Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le coup de coeur de la semaine : "The Circle"

Le film de James Ponsoldt, "The Circle", pose la question centrale de la défense de nos libertés individuelles et collectives face aux géants d'internet. Un film remarquablement conçu, réalisé et interprété, qui vous "embarque" presque tout le temps.

Atlanti-culture

Publié le
Le coup de coeur de la semaine : "The Circle"

CINEMA

The circle

De James Ponsoldt

Avec Emma Watson, Tom Hanks, John Boyega, Patton Oswalt

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME

Mae Holland (Emma Watson) enchaîne les CDD sur un plateau téléphonique. Elle aimerait bien décrocher un job plus intéressant. Elle en a les capacités, elle est douée accrocheuse, intelligente. Sa meilleure amie, qui travaille chez The Circle, lui propose de rencontrer les responsables de sa boîte. The Circle, c’est une entreprise de communication planétaire pour internet. Ses bâtiments, très vastes, en forme de cercle, regroupent non seulement des bureaux mais tout ce qui concerne la vie et le bien être quotidien offerts à ses centaines d’employés plutôt considérés comme des partenaires: salles de sport, de relaxation, de jeux, piscines, jardins, restaurants, etc.

On a envie de vivre là sans jamais en sortir.

Lors de sa première visite, Mae est époustouflée. Bientôt, grâce à son abattage, elle prend la tête d’un programme international qui permettraient aux internautes inscrits à The Circle de transférer toutes leurs opérations administratives, impôts, banques et autres, sur le site. Et, cerise sur le gâteau, la vie politique passerait également par The Circle : partout dans le monde, les gens voteraient sur le site, finies les tricheries, les corruptions, les dictatures et les guerres. Finies les frontières. The Circle deviendrait une sorte de gouvernement global, total, pour ne pas dire totalitaire. 

Mais un gros grain de sable va doucher l’enthousiasme général.

POINTS FORTS

On a compris que The Circle, ce pourrait être Google ou Facebook à la puissance mille. C’est ce que pourrait devenir Google si les gouvernements ne veillaient pas à contenir cette entreprise dévorante et tellement séduisante dans des limites acceptables. La fable est puissante et mérite d’être vue et commentée.

Elle est adaptée du roman dystopique de Dave Eggers. Vous avez dit dystopique ? Renseignement pris sur Wikipédia qui a réponse à tout, une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur. Une dystopie peut être considérée comme une utopie qui vire au cauchemar.

Exemples littéraires : « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley, « Farenheit 451 » de Ray Bradbury, "La planète des singes" de Pierre Boulle, « 1984 » de George Orwell.

Pour en revenir à « The Circle », nous sommes dans l’ère de la transparence dont internet offre la possibilité avec tous les dangers que cela induit pour notre vie privée. C’est ce que va vivre et devoir supporter l’héroïne qui embringue ses parents dans son aventure sans en soupeser les conséquences.

Le grand patron de « The Circle » est interprété par un Tom Hanks à la fois très humain, très secret et très inquiétant. C’est un gourou à deux faces, un industriel de haut vol qui veut pousser son avantage sans souci des conséquences humaines. Qu’on se le dise, nous qui utilisons Facebook avec une belle insouciance, celle des pionniers enthousiastes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zaccio - 16/07/2017 - 23:02 - Signaler un abus rien de bluffant

    ca vaut juste un mauvais épisode de la série Black Mirror. ca se laisse regarder mais sanss plus: il y a du deja vu dans la mise en scène, du trop caricatural à l'image du personnage de TruYou ou de la chute finale.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Quenin pour Culture-Tops

François Quenin est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€