Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Coup de froid sur l’alliance nord-atlantique ? L’Otan et la présidentielle française

S’il est difficile de savoir quel candidat sera sélectionné pour le second tour des élections présidentielles françaises, il est en revanche probable que les deux élus ne seront pas de chauds partisans de l’Alliance atlantique.

Je t'aime, moi non plus

Publié le
Coup de froid sur l’alliance nord-atlantique ? L’Otan et la présidentielle française

Le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, en 2009, avait réactivé le débat traditionnel français entre la tradition « gaullo-mitterandienne », attachée à la sortie de l’organisation depuis 1966 au nom de « l’indépendance nationale », et atlantistes, convaincus que la France n’avait rien à gagner à s’isoler dans le camp occidental.

En 2012, le candidat François Hollande avait fait mine de s’interroger sur la pertinence de ce retour. Mais, après avoir confié à Hubert Vedrine une commode mission d’évaluation, il a choisi de confirmer la décision prise par son prédécesseur.

Après 2014 et l’annexion de la Crimée par Moscou, il a engagé la France aux côtés des Etats d’Europe orientale, inquiets de la nouvelle posture russe.

De manière amusante pour un candidat qui n’a eu de cesse de critiquer l’actuel quinquennat, Benoît Hamon s’inscrit pleinement dans les pas du président Hollande. Il est le seul à ne pas critiquer l’organisation atlantique et l’un des rares à vouloir demeurer dans le commandement intégré.

Sur onze candidats, six ont en effet comme projet de plus ou moins retirer la France de ce qui est aujourd’hui la plus grande alliance militaire existante. Jean-Luc Mélenchon, Jacques Cheminade et François Asselineau veulent sortir de l’OTAN, au nom de l’anti-impérialisme et de la lutte contre « l’argent-roi » (Cheminade). Indice probable de sa politique de « dédiabolisation », Marine Le Pen se borne à vouloir quitter le seul commandement intégré. Elle rejoint, sur ce créneau gaulliste, Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle. 

Même Emmanuel Macron, dont la candidature affiche pourtant une volonté de plus grand engagement international de la France, se montre circonspect. Il refuse que la France appuie de nouveaux élargissements de l’Alliance, sauf dans les Balkans et, le cas échant, pour la Finlande et la Suède, ce qui est bien le moins pour un candidat partisan du « modèle scandinave ». Emmanuel Macron conditionne la participation de la France à des interventions de l’OTAN en dehors de sa zone géographique (c’est-à-dire hors d’Europe) aux « seuls cas où les intérêts de la France sont directement concernés », ce qui, pris à la lettre, pourrait introduire un léger doute sur l’application par Paris de l’article 5 de solidarité entre Alliés.

Les positions de Nathalie Arthaud et de Philippe Poutou, s’agissant de l’OTAN, ne sont pas connues. Mais, ces deux candidats évoluant à l’extrême gauche du spectre politique français, il y a tout lieu de croire que, si elles étaient formulées, leurs propositions n’appelleraient pas  la France à renforcer son ancrage dans une organisation fondée à Washington en 1949.

Reste François Fillon, lui aussi assez discret sur le sujet atlantique. Cette discrétion s’explique par une certaine ambivalence. Gaulliste historique, il a axé sa campagne sur un rapprochement avec la Russie qui est loin d’être partagé par tous les Etats alliés. En même temps, premier ministre de Nicolas Sarkozy en 2009 et partisan d’une forme de réalisme, il ne peut brûler aujourd’hui ce qu’il a hier, sinon adoré, du moins soutenu.

Que restera-t-il de ces propos de campagne une fois l’élection terminée ? Si MM. Macron ou Fillon arrivent à l’Elysée, le statu quo est probable. En cas de victoire d’un Jean-Luc Mélenchon ou d’une Marine Le Pen, la sortie de l’OTAN ou de son commandement intégré n’est pas à exclure car il s’agit d’une mesure très symbolique,  budgétairement peu coûteuse et dont les conséquences négatives n’apparaîtraient qu’à terme ou à l’occasion d’une crise internationale. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bd - 22/04/2017 - 15:31 - Signaler un abus N'allez surtout pas pêcher le jour du vote!

    Emmanuel Macron est le seul à pouvoir battre Marine Le Pen. François Fillon perdrait car avec lui, la gauche irait à la pêche. Jean-Luc Mélenchon perdrait aussi car avec lui, c’est la droite qui irait à la pêche. ... Et s’abstenir, c’est aussi favoriser Marine Le Pen. Il est nécessaire de voter utile DES LE PREMIER TOUR!

