Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Coup de blues : ce qui permet de remonter la pente (sans forcément foncer chez le psy)

Difficile à croire, mais le bonheur est un choix ! Même par les temps qui courent, on peut décider de vivre mieux, en paix, en cohérence avec soi-même, selon ses propres critères, en harmonie avec les autres et, finalement, en accord avec la vie comme elle est. Pleine d'embûches et aléatoire. Extrait de "Faire le choix du bonheur" (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Coup de blues : ce qui permet de remonter la pente (sans forcément foncer chez le psy)

Qu’est-ce qui nous déprime tant ?

Envisageons globalement trois grandes causes générales de déprime, qu’on surmonterait mieux si on en prenait plus clairement conscience.

Les chagrins d’enfant

Dès son plus jeune âge, l’enfant est confronté à des échecs et à des frustrations qui l’affectent. C’est normal. Nous avons tous vécu cela. L’enfant est triste parce que Maman n’est pas toujours disponible. On le dépose à gauche et à droite, la crèche, la gardienne, la nounou. Le petit se sent en manque de mère. Il aimerait tant être tout pour sa maman, être le centre de sa vie… Mais non, il va devoir assimiler qu’elle a d’autres personnes dans son coeur et d’autres préoccupations dans sa journée, qu’elle travaille, sort le soir, s’occupe des frères et soeurs, de Papa, bref, l’enfant doit apprendre à partager son grand amour pour sa mère, ce n’est pas facile et il en est souvent peiné.

Selon les circonstances de notre enfance, nous gardons tous au fond du coeur une trace de ce chagrin. Ce qui ne signifie pas qu’il soit pathologique ! Bien au contraire. C’est un manque fondateur. La frustration que doit affronter l’enfant le construit. C’est ce qui lui permet de se détacher de sa mère et d’apprendre à faire sa route tout seul. Déçu par la non-disponibilité totale de sa mère, il s’en va sur son chemin à lui : Ah, c’est comme ça ? Eh bien, tant pis, je m’en vais me construire ailleurs ! Et c’est très bien ainsi.

Le processus éducatif est également une source de déception. Globalement, l’éducation traditionnelle a pour but d’aider les enfants à devenir des adultes adaptés à la société. Si on les laissait pousser comme des herbes folles, ils deviendraient sauvages. Nous connaissons la somme de règles et de comportements que les enfants doivent assimiler pour grandir dans notre monde. Par son caractère évolutif, l’éducation traditionnelle pousse chaque fois l’enfant à faire un pas de plus. Dès qu’une étape est acquise, on l’attend à la suivante. Un niveau atteint, on passe à celui d’après. Autant à la maison qu’à l’école. Parallèlement à la légitime fierté d’avoir grimpé une marche, l’enfant sait qu’il est toujours attendu un peu plus loin et il se sent inévitablement un peu décevant. Il a l’impression que ses éducateurs (parents, professeurs) ne sont jamais satisfaits. Ou si peu de temps. Il doit toujours en faire plus, impression résumée par cette petite phrase que tant de gens connaissent : « Peut mieux faire ! » Comment ne pas se sentir un peu déprimé ?

Dans le système scolaire, les enfants se comparent beaucoup les uns aux autres. C’est leur premier environnement social important hors de leur famille et il contribue grandement à forger leur vision du monde. Ils se mesurent en termes de mieux ou moins bien. Malheureusement, ils se sentent souvent moins bien que leurs copains, parce qu’ils sont plus sensibles à ce que ceux-ci ont de mieux, que l’inverse. Leurs propres atouts leur paraissent normaux puisqu’ils vivent avec, alors que les privilèges des autres sont visibles, leur manquent et leur font envie. Parfois, la comparaison s’avère particulièrement déprimante, parce qu’elle porte sur des caractéristiques que l’enfant n’arrive pas à acquérir : le bagout, l’humour, la niaque, le charisme, les galons des chefs de clan. L’enfant a beau avoir plus de billes, de cartes ou Dieu sait quel gadget, il n’aura jamais le même succès. Il se sent d’office moins bien, mais tâche de le cacher autant qu’il peut, en construisant parfois une apparence assurée pour protéger sa fragilité, masquer son manque de confiance et ses « failles ». Au fil du temps, cette carapace devient autant un outil social efficace qu’un costume à l’intérieur duquel il s’abrite et se sent imposteur, terrifié qu’on ne découvre combien il est différent de ce qu’il manifeste extérieurement.

