Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 27 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Criminalité : quand Ia justice triche en silence

Devant le banditisme, la justice de notre pays a une tendance à "correctionnaliser". Une pratique hautement contre-productive.

Tour de passe-passe

Publié le
Criminalité : quand Ia justice triche en silence

D'abord, brève explication pour les profanes. Le vol à main armée, ou "braquage", n'est pas un crime anodin. Bien plutôt, le "braquage" est au centre de la vie des bandits, ce que savent policiers, magistrats et criminologues : besoin de s'affirmer, de montrer qu'on est un "homme", un vrai ;  et de pratiquer l'"accumulation primitive du capital" criminel. Exemple, il faut de l'argent frais pour acheter de la drogue - les narcos ne font pas crédit. Or comment obtenir du cash pour amorcer la pompe du trafic ?

Par le braquage, bien sûr.

Ainsi, le Code pénal réprime durement ce crime : "311-8 - Le vol est puni de vingt ans de réclusion criminelle et de 150 000 euros d'amende lorsqu'il est commis... avec usage ou menace d'une arme". D'autant que les hybrides islamistes, Merah, Coulibaly & co. sont d'ex-voyous passés par la case braquage.

Or au quotidien et en silence, la Chancellerie regardant ailleurs, les vols à main armée sont, dit-on en langage judiciaire, "correctionnalisés", dévalués de la catégorie "crime-Cour d'assises" à celle de "délit-tribunal correctionnel", au point qu'il est rare qu'un braquage soit jugé comme il se doit, par une cour d'assises.

Cette pratique scandaleuse est connue : le 24 avril 2013, l'Assemblée nationale publie un "Rapport d'information de la Commission des Lois" où on lit ceci : "Les statistiques judiciaires en matière de crime peuvent être faussées par la correctionnalisation de certaines affaires, pratique consistant à modifier la qualification d'une infraction, de sorte qu'elle ne soit pas jugée par une Cour d'assises mais par un tribunal correctionnel... les vols avec armes sont ainsi fréquemment minorés par cette procédure"

Avant d'établir cette entourloupe judiciaire, montrons combien escamoter les braquages est contre-productif. Après une vague de vols avec arme en 2011-2012, le procureur du Vaucluse renvoie par principe les braqueurs aux assises, où ils écopent souvent de peines de réclusion (dix ans et plus). Résultat, en 2016 (sur 2015) les braquages s'effondrent : - 23,6%

A l'inverse, les peines vénielles (deux ans de prison par exemple) infligées en correctionnelle aux braqueurs, deviennent d'usage des mesures-bidon, bracelet électronique ou semi-liberté. De cela, une preuve - parmi tant d'autres : Bayeux, braquage à l'arme de poing d'un tabac par un bandit (six mentions au casier judiciaire). Escamotage-correctionnel en octobre 2017 : le braqueur risquait 20 ans de prison aux assises ? Il prend 2 ans dont un avec sursis. Tel est au quotidien le laxisme d'une justice qui, elle aussi, tend à "perdre ses repères".

Maintenant, revue de détail de récentes horreurs judiciaires.

- Cambrai. Omar B (12 mentions au casier judiciaire), Rabat H. (30 mentions), Sidi-Mohamed L. (10 mentions) et leurs complices du même acabit, sont jugés pour 8 braquages à domicile ou de véhicules, vols avec armes - avant un autre procès pour 12 autres crimes. Correctionnelle - quand c'est clairement du crime organisé avec "répartition des rôles", partage du butin, etc.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 16/01/2018 - 08:58 - Signaler un abus C'est ça la "justice"

    Merci pour cet article qui résume trop bien la déliquescence de ce que l'on doit appeler "justice" .....Les méfaits de l'idéologie de gauche, la victimisation, la mansuétude et le pire par dessous tout : le refus de construire de nouveaux centres de détention comme le gouvernement Sarkozy l'avait prévu .... Même ces peines requalifiées, déclassées ne peuvent pas être appliquées !!!

  • Par Atlante13 - 16/01/2018 - 09:55 - Signaler un abus Et alors?

    les français ont voulu les socialistes, ils les ont. Qu'ils se plaignent maintenant n'a aucun sens. Merci mme Taubira, les criminels vous seront éternellement reconnaissants.

  • Par vangog - 16/01/2018 - 12:14 - Signaler un abus La Justice gauchiste laxiste!

    Ben oui! Vous n'avez pas voulu élir Marine Le Pen, qui aurait enjoint les juges gauchistes à appliquer la loi républici

  • Par vangog - 16/01/2018 - 12:16 - Signaler un abus Vous avez voulu la Justice gauchiste laxiste!

    Ben oui! Vous n'avez pas voulu élire Marine Le Pen, qui aurait enjoint les juges gauchistes à appliquer la loi républicaine, intégralement! Donc vous avez préféré minet, qui a besoin de cette justice laxiste, pour conforter son électorat de bobos-gogos peureux...il fallait choisir, avant!

  • Par jerome69 - 16/01/2018 - 15:50 - Signaler un abus Taubira en prison

    C' est Taubira qui devrait être en Tôle avec tous ses petits proétégés. Elle a le sang de combien d'innocentes victimes sur les mains ? cette criminelle.

  • Par Anouman - 16/01/2018 - 20:00 - Signaler un abus "Correctionnalisation"

    Quel beau terme. A part ça c'est légal? Ce ne serait pas un peu comme mettre du cheval dans des lasagnes au bœuf? Je propose de créer un délit de "correctionnalisation" pour protéger nos fonctionnaires de cette tentation inavouable et improductive.

  • Par Geolion - 16/01/2018 - 22:21 - Signaler un abus Depuis Mitterrand...

    Depuis Mitterrand et donc avec toutes les années de gauche au pouvoir, la France a vu sa justice devenir une justice que d'aucun dirait de merde ! Et à Marseille : où en sont les affaires des frères Guérini qui ont débuté en 2009 ???? Il faudrait que ça bouge !! Il y en a marre !

  • Par lexxis - 17/01/2018 - 11:18 - Signaler un abus POUR UNE RESPONSABILITÉ DES JUGES

    Des juges qui tordent le bras à la loi, ce n'est pas nouveau et comment leur irresponsabilité prévaut, il n'est pas rare qu'un délinquant correctionnalisé monte ensuite en gamme pour voir jusqu'où il pourra échapper aux assises,

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€