Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le coup de cœur de la semaine - "La villa" : du grand cinéma, tous publics

Le réalisateur de "Dernier été", de "Marius et Jeannette" etc... confirme, avec son nouveau film, qu'il est bien l'un des rares réalisateurs français capables de faire des films réalistes, humanistes et positifs qui transcendent les barrières culturelles et puissent plaire à tout le monde, ou presque. Allez découvrir "La Villa", vous vous en souviendrez.

Atlanti-culture

Publié le
Le coup de cœur de la semaine - "La villa" : du grand cinéma, tous publics

CINEMA

« LA VILLA »

DE ROBERT GUEDIGUIAN

AVEC ARIANE ASCARIDE, JEAN-PIERRE DARROUSSIN, GÉRARD MEYLAN, ROBINSON STEVENIN, ETC..

RECOMMANDATION

EN PRIORITÉ

THEME

Dans la calanque de Méjean, près de Marseille, surplombée par un viaduc sur lequel passent des trains, deux frères et une sœur, Joseph (Jean-Pierre Darroussin), Armand (Gérard Meylan), et Angèle (Ariane Ascaride) se rassemblent autour de leur père qu’une attaque cérébrale a laissé dans un état végétatif. 

Pour cette  fratrie, qui ne se voyait plus guère, ces retrouvailles vont sonner l’heure du bilan, qui, pour aucun des trois ne va se révéler très glorieux. Armand s’échine à essayer de maintenir, seul, le restaurant ouvrier de son père. Joseph court après sa jeunesse, en aimant sans illusion une femme plus jeune que lui (Anaïs Demoustier). Quant à Angèle, comédienne au long cours, elle essaie d’oublier dans les rôles qu’elle enchaîne, la douleur d’avoir perdu son fils, mort noyé  dans cette calanque…

Ces trois là qui se retrouvent donc, dans la villa de leur père, après un long éloignement, vont  régler leurs comptes, entre eux, et avec eux mêmes,  évoquant leurs idéaux de jeunesse et  leurs rêves brisés.

Entre engueulades, fous rires et larmes,  ils vont parler de leurs drames personnels, de ce qui les a séparés, et de ce qui finalement les réunit, là, à ce moment-ci  de leur vie, au delà de la maladie de leur père. Leur lien fraternel n’a malgré tout jamais été vraiment rompu.

La beauté de ce coin perdu entre mer et rocs, comme planqué sous le haut   manteau pierreux de l’aqueduc, incite aux confidences, aux abandons et à la réconciliation. C‘est l’hiver, mais le soleil brille, qui réchauffe et embellit tout, comme toujours, comme avant, comme maintenant, dans ce film; et aussi, sans aucun doute, comme demain. 

Dans ce petit port du bout du monde, le temps ne s’est pas arrêté. De jeunes migrants orphelins y débarquent… La fratrie va se ressouder… La vie peut, va continuer…

POINTS FORTS

- Mais comment fait-il, Robert Guédiguian,  pour tisser des histoires à chaque fois bouleversantes, à chaque fois différentes,  avec, pourtant, pratiquement  toujours les mêmes acteurs, qui évoluent  dans pratiquement toujours  les mêmes lieux ? L’humanisme et la fraternité  sont chez lui des sources inépuisables de scénarios. La célébration des gens « simples » aussi.

 Ça fait un bien fou qu’un cinéaste nous rappelle que la beauté,  l’élégance   le partage et le bonheur, sont ailleurs que dans ce qu’on  glorifie partout aujourd’hui, le fric, la réussite sociale et le bling-bling.

- « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». L’intellectuel Guédiguian a toujours fait sienne cette maxime de Boileau. Chez lui, ni  périphrase, ni redondance, ni discours prétentieux. Ses mots sont simples, ses dialogues, dépouillés, écrits pour toucher directement  tous les publics, en plein cœur.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 03/12/2017 - 21:38 - Signaler un abus Une merveille d'après le

    Une merveille d'après le masque et la plume sur France Inter...... Je crains le pire.... C'est à dire des critiques dityrambiques des Inroks, Télérama et autre Libé... .. Toute l'islamobobosphère se prosternant devant cette oeuvre magistrale d'un vieux communiste essayant de faire oublier Staline Budapest et Prague par un discours larmoyant sur les enfants perdus du stalinisme reconvertis en modèles de vertus et de tolérance pour sauver l'humanité à travers trois migrants musulmans.....ou pas !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Poncet pour Culture-Tops

Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€