Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Contre-attaque : les fabricants de jouets ne veulent pas se laisser piétiner par l‘usage grandissant des écrans par les enfants et ils ont des idées pour le faire

Les enfants qui aujourd'hui jouent avec des Barbies et des petites voitures Hot Wheels sont nés avec un iPad dans les mains et sous le regard d'Instagram.

Réponse

Publié le
Contre-attaque : les fabricants de jouets ne veulent pas se laisser piétiner par l‘usage grandissant des écrans par les enfants et ils ont des idées pour le faire

Atlantico : Les enfants qui aujourd'hui jouent avec des Barbies et des petites voitures Hot Wheels sont nés avec un iPad dans les mains et sous le regard d'Instagram. Preuve de cette évolution, l'actuelle PDG de Mattel est une ancienne salariée de Google, qui veut que les jouets du géant soient plus imaginatifs et plus inclusifs, mais sans forcément intégrer de nouvelles technologies. Que penser de la stratégie de Mattel au regard du comportement des enfants face aux écrans ? 

Alain Sotto : Essayer de détourner les enfants des écrans, des images en mouvement et des scénarios de jeu offrant de plus en plus d’interactivité, me semble un combat perdu d’avance. Le mobile, écran ultime, avec ses possibilités de communication instantanée est promis à un bel avenir. Les tablettes (avec l’écran tactile) ouvert sur des milliers de jeux est plus séduisant et avantageux qu’un jouet classique dont on ignore combien de temps l’enfant va s’y attacher. Je ne vois pas comment l’hologramme de Barbie pourrait séduire les enfants car plus on rajoute de technique, moins on laisse de place à l’imagination de l’enfant.

Quand on pense qu’il suffit de 2 morceaux de carton, de la ficelle et  3 bouchons pour que l’enfant s’invente une histoire et un univers.

Est-ce que les jouets "physiques" sont pour autant condamnés, tout comme les industries du jouet ?

Je ne suis pas spécialiste de ce sujet mais le monde du jouet doit vivre avec son temps. Pourquoi  perpétuer le rose pour les filles et le bleu pour les garçons ? Pourquoi tant de jouets en plastique qui se cassent si rapidement ? Et tous ces jouets qui se retrouvent bradés dans les vide-greniers ? Pour ces objets de consommation, les parents cherchent aussi du sens et de l’utilité. Il est possible que les industries du jouet laissent la place aux industries du jeu interactif. Sauf si elles inventent des jouets à élaborer, à partager avec les adultes.

Au final, quelle serait la bonne stratégie à adopter pour les industriels, à la fois pour leur intérêt et aussi celui des enfants ? Ne serait-il pas plus judicieux d'éduquer les parents au danger des écrans plutôt que d'essayer de séduire les enfants ?

Il est évident qu’aujourd’hui l’urgence est dans la limitation de l’exposition des enfants aux    écrans et les parents devraient être de plus en plus conscient du danger représenté par tous les écrans. Souvent, l’enfant est laissé seul et ce qu’il voit ou fait avec ces appareils n’est pas partagé par les parents. Ceux-ci sont bien contents d’avoir ce temps de liberté et de tranquillité car ils sont sûrs que l’enfant ne bougera pas de devant son écran. Pourtant, rien n’est plus exaltant que de jouer et d’inventer avec son enfant, à partir du moment où on est présent à 100% avec lui.

 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Sotto

Alain Sotto est psychopédagogue. II s'est spécialisé dans les stratégies d'apprentissage pour enfants et adultes. Il a co-écrit, avec Varinia Oberto, "Le beau métier de parent" aux éditions Hugo Doc.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€