Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Contrecoup du choc italien : ce qu’Emmanuel Macron pourrait faire pour (vraiment) endosser les habits de sauveur de l’Europe

Emmanuel Macron pourrait tirer profit de l'arrivée au pouvoir, en Italie, de la coalition entre la Ligue du Nord et M5S. Une percée de l'extrême droite et du populisme qui pourrait lui offrir une oreille plus attentive de Berlin, notamment dans le cadre de sa négociation pour son projet de refondation européenne, auquel il tient tant.

Super-Macron

Publié le
Contrecoup du choc italien :  ce qu’Emmanuel Macron pourrait faire pour (vraiment) endosser les habits de sauveur de l’Europe

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Atlantico : Alors que la perspective d'un gouvernement issu de l'alliance entre Ligue du Nord et M5S se précise en Italie, ce qui ne manquera pas de poser une nouvelle pierre dans le jardin des européens à la veille d'un conseil européen qui s'annoncer décisif pour les réformes souhaitées par Emmanuel Macron, il pourrait être possible de considérer qu'un tel contexte serait paradoxalement favorable au président français dans sa négociation avec Berlin. Dans un tel scénario, et au regard du contexte, quel pourrait être le projet de refondation européenne que pourrait produire Emmanuel Macron ? 

Edouard Husson : Le gouvernement italien n’est pas encore en place à l’heure où nous échangeons.

Le président italien, Sergio Mattarella, est placé sous une considérable pression. D’un côté, il aura fallu deux mois et demi aux partis issus des élections italiennes pour s’entendre sur une plateforme de gouvernement - alors que les partis allemands ont eu besoin de six mois, récemment. Il serait difficilement compréhensible de ne pas confier le gouvernement à deux partis qui expriment clairement la volonté populaire, le rejet du malthusianisme monétaire au moment où il y a d’énormes besoins de sécurité, d’intégration des étrangers, d’éducation, de renouvellement des infrastructures etc.... De l’autre, le président italien est soumis à bien des voix contraires: une partie des milieux d’affaires, Bruxelles, Francfort et certains autres gouvernements européens, qui sont attachés au statu quo, même s’ils voient la société italienne s’enfoncer dans le chômage de masse, le vieillissement, l’appauvrissement. Il est probable qu’il va sortir des tractations d’aujourd’hui un improbable compromis: un gouvernement qui jurera ses grands dieux qu’il soumet tous ses objectifs au respect des engagements économiques et monétaires européens - et qui sapera lentement et sûrement la politique du statu quo. On aurait tort, cependant, de ne pas prendre au sérieux ce qui se passe en Italie. Que le pays autrefois le plus convaincu des vertus de l’Europe fédérale soit prêt à mettre en place un gouvernement eurosceptique ne fait que confirmer combien les opinions ont changé d’avis sur l’Union Européenne et la zone euro. L’Allemagne ne semble pas l’entendre. Emmanuel Macron voudra-t-il utiliser la situation italienne comme un levier pour amener Madame Merkel à reconnaître que l’Union Européenne ne peut survivre qu’à condition d’un changement de ligne? Même les réformes proposées par le président français sont timides par rapport à l’enjeu de relance de l’économie européenne. Mais un ralliement allemand à l’intégralité de son projet serait psychologiquement favorable à l’ensemble de l’Union. 

Quel serait le processus imaginable pour voir une telle refondation voir le jour ? Comment imaginer, au regard de ce qu'est l'Europe aujourd'hui, entre institutions supranationales et relations intergouvernementales, un tel processus ? Comment Emmanuel Macron pourrait-t-il tirer profit de son image favorable auprès des médias européens dans un tel but ?