Sur le plan des résultats scolaires également, les comparaisons ne sont pas toujours joyeuses, loin de là. Les enfants sont durs entre eux. Les moqueries fusent, les clans se forment et, sans scrupules, adoptent ou excluent des camarades. La cour de récréation est un lieu psychologiquement assez sauvage, où règne souvent la loi du plus fort. On dit que les enfants sont cruels entre eux, je ne le crois pas, mais ils ne sont pas encore capables de se décentrer et ne réalisent donc pas combien leurs comportements peuvent faire souffrir un autre enfant. Et la force du nombre inspire quelques bêtises ! Bien des insécurités et des fonds dépressifs naissent dans les cours de récré…

Des peines plus lourdes marquent parfois la route d’un petit : le décès des grands-parents ou d’un proche, la perte d’un animal chéri, un déménagement ou un changement d’école où il arrive sans repères, ce sont des coups du sort qui lui font perdre son innocence. Il entre petit à petit dans le monde des grands, avec ses plaisirs heureusement, mais aussi ses chagrins et ses côtés sombres.

Pas étonnant donc que nous gardions un parfum de déprime en mémoire.

Les peines d’adulte

Notre vie d’adulte comporte aussi ses peines et ses souffrances. Cessons de croire que les autres ont une vie plus facile ou plus heureuse. « Ce qu’il y a d’admirable dans le bonheur des autres, écrit Marcel Proust, c’est qu’on y croit. » Comme si le leur était une évidence et le nôtre une quête incertaine.

Tout le monde traverse des périodes difficiles et souffre de temps à autre, nous nous posons tous des questions et nous couvons tous des chagrins et des tourments. C’est le lot de l’homme, le prix qu’il paye pour avoir une sensibilité si développée, et ce n’est pas une maladie. Les peines d’adulte sont douloureuses, certes, mais elles se surmontent. Elles marquent notre route et nous forcent à réfléchir à nos choix. Elles sont un stimulant au changement.

Nous souffrons parce que nous connaissons des échecs et des déceptions dans certains domaines essentiels : en amour, dans nos liens familiaux, dans notre vie amicale, sociale et professionnelle. Ce sont des accidents de la vie, des deuils à traverser, des obstacles à dépasser. Un travail sur soi, éventuellement avec l’aide d’un professionnel, permet alors de comprendre et de reconstruire.

Nous sommes également inquiets parce que nous avons la perception, plus ou moins consciente, de notre solitude existentielle, celle qui nous laisse seuls devant nos choix, mais aussi de notre inévitable fin… Un jour, tout sera fini. Nous le savons, même si nous faisons tout pour ne pas y penser. Alors, si nous ne changeons pas aujourd’hui ce qui ne va pas dans notre vie pour en faire un formidable parcours, elle risque de rester comme elle est encore longtemps…

La société, l’ époque, la crise

Ah ! la crise, quelle merveilleuse cause de déprime ! J’ose à peine en parler parce que je dois reconnaître qu’à titre personnel elle ne me touche pas dramatiquement. Ce n’est pas très politiquement correct ? Devrais-je plutôt me lamenter parce que mon caddy me coûte de plus en plus cher ? (C’est vrai, mais je réfléchis mieux à ce que j’y entasse.) Et que je ne peux plus me payer de belles vacances ? (C’est faux, parce que je suis championne des vacances pas chères !)

