Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cop 23 à Bonn : ce « léger » problème de pollution au charbon sur lequel l’Allemagne ferme pudiquement les yeux

L'Allemagne a fait le choix de sortir du nucléaire mais le charbon, lui, a encore de beaux jours devant lui.

Ecologie

Publié le
Cop 23 à Bonn : ce « léger » problème de pollution au charbon sur lequel l’Allemagne ferme pudiquement les yeux

Atlantico : L'Allemagne accueille là 23e COP à Bonn à partir du 15 novembre. Outre-Rhin, un virage radical a été opéré après Fukushima dans le domaine énergétique avec la mise en place d'une transition écologique et un abandon de l'énergie nucléaire et à plus long terme carbonée. Aujourd'hui, l'utilisation du charbon n'a pas diminué en Allemagne. La transition est-elle longue à mettre en place ?

Gregory Lamotte : Oui, effectivement. L'Allemagne a fait un choix politique de sortir du nucléaire, et elle ne pouvait pas sortir au même temps du nucléaire et du charbon. Ils ont fait un choix et ils ont priorisé la sortie du nucléaire. Donc pour l'instant, toute la production nucléaire qui a été abandonnée a été entièrement compensée en Allemagne par l'augmentation des énergies renouvelables et par l'efficacité énergétique, avec la baisse de la consommation. Par contre, effectivement, cela n'a pas permis de baisser la consommation de charbon qui reste quasiment au même niveau que quand ils ont commencé à arrêter le nucléaire, car ce n'était pas possible de tout faire en parallèle.

Maintenant les Allemands ont un projet à plus long terme, pour lequel ils ont pris collectivement la décision non seulement de sortir d'uranium mais aussi du charbon, et là depuis trois ans on voit que la consommation de charbon baisse, peut-être trop doucement, mais baisse. Ce qui va se poursuivre d'ici les années qui viennent, et d'ici dix à vingt ans ils prévoient de sortir du charbon, comme ils sont sortis du nucléaire. Ils sont en chemin, ce n'est pas encore l'idéal mais ils sont dans la bonne direction. Contrairement à la France, les Allemands rament tous dans le même sens ; ils savent où ils vont. Ils sont dans le même bateau et ils y rament dans la même direction. Nous, en France, on a une partie des Français qui sont pour le nucléaire qui disent que c'est l'avenir et qui passent leur temps à donner des arguments pour dire qu'ils ont raison et en face les anti-nucléaires qui disent que le nucléaire c'est n'importe quoi, que c'est cher et dangereux. Tout cela fait que nous passons notre temps à combattre les uns contre les autres alors qu'on ferait mieux d'aller tous dans le même sens. Pendant qu'on discute, les Allemands avancent.

La conférence se tient dans l'ancienne capitale de la RFA et pas à Berlin. On connait les inégalités qui séparent encore aujourd'hui ex-Allemagne de l'Est et ex-Allemagne de l'Ouest. Cette transition écologique allemande est-elle également répartie entre ces deux espaces, ou voit-on émerger une transition à deux vitesses ?

En 1990 les Allemands avaient 4% d'énergie renouvelable, tandis qu'à la même époque en France, on en avait 12%. Aujourd'hui, en 2017, ils sont à plus de 30% et nous on est à 18%. On voit bien que la dynamique n'est pas du tout la même. Eux ils ont vraiment engagé la transition et nous, on est au point mort.

Jusqu'à quel point le modèle écologique allemand peut-il inspirer le modèle français ?