Je ne suis pas sûr que la vision et la pratique de l’Europe qu’a le président français soient suffisantes pour stabiliser la situation - encore moins pour refonder l’Europe. En effet, le président français a une approche très supranationale de l’Europe. Il est frappant de constater comme il a abandonné les négociations sur le Brexit à Michel Barnier. Alors qu’il avait une occasion de se poser, au sein du Conseil européen, en médiateur entre la Grande-Bretagne et l’UE. De même avec l’Italie: le suffrage universel a parlé. Emmanuel Macron pourrait se poser en grand modérateur, qui à la fois rappelle le socle des principes européens mais en même temps aide à trouver une voie politique de compromis. Il devrait d’autant plus le faire que l’Italie est une société extraordinaire, où le talent entrepreneurial, le goût de l’avenir, le sens de l’international sont plus répandus qu’en France ! Malheureusement, je crains bien que le en même temps ne soit plus d’actualité quand on touche aux dogmes que l’Inspection des Finances, qui a formé Emmanuel Macron, partage avec la Bundesbank. Et pourtant on ne voit pas comment le président de la République pourra survivre politiquement s’il ne trouve pas le moyen d’écouter la voix des électeurs, de plus en plus nombreux, qui veulent une autre Europe que celle concoctée par la Commission et la Chancellerie de la République Fédérale d’Allemagne. cela est vrai en France. Cela est non moins vrai hors de France: Emmanuel Macron ne dépassera le succès d’estime que lui vaut son engagement pour l’Europe que s’il sait parler au coeur des opinions européennes. Et de son succès européen dépend son succès national. Il faut, dans tous les cas, pour commencer, résolument revigorer le Conseil européen, lui redonner la priorité au sein des institutions européennes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 23/05/2018 - 09:51 - Signaler un abus Question ?

    Pourquoi ce Monsieur, ne fait-il pas les plateaux de télévision, quand à la vulgarisation et à la pertinence de ses propos, qui contribueraient à éduquer un peuple perdu et en quête de repères ? Et surtout pour contrecarrer des gens nuisibles comme Goupil et Joffrin qui sont des parasites tout juste bons à maintenir et plonger un peu plus notre société dans une décrépitude certaine.

  • Par assougoudrel - 23/05/2018 - 09:58 - Signaler un abus Macron n'est rien

    Quelqu'un qui n'est pas foutu de mettre de l'ordre dans son pays (comme ceux qui étaient avant lui), est très mal placé pour la ramener. Que les journalistes arrêtent de nous purger avec du "Macron" qui n'est qu'un enfant vis à vis des grands de ce monde.

  • Par Ganesha - 23/05/2018 - 10:20 - Signaler un abus Commentateur présomptueux !

    Il y a sur Atlantico un commentateur régulier qui a écrit ici, doctement, il y a quelques jours : ''la coalition Ligue-5 Étoiles n'obtiendra jamais le pouvoir'' ! Malheureusement, un coup d'état militaire, ou de nouvelles élections, semblent peu probables, et la démocratie risque bien de prévaloir !

  • Par kelenborn - 23/05/2018 - 11:08 - Signaler un abus Citoyen libre

    Pour une fois ce que tu dis est pertinent mais.... ne serais tu pas Ah2bouh déguisé en "sans culotte" ( serait-ce beau à voir?) car j'y reconnais la même syntaxe approximative comme le toussotement d'une mobylette dont le carburateur serait bouché

  • Par kelenborn - 23/05/2018 - 11:16 - Signaler un abus Ganesha

    Oh dis nous qui c'était!!! Y a tellement de couillons ici , c'est pas juste ou donne nous le titre de l'article que l'on retrouve le poivrot ! Bon pour le reste, Husson est l'un des rares qui trouve grâce à mes yeux ici et, une fois de plus, c'est tout à fait juste! Husson est un conservateur( ce qui est son droit) pas nationaliste ( on peut comprendre qu'il n'ait pas envie de brailler comme Vangode ) mais qui a compris que l'idée européenne a été massacrée par la Commission puis par l'Allemagne, qui a compris que l'enjeu , pour que l'Europe ne devienne pas une zone de sous développement était l'investissement dans les nouvelles technologies! C'est pas compatible avec Hulot! Regardez bien, les dernières élections: les Verts sont partout en recul notamment en Autriche qui en raison de son passé nazi avait même réussi à en élire un président! Il ne reste que Macroléon qu'il faut envoyer garder les moutons de Sainte Hélène!

  • Par Citoyen-libre - 23/05/2018 - 11:49 - Signaler un abus Kelenburn

    La terreur d'Atlantico a encore frappé. La dernière fois, tu te prenais même pour le diable. Le seul diable que je vois en toi, c'est celui qui te permet de pousser les caisses de ta vulgarité. Tu es déjà passé pour un con, mais j'ai le sentiment que c'est la seule chose qui t'évite le viagra. Et puis ça va te changer de A2bout. Tu t'ennuies tellement avec tes fiches cartonnées..... A ton service mytho et à la prochaine !

