Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

« Continent sans frontière », le livre de Theo Francken qui oblige à prendre position sur les migrations

A l'heure où la Commission européenne tente de peser de tout son poids sur le débat public sur l'immigration, le livre de Theo Francken décide de sortir "Continent sans frontière" aux éditions JOURDAN.

Immigration

Publié le
« Continent sans frontière », le livre de Theo Francken qui oblige à prendre position sur les migrations

 Crédit LUCAS BARIOULET / AFP

Non sans ironie, c’est au Parlement européen, à l’invitation de l’eurodéputé Sander Loones du groupe ECR que Theo Francken a choisi de démarrer le 28 septembre dernier la promotion de son livre « Continent sans frontière » qui vient de sortir de presse, à quelques encablures de la Commission qui tente de peser actuellement de tout son poids pour vendre les bienfaits de la migration à des pays qui se montrent récalcitrants.

Songeons au groupe de Visegrad ou à l’Italie de Salvini pour ne citer qu’eux. 

Pas encore vraiment célèbre auprès du public français, le jeune secrétaire d’Etat N-VA à l’Asile et aux Migrations du gouvernement fédéral belge enflamme régulièrement la toile avec ses tweets polarisants. Il se dit d’ailleurs de Theo Francken qu’il figure parmi les 25 personnalités politiques les plus influentes en Europe. Passionné de politique au sens idéologique du terme et allergique à la langue de bois, ce profil atypique détonne dans un pays habitué à la vieille tradition du « compromis à la belge », entendez par là un consensus mou où chaque partenaire de la majorité repart avec sa part du gâteau, dans le dos de l’électeur et souvent sur le dos du contribuable…

Poids lourd de la N-VA, le parti nationaliste libéral-conservateur flamand, il a développé une approche de la crise migratoire, à la fois pragmatique et affranchie de la bienpensance, devenue extrêmement populaire même en Wallonie, là où pourtant le paysage institutionnel belge l’empêche d’engranger la moindre voix francophone. Avant lui, aucun élu en charge de cette matière délicate n’avait tenu un discours aussi clair quant à la volonté de limiter les flux migratoires illégaux entrants, mais aussi celle de réformer les mécanismes du regroupement familial qui reste le premier canal d’immigration.

Officiellement en charge de la migration depuis 2014, Theo Francken est en réalité à pied d’œuvre sur la question migratoire depuis 2010. Autant dire qu’il a vécu tous les changements législatifs et toutes les crises qui se sont succédées jusqu’à venir déstabiliser l’édifice européen avec le vote anglais en faveur du Brexit dans lequel il voit une conséquence directe d’un « Wir Schaffen das ! » qui a tourné court. Son parcours lui a aussi permis de rencontrer bon nombre d’acteurs qui régulent les paramètres de ces déplacements de populations à l’échelle planétaire. Las de l’obstination dans des politiques qui adoptent l’apparence de la candeur, Theo Francken a voulu coucher par écrit ce qu’il a vécu dans les coulisses des Conseils européens, là où l’histoire de la migration s’est jouée entre entêtements, (…) « opportunités manquées et naïveté qui frôle la caricature. Cela parce que l’Union européenne a toléré l’immigration illégale pendant toutes ces années, et n’arrive toujours pas à formuler une réponse commune au problème alors que les citoyens, de Lisbonne à Helsinki, appellent à la détermination. », pour reprendre ses mots.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 11/10/2018 - 13:25 - Signaler un abus Tout ça, le Front National le martelait depuis des années...

    « Schengen et la nécessité de frontières étanches aux portes de l’Europe, le gouvernement des juges et les interrogations que suscitent certaines instances supranationales, le trafic d’êtres humains et le rôle du monde associatif, le double jeu de la Turquie, le terrorisme ou l’impact de l’islam sur l’appauvrissement de certaines régions du monde » rappelons que si les Anglais ont choisi de sortir de l’UE, c’est essentiellement à cause d’une immigration musulmane massive du temps de Blair, et des suivants, sous l’influence de décisions irresponsables des instances supra-nationales, totalement noyautées par les gauchistes. A ces interrogations légitimes, qui doivent déboucher sur des solutions rapides, Theo Francken aurait pu ajouter le rôle assassin de certains financiers et banquiers internationaux comme Soros, qui ont un intérêt direct, en terme de baisse des salaires et rachats d’entreprises, à une immigration sauvage...

  • Par A M A - 12/10/2018 - 18:04 - Signaler un abus Et ensuite ???

    Et ensuite ???

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Dumont

Dominique Dumont est une journaliste belge.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€