  • Par bd - 22/04/2017 - 15:33 - Signaler un abus Pourquoi je soutiens "En Marche!"

    Je soutiens "En Marche" parce que tant la France que l'Europe ont besoin de réformes. "En Marche!" et son représentant Emmanuel Macron sont les meilleurs porteurs possibles de ces réformes à venir. En soutenant "En Marche!" et Emmanuel Macron, je soutiens le camp de la lumière face à l'obscurantisme (FN), le camp de la bienveillance, de l'ouverture et du pragmatisme, face au camp de la haine (FN), du repli sur soi (FN), du rejet (FN), de l'irrationnel et du "hors-sol". "En Marche!" est un mouvement lumineux qui résiste aux côtés les plus sombres de la société... et c'est aussi ça qui m'attire chez eux. La société est malade et elle a besoin d'amour et non de haine! https://www.jesuis-enmarche.com/

  • Par bd - 22/04/2017 - 15:36 - Signaler un abus Quitter l'EU = PERTE DE SOUVERAINETÉ!!!

    La souveraineté est un sujet digne de débat car il est au coeur des préoccupations du FN. En sortant de l'UE, on devient impuissant à défendre notre modèle, en particulier dans le cadre des négociations transatlantiques, parce que ce sont des préférences collectives que nous portons, bien au-delà de simples sujets techniques ou tarifaires. Résultat: En subissant, ce sont les autres qui imposent leur modèle... et c'est ça que sera le résultat d'une sortie de l'Union. De plus, des pouvoirs publics isolés auront plus de mal à préserver un ordre public et s’assurer qu’une guerre mortifère au prix le plus bas ne soit plus conduite dans tous les secteurs afin de permettre à chacune et à chacun de se réorganiser. La sortie de l'EU serait un retour aux anarchies, aux égoïsmes nationaux et à de multiples dumpings incontrôlables. Résultat: Encore plus de pertes d'emplois et des petites monnaies ultra-vulnérables face aux requins de la finance (voyez l'Islande dont la dette a été rachetée.. tiens tiens... par la Russie!).

  • Par bd - 22/04/2017 - 15:37 - Signaler un abus "Moins on est instruit, plus on vote FN"

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/moins-on-est-eduque-plus-on-vote-fn_1100733.html

  • Par bd - 22/04/2017 - 15:40 - Signaler un abus Avis de l'ex-patron du Raid...

    Pour l'ex-patron du Raid, Emmanuel Macron est "un chef de guerre". http://elections2017.actu.orange.fr/news/pour-l-ex-patron-du-raid-emmanuel-macron-est-un-chef-de-guerre-CNT000000GX3VN.html

  • Par bd - 22/04/2017 - 15:43 - Signaler un abus Jean-François Derec à son neveu qui souhaitait voter FN...

    «C’est quoi, le FN? D'ou vient-il? Contrairement à ce qu'on croit, il n'a pas été fondé par le père Le Pen mais par d'anciens collabos, miliciens, Waffen SS français. Ils ont mis le Pen à la tête parce que c'était une grande gueule. Il y avait aussi d'anciens de l'OAS, (une organisation terroriste partisane de l'Algérie Française) qui ont voulu assassiner le Général de Gaulle plusieurs fois. Marine et ses camarades aiment bien oublier d'où ils viennent. Curieusement ils sont très sensibles aux racines de la France, mais beaucoup moins aux leurs.» ... http://www.huffingtonpost.fr/jean-francois-derec/lettre-a-mon-neveu-qui-veut-voter-front-national-a-la-presidenti_a_22044155/?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

  • Par Jardinier - 22/04/2017 - 16:32 - Signaler un abus Ferme la porte en sortant et éteint les lumieres, bd,

    Bonne soirée.

  • Par bd - 22/04/2017 - 16:55 - Signaler un abus Eloge du vote utile...

    Le vote utile est l'acte politique et stratégique COURAGEUX car il impose de mettre à la foi son égo et une partie de ses convictions de côté dans un but purement protecteur. Chapeau, donc et respect pour ceux qui ont ce courage et cette lucidité!

  • Par Deudeuche - 22/04/2017 - 18:54 - Signaler un abus Le vote utile c'est Fillon ou Lepen

    Cher Bd

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Lagane

Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.

Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. 

Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique (Ellipses, 2012). il est également l'auteur de Théories des relations internationales (Ellipses, février 2016). Il participe au blog Eurasia Prospective.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€