Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les constructeurs automobiles signent la paix avec les start-up et préparent une chaine industrielle totalement nouvelle. Pour une fois, la France n‘est pas en retard

Les constructeurs automobiles signent la paix avec les start-up et préparent une chaine industrielle totalement nouvelle. La France n‘est pas en retard, pour une fois !

Atlantico Business

Publié le
Deuxième remise en cause : celle de l’intégration d’acteurs plus petits à la chaîne industrielle. Oui, il faut être gros pour compter dans l’automobile, mais on s’aperçoit aussi que les innovations les plus prometteuses (logiciel, internet et big data) viennent souvent d’entreprises du monde de la technologie, en dehors de l’écosystème et du cadre à penser traditionnel de l’industrie automobile. Et cette fois, alors qu’on l’a longtemps crue hermétique aux petits acteurs et aux disrupteurs, l’automobile semble vouloir élargir sa chaine industrielle. Pour cause, dans un secteur où les terrains d’innovations sont très nombreux – sur la production du véhicule, la sécurité du passager, son confort… - et où l’avenir se joue sur les technologies de pointe, les constructeurs automobiles ont tout intérêt à approcher les startuppers et leurs idées, afin de ne pas manquer l’innovation majeure et même de la favoriser.
C’est pourquoi l’initiative de l’ACF, Automobile Club de France et sa compétition de start-ups est un vrai marqueur de changement de mentalité. Ou encore celle de l’arrivée de Mondial Tech, fusion du Mondial de l’Auto et du CES de Las Vegas, qui exposera tout ce qui est haute technologie à bord du véhicule en même temps que le Mondial de l’Auto à Paris.
 
Dans cette course à l’innovation vers la voiture de demain, ce qui est intéressant c’est que la France, pays qui aime à se complaindre, est très bien partie. Renault Nissan est le leader mondial de la voiture électrique, en totalisant deux fois plus de ventes que Tesla. Même si, en ce qui concerne le véhicule autonome, la prudence est de mise. La sécurité sera évidemment le domaine clé où ne pas lésiner. Sécurité physique d’abord, car les annonces d’accident, on l’a vu avec Uber, ont tendance à inquiéter l’opinion. Et surtout sécurité digitale, car si la voiture est connectée, il faudra la protéger contre l’intrusion de hackers qui pourraient prendre le contrôle du véhicule.
 

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€