Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Coup de filet anti-crack : pourquoi la drogue qui monte est une gangrène absolue

La police a expulsé le 22 mai dernier plusieurs familles de dealers de crack dans le quartier de la cité Reverdy, dans le XIXe arrondissement de Paris. Cette plaque tournante, installée depuis 10 ans, rapportait près de 8 000 euros par jour. Un phénomène loin d'être maîtrisé car depuis plusieurs mois, la consommation de crack augmente de manière inquiétante.

Ravages de la drogue

Publié le
Coup de filet anti-crack : pourquoi la drogue qui monte est une gangrène absolue

 Crédit SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Quel est l’état des lieux aujourd’hui de la consommation du crack ?  

David Weinberger : On a observé le retour de ce produit depuis plusieurs mois à Paris dans des proportions inquiétantes.

Il est directement lié à la forte augmentation de la production et de la consommation de cocaïne, le crack étant un dérivé de la cocaïne poudre (le chlorhydrate) appelé cocaïne base. Sa consommation est encore plus addictive et plus violente dès les premières prises, ce qui explique qu’elle a augmenté pour atteindre 33% en 2017 de la consommation de cocaïne totale, contre 20 à 25 % en  2013.*

Comment expliquer ce retour du crack à des niveaux élevés de consommation ?

Les trafiquants de drogue inondent à la fois un marché de la cocaïne pour les classes aisées, et un marché issu de la pâte de coca, moins pure, moins chère et à destination des populations pauvres. Ce dérivé est venu sous forme de dose pour environ 3 à 5 euros et vise clairement des consommateurs déjà en rupture sociale et précarisés. Une fois dépendants au produit, leur journée consiste à faire des allers retours pour « faire la manche » et revenir racheter les doses. Les cartels ont une stratégie qui consiste à diversifier les marchés et à inonder l’Europe avec des produits extrêmement toxiques. Le crack est hautement addictif avec des effets dangereux pour le consommateur et pour la sécurité publique. Il engendre des états de violence et de délirium sur la voie publique, avec des comportements qui peuvent terroriser la population.  En Amérique du Sud, ce phénomène a pris une ampleur considérable avec « le paco » cinquante fois plus puis­sant que la cocaïne, qui détruit les neurones en quelques mois. Vendu 50 centimes d’euro la dose, il se fume comme du crack et fait des ravages en Uru­guay, en Colom­bie, au Brésil et encore plus en Ar­gen­tine.

A Paris, la RATP et la Mairie ont réussi à endiguer les problèmes causés par le marché du crack dans le métro et dans plusieurs quartiers. Comment s’assurer que ces opérations puissent être durables ?

Les autorités se sont effectivement saisies du problème, qui avait déjà existé dans les années 70 et 2000 avec l’héroïne. C’est par le travail quotidien des polices de quartier que ce problème peut être maîtrisé, et que l’on peut limiter tous les incidents dus aux au crack dans l’espace public. Mais il est indispensable que ces actions quotidiennes s’accompagnent d’une prise en charge médicale et sanitaire des consommateurs, car on ne fera que déplacer le problème ailleurs. Dès lors qu’ils ne peuvent se passer de cette drogue, il y aura toujours, forcément, des dealers pour leur en procurer. Il faut prendre en compte que cette addiction est une maladie sévère qui laisse ces populations dans une grande souffrance et dans une détresse physique et mentale.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 25/05/2018 - 10:23 - Signaler un abus La solution ?

    Il faut légaliser, puisqu'on a perdu la guerre contre le crack, comme on l'a perdu contre le cannabis, n'est-ce pas ? Et puis ça fera de nouvelles recettes pour l’État, et les gentils commerçants ne se feront pas la guerre comme les méchants trafiquants, d'où plus de sécurité. On lui trouvera bien aussi quelques vertus thérapeutiques. Les écolos ne le disent pas encore mais patience, ça va venir.

  • Par Anouman - 25/05/2018 - 19:13 - Signaler un abus crack

    On peut toujours pleurer sur les effets de ceci ou cela mais comme l'état n'est pas foutu de faire respecter la prohibition ceux qui pleurent vont pleurer longtemps.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

David Weinberger

David Weinberger est chercheur à l'Inhesj. Il est spécialisé dans les politiques publiques de lutte contre la drogue.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€