  • Par 2bout - 23/05/2018 - 12:04 - Signaler un abus Chacun ses approximations

    Les miennes sont éventuellement de l'ordre du subjonctif, celles d'Elise Lucet, certainement de l'ordre du conditionnel , quant aux vôtres, machin, on ne parlera plus d'ordre, mais plutôt de désordre.

  • Par Ganesha - 23/05/2018 - 12:13 - Signaler un abus La faiblesse de mr. Husson

    La faiblesse de mr. Husson, c'est de toujours nous présenter les mêmes solutions ''routinières'' ! L'investissement et l'éducation ! D'abord, l'éducation, les effets se manifestent au bout de 10 à 20 ans ! Les vraies priorités, c'est : 1) arrêter l'immigration, 2) offrir un emploi correctement rémunéré à toutes les françaises et les français qui le souhaitent ! Le gros problème pour les chroniqueurs subventionnés par Atlantico, c'est que c'est exactement le programme de Marine Le Pen ! Le point central étant une ''Priorité Nationale'' absolue au niveau des attributions de contrats d'emploi... ce qui obligerait des multinationales du bâtiment comme Bouyges, à diminuer les dividendes qu'ils versent à leurs actionnaires !

  • Par Ganesha - 23/05/2018 - 12:23 - Signaler un abus Revenu Universel, arme absolue anti-immigration

    Le Revenu Universel n'est pas encore au programme du FN, mais je pense qu'ils y viendront prochainement, ne fut-ce que comme une étape intermédiaire vers le plein emploi. Et, je le rappelle en permanence, ce dispositif constituera une arme absolue anti-immigration. Les papys-Atlantico citent toujours les anciennes démocraties populaires comme étant des repoussoirs absolus, mais celles-ci n'accueillaient que quelques ''travailleurs des pays frères'' soigneusement sélectionnés ! Les étrangers ne pourront pas survivre dans un pays où les citoyens bénéficieront de cet élément influençant le niveau des prix.

  • Par vangog - 23/05/2018 - 12:58 - Signaler un abus J’ai toujours trouvé les raisonnements de Husson...

    intelligents, maïs inversés, partant d’une réalité faussée par une idéologie vieillotte... La démocratie italienne n’est pas à « comprendre » ou « ne pas comprendre », mais à respecter, tout simplement!...Du constat que « il serait difficilement compréhensible de ne pas confier le gouvernement à deux partis qui expriment clairement la volonté populaire », et que l’on doit traduire par la réalité « Il sera democratiquement impossible de ne pas confier le gouvernement à deux partis -italiens- qui expriment clairement la volonté populaire », Husson conclut maladroitement que « le gouvernement-italien- jurera ses grands dieux qu’il soumettra tous ses objectifs au respect des engagements économiques et monétaires européens, mais sapera lentement et sûrement la politique du statu quo ». Or, c’est l’inverse qui arrivera...le gouvernement italien a déjà annoncé qu’il ne respectera pas les critères de convergence impossibles, qu’Il baissera les impôts, qu’il renverra 500000 clandestins dans leurs pays.... Ce sera donc l’UE qui devra évoluer, et non l’Italie...car l’Italie a déjà evolué considérablement par son vote démocratique, par rapport aux politiques passéistes...alea jacta est!

  • Par pitron67 - 23/05/2018 - 13:55 - Signaler un abus vangog

    comme tu le dis si bien''va jacter à l'est ' ça nous fera des vacances

  • Par gerint - 23/05/2018 - 23:37 - Signaler un abus Bon courage au chef de gouvernement Italien

    S’il s’oppose radicalement à l’UE il devra avoir des yeux dans le dos car absolument tout sera imaginé pour l’abattre.

  • Par l'enclume - 24/05/2018 - 11:00 - Signaler un abus Bon courage au chef de gouvernement Italien

    vangog - 23/05/2018 - 12:58 - L'an dernier l'Italie a renvoyé 6.500 migrants dans leurs pays d'origine. Pouvez vous nous expliquer comment ce nouveau gouvernement va pouvoir en expulser 500.000 ?

  • Par cloette - 24/05/2018 - 13:13 - Signaler un abus Ganesha

    investir dans l'Education n'est pas incompatible avec réduire l'immigration, ni avec les rémunérations correctes ( mais elles le sont aujourd'hui, il y a des obligations et des normes ) .

  • Par cloette - 24/05/2018 - 13:14 - Signaler un abus Bon courage aussi

    au gouvernement italien .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€