Je suis évidemment touchée par la détresse des familles durement affectées, qui subissent de brutales baisses de revenus sur lesquelles elles n’ont aucune prise et qui bouleversent profondément leur existence. Je sais, pour l’avoir vécu, que lorsqu’on perd son emploi, le sol se dérobe sous les pieds. Je reconnais qu’il n’est pas simple de se faire embaucher quand on est jeune et encore moins quand on approche de la cinquantaine. Mais la dépression générale accable aussi les gens qui ne sont pas touchés par le versant économique de la crise. Tout le monde semble en pâtir, même ceux qui ont du travail, un toit au-dessus de leur tête, un frigo bien rempli, un livret d’épargne, un appartement à la mer, une voiture au garage et une retraite assurée !

Nous ne vivons plus les années fastes de l’après-guerre, où tout était à reconstruire. Hommes et femmes se retroussaient les manches et trouvaient du travail partout. Le choc pétrolier prévu depuis des décennies est arrivé, et l’effet domino a fait le reste. Alors, cessons de râler et adaptonsnous.

En revanche, la crise économique, couplée au défi écologique, nous offre un nouveau champ d’action et de passionnants challenges. De toutes parts, on voit que les choses commencent à bouger. L’homme n’est pas idiot. Il n’est pas toujours très volontaire non plus, mais quand on lui montre le chemin, quand on lui mâche un peu la besogne, il suit volontiers. Les mentalités évoluent et les comportements aussi. On consomme autrement, on se déplace autrement, on se chauffe autrement, on jette autrement.

Surfons sur la vague des opportunités plutôt que de nous plaindre des changements. Les temps changent, c’est certain, mais est-ce si catastrophique ? Et n’ont-ils pas toujours changé ? Y a-t-il eu une époque véritablement stable, où tout était immuable ? Non, bien sûr ! Alors cessons de ressasser nos désillusions et notre morosité.

Au temps des Romains, au Moyen Âge, à la Renaissance, au siècle des Lumières, dans toutes les civilisations, les grandes voix du monde se sont inquiétées de l’évolution de leur société. Le poète anglais John Donne disait déjà, en plein xviie siècle : « Aucune vanité ne me porte autant sur les nerfs que ces gâteux qui vitupèrent notre époque pour mettre aux nues la leur ! » Globalement, ce n’est pas la vie qui tourne mal, c’est notre regard qui change. Nous avons perdu l’innocence de l’enfance et nous sommes confrontés à la réalité du monde, dont on nous livre les pires nouvelles à l’heure du dîner.

Cessons de nous considérer comme malheureux et de croire que le vrai bonheur appartient à un passé révolu ou à un futur utopique. Nous perdons certaines choses, certes, mais nous en gagnons d’autres. De tout temps, les humains ont dû s’adapter aux changements, et ceux que nous vivons aujourd’hui sont loin d’être les plus graves ! Depuis que l’homme est homme, il a traversé des crises infiniment plus douloureuses et plus mortelles.

Nous vivons une époque qui n’a plus qu’elle-même pour but. Notre société n’arrive pas à dessiner un avenir qui nous donne envie de nous battre pour l’atteindre. Nous ne roulons plus vers une perspective bien dégagée qui nous annonce un horizon attrayant. Nous ressentons la nostalgie d’une prospérité acquise que nous devons transformer. Le versant psychologique de la crise rend compte de notre désarroi et de notre inquiétude.

Mais l’inquiétude n’est pas incompatible avec le bonheur. Tous deux découlent d’une réflexion sur la vie, qui invite aux prises de conscience et aux actions.

La route tourne. L’horizon est moins net. Nous devons nous adapter. Plutôt que de le vivre comme un effort, vivonsle comme un défi !

Extrait de "Faire le choix du bonheur", Marie Andersen, (Ixelles Editions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Temüdjin - 26/12/2013 - 11:25 - Signaler un abus Ma recette, infaillible

    Pour combattre un coup d'blues, un moment de déprime, en tous les cas ça roule ici. A savoir : Je me dis qu'il s'agit d'être cohérent. Quand je suis ok, quand tout va comme je veux, quand le monde m'apparaît beau et tout le monde il est gentil, j'ai la fâcheuse manie de penser que cela ne durera pas. Ainsi, dans le cas contraire, me giflant pour être cohérent, quand tout va mal (ou que je perçois ainsi le monde qui cède sa place au mien, centre de mon univers) je me dis que, pareillement, cela ne durera pas. C'est vrai, quoi : si le bonheur est éphémère le malheur l'est aussi. Et toc.

