Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Corps et âme au cœur d'un vaste réseau commercial, vous appartenez à Google

Pascal Perri raconte comment Google fait payer la gratuité de son service à ceux qui l'utilisent. Extrait de "Google un ami qui ne vous veut pas que du bien" (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le

Il faut le répéter, Google n’est pas avant tout un moteur de recherche, mais une grande agence de publicité qui vend de l’espace. Son ambition est de vendre à ses clients une cartographie très précise et très documentée du marché des internautes. L’architecture technologique doit répondre à cette ambition.

En utilisant Google, l’internaute va offrir de lui-même un certain nombre de données personnelles. Il fait des recherches et livre de bon coeur tous les mots-clés qui symbolisent ses besoins, ses envies, ses actes d’achat, ses projets, etc. Grâce à Google, il a pu accéder à une messagerie gratuite : Gmail. L’espace de stockage est important et les services subordonnés attirants. On est incité à inviter ses amis : à chaque e-mail expédié, l’annonce "Invitez Untel à s’abonner à Gmail" apparaît. Vous êtes aussi un VRP du moteur de recherche, ou un ambassadeur dans le meilleur des cas.

Avec Gmail, l’internaute est logué, connecté. Son degré de captivité a augmenté. Google a désormais, via Gmail, tout loisir d’entrer dans son intimité. Le courrier électronique est un puissant pourvoyeur d’informations commercialement exploitables pour le moteur de recherche. Avec Gmail, vous vous êtes déshabillé un peu plus. Mais ce n’est pas fini. Vous pouvez aller encore plus loin en publiant un blog : grâce aux interfaces que Google met à votre disposition, vous pouvez stocker des données personnelles gratuitement dans des espaces virtuels. Vous pouvez vous livrer corps et âme. Pour le moteur de recherche, vous êtes devenu(e)s transparent(e)s – il en sait tellement sur vous… De là à dire que Google vous donne les réponses que vous avez envie de recevoir, il n’y a qu’un pas. Ou plutôt qu’il vous donne les réponses qu’il a envie que vous receviez, sachant ce que vous avez envie de recevoir !

Une fois ces données vous concernant acquises, il faut pouvoir les rentabiliser. Google est passé maître dans l’art d’utiliser les outils technologiques à des fins commerciales. Dans le dossier du journal Le Monde du 28 août 2012, les enquêteurs relèvent que le pari de Google consiste à "utiliser Androïd pour standardiser les différents modèles de machines en circulation, préparant le terrain pour une diffusion maximale des services". En effet, qui dit un seul logiciel d’exploitation dit possibilité de faire communiquer toutes les machines entre elles. Pensons à tous les marchés émergents dans ce domaine pour mesurer les enjeux financiers. Les banques en particulier s’intéressent au secteur de la téléphonie. Elles imaginent un monde dans lequel le mobile et ses systèmes embarqués permettraient de resserrer les liens avec leurs clients : à tout moment, il sera possible de savoir où vous êtes, ce que vous faites et avec qui…

Elles ont également intégré le fait que le marché de la distribution – alimentaire et non alimentaire – se servira bientôt des outils mobiles. Bref, la communauté des affaires, en particulier les activités "B2C" (des entreprises vers les consommateurs) comptent sur la communication numérique pour placer les consommateurs au centre d’un vaste réseau commercial.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gengis - 26/01/2013 - 11:16 - Signaler un abus "Soyez libres !"

    "Le paradis, si je le veux" répondit la foule. Qu'il en aille de Google, de Facebook, même de Twitter, les réseaux sociaux qui ont pignon sur Terre sont en effet tous de cette trempe qui entend faire du Monde son lieu d'action. Le dire et le répéter ne suffira pas, quand la foule s'en mêle ses convictions s'emmêlent ... Je crains un point de non-retour d'ores et déjà franchi. Comme toujours dans ces cas là il faudra une révolution de la pensée des concernés pour pallier tardivement aux imperfections d'une lucidité défaillante.

  • Par iMandarinGriot - 26/01/2013 - 14:48 - Signaler un abus Encore! Et après?

    L'automobile, le train, l'avion reçurent en leur temps leur volée de bois vert et cela revient au galop dans les clameurs enfantines-infantiles?- des écolos qui ne veulent pas de lignes TGV ou d'aéroports supplémentaires et pas de voitures puissantes avec les conséquences que l'on voit pour l'industrie automobile française. Cet article me rappelle la charge de Socrate contre l'écriture qui allait tuer la mémoire, celle du philosophe Alain contre le téléphone qui allait tuer les charmes de la conversation. Cela permet un bon exercice de réflexion mais c'est tout. Personnellement, je peux écrire un article qui démontre l'inutilité d'une Ferrari F40 en prouvant qu'elle ne peut emmener ma femme et mes deux enfants et mon chien nulle part, ce que la plus moche des Trabans peut faire. Je peux aussi la comparer à une utilitaire ou un break pour les petits transports. Question: devinez laquelle va se vendre le plus si l'argent est fourni. Quiconque a utilisé un service Google reste sidéré par sa facilité d'utilisation et n'en sort plus at très vite devient accro aux autres services. Voyez les nombre d'utilisateurs que compte la firme! Faut croire qu'il est devenu indispensable!

  • Par Bernard Mitjavile - 26/01/2013 - 20:30 - Signaler un abus abattant de WC

    J'ai fait appel à Google il y a quelques semaines pour rechercher un abattant de WC Porcher un peu particulier. Quelle ne fut pas ma surprise de voir des publicités pour abattants de WC sur tous les sites que je visitais dont Atlantico. La vente de ces accessoires était devenu la grande affaire du commerce mondial. Un peu inquiétant quand même.

  • Par Glabre et Ingambe - 26/01/2013 - 20:44 - Signaler un abus .

    En plus, les infos qu'ils amassent sont rapatriées aux USA.

  • Par Salvatore Migondis - 26/01/2013 - 21:20 - Signaler un abus Mouais..

    En fait ils en savent beaucoup moins long sur moi que ma pharmacienne.. Concrètement... il a peur de quoi au juste notre "conseil en stratégie low cost"..? Que les escadrons de la mort de google.com viennent lui couper les coucougnettes..?

  • Par Salvatore Migondis - 26/01/2013 - 21:32 - Signaler un abus @G&I

    Si vous saviez.. nous avons même commencé à mettre sur pied des observatoires dont lel but principal est de nous gausser des goûts spécifiques du consommateur français.. Remarquez, l'avantage c'est que la prochaine fois que l'on viendra vous libérer... nos GI connaîtront précisément votre marque de chewing-gum ou de bas résilles préférés. Plaignez-vous..!

  • Par eheime - 27/01/2013 - 03:37 - Signaler un abus moi ce que j'aime bien c'est que les pubs me concernent

    j'ai pas à subir la pub pour les couches culottes, la patée pour chiens ou les epilateurs pour les jambes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Perri

Pascal Perri est économiste.

Spécialiste de la concurrence et des prix, il dirige PNC, un cabinet de conseil en stratégie low cost. Consultant économique pour RMC sport, il est aussi commentateur régulier du grand journal de l’économie sur BFM.

Il a publié notamment SNCF : un scandale français (Eyrolles, 2009) et plus récemment Ne tirez pas sur le foot - Contre les idées reçues (JC Lattès, 2011).

Il a récemment publié une étude de marché intitulé "Réussir sa stratégie low cost" avec Les Echos études et Eurostaf.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€