Les Allemands sont partis. Eux ils sont en pleine transition énergétique et ils le prouvent. Depuis 2012 ils ont doublé l'énergie renouvelable qu'il y a sur leur territoire. Nous, on a fait plus de 20%. Donc, ils vont clairement plus vite que nous. Ensuite, tout n'est pas tout rose ; ils ont accéléré parce qu'ils ont arrêté le nucléaire. Ce qu'il faut bien voir c'est qu'on est en surproduction d'énergie électrique en Europe. C'est pour cela que les prix sont aujourd'hui assez bas. EDF a perdu plus de la moitié de sa valeur en bourse et est sorti du CAC40, parce que l'énergie électrique ne vaut plus rien, ou en tout cas pas très cher en Europe. Tous les grands producteurs énergétiques pensaient qu'on allait consommer de plus en plus d'énergie alors que, dans les pays de OCDE, on arrive dans un plateau depuis quelque temps. Or, comme on est en surproduction, si on n'arrête pas certains moyens de production, on ne peut pas laisser la place à des nouveaux moyens de production. Les Allemands en effet ont arrêté le nucléaire, cela a créé un appel d'air pour pouvoir mettre des énergies renouvelables. Nous, en France, bien que la phrase phare du président Macron soit "et en même temps", on ne peut pas faire du nucléaire et, en même temps, du renouvelable. Le Français a besoin de chauffer une seule fois leur eau chaude. Il va chauffer son eau chaude pour sa douche, une seule fois, au nucléaire ou au renouvelable ; il ne pourra pas faire en même temps l'un et l'autre. Il va falloir donc qu'on arrête le nucléaire pour laisser la place aux énergies renouvelables. Si on laisse les deux, on va effondrer les prix, et là personne ne pourra financer la transition énergétique. On ne peut pas stocker l'énergie électrique. Si on la double, elle est perdue, gaspillée, et les prix se fondent. Aujourd'hui on a des prix très bas parce qu'on est en surproduction. Or, le seul moyen de pouvoir financer cette transition énergétique c'est d'avoir des prix du kilowatt-heure qui ne s'effondra pas, pour que les banques investissent en cela. Pour que les banques investissent en cela, il faut une vision à long terme. Si on maintien le nucléaire et on rajoute l'énergie renouvelable, et que la transformation n'augmente pas, on arrive à une incohérence. Les Allemands ont fait ce calcul-là, ils ont arrêté le nucléaire, dans un deuxième temps ils vont arrêter le charbon. Nous, on ne va pas dans la bonne direction. On attend ce qu'il va faire notre cher ministre Nicolas Hulot ; mais pour l'instant il fait beaucoup d'air chaud. Il parle, il reporte les échéances, les engagements de la France sur la transition énergétique de passer à 50% du nucléaire d'ici 2025 qu'il rapporte à 2030 ou 2035 mais en échange il ne donne que de l'air chaud et de paroles. Il parle. Donc, on attend de l'action. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ex abrupto - 15/11/2017 - 16:08 - Signaler un abus J'attends qu'on découvre

    que les énergies renouvelables comme les mouvements de l'atmosphère (éoliennes) , ceux des masses d'eau marines (hydrauliennes) ou le solaire ne sont pas exempts d'inconvénients sérieux en particulier par leur influence sur le climat. Il n'est pas indifférent que ce soit Edward Lorentz, un météorologue, qui a popularisé "l'effet papillon": "L' « effet papillon » est une expression qui résume une métaphore concernant le phénomène fondamental de sensibilité aux conditions initiales de la théorie du chaos".

  • Par J'accuse - 15/11/2017 - 16:48 - Signaler un abus A qui sert une COP ?

    A essayer de prouver que la précédente a servi à quelque chose. On en est à 23, et on n'y est toujours pas arrivé. A la cinquantième,on arrêtera peut-être les frais. Et en attendant, l'Allemagne pollue: combien de maladies respiratoires à cause de ça, alors que le nucléaire ne tue personne ? Hé non, même pas à Fukushima (les seuls morts sont dus au tsunami)...

  • Par kelenborn - 15/11/2017 - 18:06 - Signaler un abus Non mais on rêve

    C'est OBONO et JAQUET qui ont scribouillé ensemble cet article non signé avec un style digne d'un bac pro!!! Le prix de l'électricité en Allemagne est le double de la France! Heureusement que l'Allemagne a ses ateliers dans les pays d'Europe centrale sinon...Par ailleurs , les investissements allemands dans les renouvelables se sont montés à 300 MM d'euros, ( bon un peu plus que leur excédent commercial réalisé grâce à leur Lebensraum! 300 MM pour produire de l'électricité deux fois plus chère !!! bravo! ben il reste plus qu'à les imiter!!! PS quand Atlantico pourra-t-il virer de tels crétins qui ne signent même pas!

  • Par vangog - 15/11/2017 - 18:11 - Signaler un abus Record de pollution en Asie!

    Ah ben c'est sûr! en délocalisant notre industrie là-bas, pour cause de taxes écolo forcenées, ça fait plus de boulot pour les centrales à charbon asiatiques...

  • Par Borgowrio - 15/11/2017 - 20:26 - Signaler un abus Fiasco annoncé ..

    Vingt ans pour sortir du charbon ( en théorie ) ce que ne dit pas l'article , c'est la note ... 250 milliards d'investissements pour 30% de production . Minable . Pour rentrer dans leurs sous ( à long terme) les banques ne pourront pas baisser le prix du courant ... Vous avez bien lu , les banques , car ce sont elles qui investissent , l'état est ruiné

  • Par Borgowrio - 16/11/2017 - 09:20 - Signaler un abus Auto satisfaction

    Les "COP " doivent se financer . Rappelez vous , Hollande a donné un milliard de dollar , Obama a payé et Trump ne veut plus payer . Cela coûte tellement cher que il y a obligation de " résultats " . Faire peur au monde pour qu'il y ai une acceptation aux sacrifices ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€