Signaler un abus Un centime supplémentaire, le prix du yaourt...

    et le consommateur ne l'accepterait pas? Mais de qui se moque-t-on?...Non, le coupable n'est pas le consommateur, mais les ententes des quatre voleurs de la grande distribution, incapables de facturer les vingt centimes supplémentaires qui permettraient aux paysans de vivre, et que les consommateurs accepteraient sans rechigner (ils ont l'habitude qu'on leur facture vingt centimes supplémentaires sur d'autres produits, sans leur demander leur avis!)! Et l'autre coupable, c'est l'état UMPS, qui organise la filière avec des quotas laitiers européens, mais qui ne lui offre pas de porte de sortie de ces quotas laitiers

  • Par langue de pivert - 16/02/2016 - 15:43 - Signaler un abus Merci qui ?

    Qui a emmerdé les Russes provoquant en réaction leur embargo sur les produits alimentaires européens ? Pas que la France mais aussi la France. L'exécutif a pu imaginer qu'il pouvait revenir sur la signature de la France pour la vente de 2 navires de guerre sans qu'il lui en coûte ? Chatouiller l'ours et en rire ? C'est la faute à Sarko ou à l'exécutif en place ?

  • Par Gordion - 16/02/2016 - 15:50 - Signaler un abus Excellent article...

    ..de M.Sylvestre. J'ajouterai que l'Allemagne soutient elle aussi ses agriculteurs plus efficacement que la France avec les siens. Car, l'embargo russe s'applique aussi à ce pays, qui augmente sans cesse ses parts de marché au détriment des nôtres. L'Allemagne en passe de devenir une puissance agricole, on rêve! Les lobbyistes français sont inefficaces auprès des instances de l'UE.

  • Par l'enclume - 16/02/2016 - 16:29 - Signaler un abus Toujours aussi nul !

    van gogo - 16/02/2016 - 14:04 - Vous êtes probablement le seul sur ce site, à ne jamais mettre un pied dans un super marché.

  • Par Anguerrand - 16/02/2016 - 18:41 - Signaler un abus Ne rêvons pas sur la qualité du lait français

    Il n'y a que dans les pub que l'on voit des vaches dans les prés. Elles sont toute élevées en étable avec des granulés achetés aux mêmes fournisseurs. Dans la ferme des mille vaches les vaches ont la clim, décident du moment de leur traite quand elles le souhaitent les nettoyages se font automatiquement, les bêtes peuvent meme sortir si elle le souhaite. Ces fermes sont beaucoup plus ecolo car les bousses et urines sont retraité par methanisation qui les rend auto-suffisantes en énergie, et de plus elles permettent aux fermiers de gagner leur vie avec des qualités de lait au moins aussi bonnes en hygiene. Àlors les conservateurs qui s'expriment ci dessus préfèrent des éleveurs se suicider ou ne pas gagner leur vie de leur travail. Combien de petits commerçants ont crevé car ils voulaient défendre leur petits commerces quand d'autres qui etait plus lucides ont investi dans des supermarchés en particulier Leclerc ou Intermarché. Les français ont toujours un train de retard. Il faudrait enfin dire que les petites fermes sont condamnées avant qu'ils ne se mettent dans des dettes qu'ils ne pourrons pas rembourser. Le conservatisme français nous tue et nous coûte cher en subvention.

  • Par Anguerrand - 16/02/2016 - 18:48 - Signaler un abus A Gordion

    Mais la France qui etait le plus gros producteur agricole s'est fait dépassée. Elle est maintenant 3eme du fait de son conservatisme. Il y a longtemps que nous consommons du lait des élevages des 2 ou 3000 vaches de l'Allemagne ou de NL

  • Par zouk - 16/02/2016 - 18:56 - Signaler un abus Que chacun prenne ses responsabilités!

    Mais depuis au moins 30 ans, tous nos dirigeants ne nous promettent que "protection ", assortie, plus discrètement, de mille contraintes, normes, contrôles dans une belle unanimité d'âneries législatives ou fautes de politique et même extérieure quand la politique "droits-de l'hommiste" s'en mêle. Seule la liberté pour chacun de prendre soin de son propre métier nous sortira de cet enfer, bien sûr, comme tout enfer pavé de bonnes intentions.

  • Par vangog - 17/02/2016 - 00:56 - Signaler un abus @zouk vous avez raison!

    La politique europeiste des subventions et des quotas n'aurait pas dû être mise en œuvre, ou alors éternellement....Elle a maintenu l'agriculture française dans l'assistanat en l'empêchant de se réformer, d'agrandir ses exploitations laitières et de s'adapter à la mondialisation. Après avoir habitué nos agriculteurs à une drogue subventionnée de plus en plus violente, et après leur avoir imposé des normes écolo de plus en plus débiles, l'UE a provoqué un sevrage brutal qui s'apparente, aujourd'hui, à un suicide! Et elle s'étonne que le malade se débatte, avant de crever...on souhaiterait plutôt que les technocrates europeistes et les PPI-PSE crèvent de honte, d'avoir provoqué sciemment ce désastre!

  • Par Gordion - 17/02/2016 - 09:48 - Signaler un abus @Anguerrand

    Vrai!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaine BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€