  • Par coucou.cmoi35 - 26/12/2013 - 13:23 - Signaler un abus J'ai essayé de lire ce fatras de banalités

    Toujours le même genre de baratin. On constate malheureusement que plus les psy envahissent la société plus les suicides augmentent. Il n'y a pas de corrélation évidemment mais c'est que la preuve flgrante qu'ils n'ont pas de remèdes. La plupart des gens qui se suicident sont entre les mains du système "de santé". N'attendez rien des psy. Prenez vos vies en mains, n'écoutez que votre coeur et votre propre raison. Les psys sont devenus la voiture-balai du système pour guider le troupeau. Le new deal est: "Tu écoutes bien les psy et les professionnels du social, surtout de l'aide à l'enfance sinon on t'envoie la maréchaussée et les juges et là tu vas trinquer. En gros pour faire court, on va te piquer tes gosses". Un exemple récent de connerie du système. Ma fille en CM1 a été dirigée récemment en cours de rattrapages avec éducateur spécialisé pour élèves en difficultés sans même que nous en aiyons été informé au préalable, J'ai rapidement découvert que la vision de ma fille avait juste baissé soudainement et qu'elle ne voyait plus rien au tableau. Ce qu'ont confirmé 2 ophtalmos dans la semaine qui a suivi. Bravo les pros de l'éducation et de la psychologie !

  • Par Temüdjin - 26/12/2013 - 15:57 - Signaler un abus @coucou.cmoi35

    Je vous cite, "On constate malheureusement que plus les psy envahissent la société plus les suicides augmentent.". J'en ai les larmes aux yeux, sans raillerie aucune, c'est drôle, c'est tout :) Les psys non -chiatres sont aux psy-chiatres ce que les kinés sont aux toubibs, parfois des études avortées parfois une véritable vocation, et il y a à en prendre et à en laisser ... ... Vous évoquez le drame ultime qu'est le suicide alors que je lisais cet article en n'y percevant qu'une chronique sur le p'tit coup de blues. J'ai peut-être tort mais la première idée qui me viendrait à l'esprit face à un être en déperdition au point d'envisager le pire ne serait pas de lui conseiller de consulter un psy, en tous cas pas tel quel. Et puis il y a tout de même deux types de volontés suicidaires, celle qui relève d'une névrose et celle qui relève d'une intellectualisation raisonnée du monde (on sait quelques personnages de renom qui se seront inscrits dans cette seconde catégorie). Pour les premiers, ardu si l'on ne sait pas contre-argumenter au même niveau; pour les seconds donner de l'amour, beaucoup, passé au crible d'une raison en adéquation avec celle du naufragé. C'est très difficile.

  • Par coucou.cmoi35 - 27/12/2013 - 01:50 - Signaler un abus Temudjin

    Vous pouvez rire. Je suis droit dans mes bottes car je finis la phrase par "...il n'y a évidemment pas de correlation mais seulement la preuve qu'ils n'ont pas le remède". Je ne parle ici que des psychologues, les psychiatres c'est pire. Bien sûr que les psys ne poussent pas au suicide, mais ils n'apportent pas de solution au patient. La seule vrai question qui se pose est " Qui paye ce donneur de bons conseils ? L'entreprise ? La sécu ? Les conseils que donnera le psy suivront l'intérêt du payeur car évidemment le psy se retrouverait rapidement au chômage s'il conseillait contre celui qui le paye. Mais continuez à rire, c'est bon pour la santé et ça vous épargnera justement de consulter ces charlatans.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marie Andersen

Marie Andersen est psychologue clinicienne et psychothérapeute depuis plus de quarante ans. Elle est l'auteur des best-sellers La Manipulation ordinaire et L'Emprise familiale et du livre l'Art de se gâcher la vie. http://marieandersen.net/ 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€